Aller au contenu principal

Lucien Buisson

Lucien Buisson
Documentation et son dans le mouvement Freinet Français
Florilège de témoignages
Sans doute la FIMEM connaissait-elle peu Lucien, mis à part ceux qui ont été amenés à côtoyer le mouvement Freinet Français. C'est une figure importante de notre mouvement, discret, à l'écart des grands débats, mais d'une grande efficacité comme ous ceux de "la bande à Pierre Guérin". Nous lui devons tous beaucoup. (Michel Mulat)
 
Mado et Claudie Guérin viennent de nous prévenir du décès de Lucien.
Une cheville ouvrière on ne pouvait plus performante pour les BT, BTSon.
Il avait l'oreille pour écouter et monter des bandes sonores, mais aussi
l'oreille pour écouter les autres avec une gentillesse extrême.
Monique et Christian B
Nous le savions malade, fatigué, mais nous n'imaginions pas son départ si soudain.
Le 30 novembre, Lucien Buisson nous a quitté. C'est une figure importante de Beaulieu qui disparait.
Son implication dans la vie communale et municipale a été de premier ordre : conseiller municipal de 1995 à 2001, puis adjoint de 2001 à 2008, Président du Club des Aînés Ruraux, animateur pendant plusieurs années de l'atelier d'écriture, rédacteur du journal municipal, historien de la commune....Lucien Buisson a beaucoup oeuvré et a fait preuve de dévouement pour sa commune.
C'était un homme humble, obstiné, érudit, attaché aux valeurs citoyennes.
Nous présentons à son épouse, ses enfants et petits enfants nos plus vives condoléances. (Michel et Martine Lagarde)
Même lorsque c'est triste il est important de ne pas ignorer ce qui touche nos amis.
J'ai connu Lucien Buisson depuis si longtemps que je ne peux mettre de date, vers 1964 sans doute.
Je n'ai pas eu la chance de le rencontrer récemment, seulement quelques échanges par message.
Le message ci-dessous (transmis par Sylvain Dufour) témoigne de son activité locale mais les camarades de sa région ou/et des chantiers dans lesquels il s'est investi (en particulier le son) avec constance, pourront je l'espère faire part plus précisément que moi de son engagement dans le mouvement, 
Encore récemment il montrait son intérêt pour les services que nous apportent les technologies nouvelles !
Souvenirs et tristesse ! (Bernard M)
C'était au stage audiovisuel de Vienne Seyssuel en 1977.
Lucien a été notre parrain
Notre formateur prise de son et montage sonore
Gentillesse
Patience
Savoir faire
Compétence
Tristesse nous aussi
Parmi tant d'autres productions de Lucien, vous avez son livret "30 mots clefs pour comprendre l'écologie" encore au catalogue PEMF PBE : un régal ! (Monique& Christian B)
Ce fut aussi jusqu'à ces dernières années un travailleur particulièrement efficace, qu'on aimait retrouver pour son accueil chaleureux et ses avis toujours pertinents, lors des rencontres du groupe Paroles, Images et Sons, autour de Pierre Guérin.  (Jacques Brunet). Jacques précise : "Savais-tu qu'il fut "porteur de valises" avec le réseau Jeanson ? Il était d'une discrétion rare."
Il m'avait pris comme compagnon, à mon premier stage son. Merci Lucien. (Phil)
 Nous évoquons en Lucien le "maître-compagnon" sage et discret, le citoyen engagé dans la vie de sa cité, le passionné d'histoire, l'artisan de confiance et de rigueur. Ces qualités, nous avons pu les apprécier lorsqu'en 1979, à l'Assemblée Générale de la CEL, à Chartres, il a accepté de devenir administrateur de la coopérative pour trois ans. Ce fut comme un passage de relai avec Pierre Guérin qui venait de donner de son énergie pour la CEL depuis 1965. Entre 1979 et 1982, c’est l’époque à la CEL où se lance avec beaucoup d’implication pédagogique et coopérative la revue « J magazine », avec les amis Alain et Chantale Eyquem, Nadette Lagofun, Patrick Barrouillet, Michel Vignau, Marcel Cassoudebat… Lucien est de celles et ceux qui veillent à ce que les campagnes d’information soient bien mises en œuvre sur le terrain. C’est aussi l’époque où se déplacent les locaux d’activité de la CEL depuis la Place Bergia vers l’avenue Francis Tonner. Les administrateurs de l’époque ont eu à rechercher des solutions pour amortir les coûts engendrés par cette réimplantation consécutive à une expropriation, et ce fut le développement de l’activité « papeterie » et « fournitures » via la coopérative « Paplicoop ».

1979, c’est l’époque où aboutit dans le mouvement le travail de réflexion sur « les Perspectives d’Education Populaire » que les éditions Maspero ont fait connaître.

Entre 1986 et les années 2000, Lucien sut également apporter toutes ses compétences à la conception des éditions documentaires PEMF animées notamment par Georges Delobbe et Robert Poitrenaud. Il s’est impliqué aussi bien pour la collection "un œil sur" que pour celle des "30 mots clés". Lucien est de ceux qui ont aidé à mieux comprendre les enjeux des délocalisations, de l'eau, des déserts, de la biodiversité... autant de sujets qui ne cessent de s'afficher à la une des medias. Et puis, il a pris le temps de nous laisser sa voix, celle d’un homme qui se souvient de ce qu’ont pu être pour un enfant l’occupation, l’antisémitisme d’Etat, mais aussi à la libération… pour ne pas oublier. Merci Lucien

Daniel Le Blay