Aller au contenu principal

Charte de l'Ecole Moderne - version votée à L'assemblée Générale de Nantes 2010

CHARTE DE L 'ECOLE MODERNE (Version 2011)
  1. L'EDUCATION EST UN DROIT FONDAMENTAL
L’éducation impulse le développement de la personnalité des enfants, en composant avec leurs aspects sociaux, affectifs et cognitifs.
Les processus éducatifs constituent les prémices pour promouvoir la dignité et l'égalité sociale à travers de:
  • plein droit à la culture des enfants et des femmes, dans plusieurs situations où ils sont exclus de l’école;
  • l'élimination des formes d'exploitation et de soumission des enfants que l'on peut observer dans des phénomènes tels que l'emploi des enfants et la prostitution;
  • la réalisation d'une réelle intégration de toutes leur diversités qu'elles soient physiques, mentales, culturelles, dans une école et une société ouvertes à tous et toutes;
  • le dépassement des préjugés religieux, culturels, sociaux, de genres, d'ethnies, desquels dérivent des formes de discrimination, de racisme, de violence, d'esclavage et d'exploitation;
  • l'élimination des obstacles physiques et culturels ;
  • la participation à travers de l'exercice actif de la citoyenneté;
  • la promotion d'échanges et de la collaboration pour éduquer dans une culture de paix.
 
La F.I.M.E.M. depuis sa création partage l'objectif du caractère public, laïc et gratuit des processus de formation, qui commencent avec la petite enfance mais qui continuent le long de toute la vie pour les citoyens de tous les âges.


 
L'action éducative est réalisée à travers la participation de plusieurs sujets:
§ l'école
§ la famille
§ les institutions publiques consacrées à la formation
§ les associations
§ les volontaires

L'école est l'institution publique à laquelle sont confiées la plupart des actions éducatives et, par conséquent, elle se doit de mettre beaucoup de soin au processus de formation pendant la période de croissance; les enfants sont des sujets autonomes et exercent le droit d'apprendre.

L'éducation ne peut pas être réduite à l'accumulation de contenus, elle doit être réalisée par des moyens démocratiques pour promouvoir le développement et une vie pacifique entre les peuples.

Par conséquent, dans la tentative de réaliser ces objectifs, le Mouvement International de l'École Moderne continue avec sa recherche de méthodologies, d'outils et de techniques; il suggère quelques modèles d'organisation de l'enseignement et de l'apprentissage actif, coopératif et constructif en proposant d'apporter un style de vie qui permette un équilibre personnel et social qui favorise des actions critiques sur son propre environnement.

Le travail pédagogique de la F.I.M.E.M. est dirigé vers tous les citoyens de demain mais aussi aux éducateurs à qui il est demandé de développer un rôle fondamental, de grande responsabilité et d'attention, en rapport avec l'œuvre éducative que nous essayons d'exercer.

2. L'ÉDUCATION IMPLIQUE L'EXPÉRIMENTATION ET L'ACTIVE PARTICIPATION DANS LA VIE SOCIALE ET UN EXERCICE CONSTANT DE LA DÉMOCRATIE
La pédagogie Freinet repousse toute forme du dogmatisme idéologique et la connaissance sectorielle et isolée, de l'actuel modèle de développement que a produit et continue de produire l'explosion de guerres, la domination de plus forts aux plus faibles et une utilisation insensée des ressources de la planète.
Cette pédagogie impulse un objectif critique devant la réalité et met au centre les processus de formation, la conscience et la responsabilité, des qualités indispensables pour un actif exercice de la citoyenneté.

Pour cela il est nécessaire d'établir un rapprochement critique des disciplines, à la capacité pour structurer le savoir et la promotion des compétences pour se confronter à la complexité et aux interactions entre les savoirs dans ses interconnexions et interdépendances, en plus d'établir des relations entre les méthodologies d'investigation et les pratiques qui stimulent le tâtonnement, soit de manière personnel ou groupal, basé dans l'expérimentation de méthode active dans l'apprentissage.
Il faut souligner de plus en plus l'importance de cet objectif dans l'apprentissage, aujourd'hui confirmé par les découvertes des neurosciences qui réaffirment la méthode coopérative et d'échange comme possibilité de construction d'une pluralité de connaissances, en favorisant la reconnaissance de la multiplicité de différents points de vue et des solutions possibles à de divers problèmes.

Les nouvelles technologies et les systèmes de communication mis en rapport constituent de nouveaux horizons et ont besoin de nouvelles et plus complexes compétences. La FIMEM travaille pour que la coopération puisse promouvoir des réseaux des connaissances qui soient partagés par la communauté d'éducateurs.
3. L'INTERACTION ENTRE L'ÉDUCATION ET LE CONTEXTE SOCIAL ET POLITIQUE
Les processus éducatifs ne peuvent pas ignorer le contexte que a surgi à la fin du deuxième millénaire, caractérisé par la globalisation et marquée par des déséquilibres profonds, par des injustices, par des crises cycliques et par un modèle néolibéral d'un développement, établi de manière acritique sur les lois du marché. Il ne peut pas y avoir une éducation sans une émancipation sociale et culturelle des peuples, sans l'accès à l'école et à l'éducation, sans lutte contre les nouvelles formes de l'analphabétisme, du phénomène que marque aussi profondément aux pays développés.

La F.I.M.E.M. s'engage, à travers de ses mouvements, à solliciter la réalisation de programmes d'accès à l'étude pour tous et à élever la qualité de l'éducation prévue et recommandée par des organisations et les mouvements internationaux comme les Forums Mondiaux d'Éducation, l'UNESCO; et régionaux, comme la Communauté européenne, le Projet Régional pour l'Amérique Latine et le Caraïbe (PRELAC; La Havane, 2002).
Chaque membre de la Fédération, de forme libre, s'engage à collaborer avec les Institutions du milieu où il vit, avec les représentants sociaux, avec les volontaires sociaux, avec les représentants du monde de l'éducation pour provoquer un enseignement laïc, public et gratuit et à l'intégration de tous; cet effort est inclus dans la plus vaste recherche du bien-être et de la promotion de la paix.
Nous Travaillons pour construire une école pas centralisée mais avec une autonomie pédagogique et administrative, de recherche comme le contexte de la vie dans laquelle sont expérimentées des formes d'autogestion et de démocratie directe, et participative.
Ce n'est pas uniquement la classe qui devrait avoir une organisation coopérative, mais tout le système scolaire dans son ensemble et les institutions qui la gouvernent; pour obtenir une école ouverte, transparente, un lieu de construction, avec un projet non déterminé à l'extérieur et avec sa propre identité culturelle.

Éduquer dans l'éthique publique et le sens du bien commun permet de confier aux enfants la responsabilité future du monde dans lequel nous vivons. Pour que cela soit réalité l'éducation doit favoriser chez les nouveaux citoyens le partage des éléments de sa propre culture.
Seulement ainsi sera possible former des identités complexes, avec la rupture des stéréotypes et préjugés, en sortant de l'égocentrisme, l'ethnocentrisme, et eurocentrisme qui ont conditionné pendant une longue période notre perception du monde; Cela permettra de constituer des identités fortes et versatiles, avec une ouverture de genre, social, culturelle, d'espèce et planétaire.
4. L'ÉCOLE DU TRAVAIL
L'éducation populaire prend au centre la relation entre l'école et le travail choisi librement et produit de la coopération du groupe, dans lequel chacun peut exprimer naturellement ses propres potentialités. À travers des activités quotidiennes l'école est renouvelée et s'intègre à l'environnement social auquel il appartient.:
La pédagogie populaire et les propositions de la F.I.M.E.M. requièrent corroborer dans l'actuel contexte les éléments fondamentaux de leur méthodologie :
 
  • La construction de relations éducatives significatives qui favorisent la création de contextes et de modèles sociaux ouverts à l'intégration, à l'inclusion sociale, à la solidarité et à la coopération.
  • La construction de relations éducatives qui favorisent le développement de la personnalité critique et indépendante.
  • La validation de la sphère affective et créatrice dans les processus d'apprentissage.
  • La validation des processus d'orientation dans l'école, comme recherche, reconnaissance et exercice des propres habiletés.
  • La validation du trajet scolaire comme possibilité d’augmenter des promotions sociales.
  • La promotion de l'exploration et la recherche sur l'environnement et les manières de production et de communication; comme des formes d'agrandissement de l'atmosphère d'apprentissage.
  • La recherche et la reconnaissance des éléments d'identité de la propre culture qui s'expriment à travers le travail, les styles de vie, les idéologies et les valeurs partagées.
  • La comparaison entre différents modèles culturels et de développement.
  • L'interaction entre l'école et le monde du travail.
5. LA CONSTRUCTION DE L'AUTONOMIE ET DE LA PERSONNALITÉ DES ENFANTS AU CENTRE DE LA RELATION ÉDUCATIVE
La F.I.M.E.M. défend l'importance de l'expression libre et de la pédagogie Freinet, utile pour favoriser le développement naturel et respectueux des caractéristiques psychologiques, d'autonomie et de personnalité de chaque enfant.
Nous pensons que tous les enfants ont des caractéristiques qui leur permettent de se mettre en rapport, se communiquer et démontrer empathie, sans importer les différences physiques et sociales. C'est pourquoi nous croyons que notre travail d'éducateurs consiste à leur aider a développer l’autonomie, de telle manière qu'ils grandissent sans être conditionné par les modèles adultes et les élections des parents et des professeurs. Les enfants ne sont pas propriété de parents et nous devons les aider à choisir librement sa trajectoire de vie.
Nous travaillons pour une école fondée sur l'apprenant, comprise comme partie d'un groupe, coordonné par un adulte responsable et un contexte qui fonctionne comme une communauté de pratiques et d'apprentissages coopératifs.
 
La F.I.ME.M. travaille dans la construction de modèles culturels, qui favorisent la recherche pédagogique qui est constamment renouvelée à travers l'investigation - action
  • La rencontre avec les autres et avec la diversité;
  • L'échange adulte / adulte, adulte-enfant et enfant / enfant.

     
La Fédération repousse les mentalités et attitudes culturelles dirigées vers des formes de pensée totalitaire et de domination.
Si l'école est un environnement démocratique, elle doit s’ouvrir à tous: personnes avec des besoins éducatifs spéciales, avec des difficultés dans l'apprentissage ou dans le comportement. Il est nécessaire de repousser l'idée selon laquelle ces sujets constituent un obstacle pour l'apprentissage des autres, en les considérant en revanche comme des recours pour tous, pour stimuler le changement méthodologique et relationnel et l'ouverture vers de nouvelles propositions pédagogiques et de recherche.
 
6. L'EXPÉRIMENTATION ÉDUCATIVE COMME CONDITION POUR UNE ÉCOLE MODERNE ET COOPÉRATIVE
Notre proposition de recherche permet :

§ Restructurer et mettre à jour constamment le modèle pédagogique.
§ Adapter la proposition aux différentes réalités, aux différents contextes et aux personnes diverses.
§ Favoriser une formation permanente.
§ Favoriser une position critique pour l'emploi des nouvelles technologies et des systèmes de communication et d'information.
§ Profiter des potentialités démocratiques de l’internet pour la construction des liens entre les personnes et entre les savoirs.
 
Les nouvelles technologies peuvent constituer une aide efficace pour l'expérimentation et l'agrandissement des atmosphères d'apprentissage; cependant, la F.I.M.E.M. distingue entre l'information et l'accès à la même, de la construction personnelle des apprentissages et du trajet de formation.
La FIMEM s’exprime pour le droit de tous à l'accès des possibilités de connaître, mais aussi le droit et la responsabilité de défendre les mineurs des dangers d'une utilisation impropre des nouvelles technologies, des médias de masses et de la navigation dans l’Internet.

 
7. LES ÉDUCATEURS SONT ACTEURS CONSCIENTES DE SA PROPOSITION PÉDAGOGIQUE

Nous, éducateurs Freinet, partageons une proposition pédagogique articulée dans des formes, des temps et différentes modalités à travers:

Des activités des mouvements, des syndicats et des associations.
  • Des activités des mouvements, des syndicats et des associations.
  • Les rencontres internationales entre les mouvements et ses représentants.
  • La collaboration interinstitutionnelle dans des projets de formation nationale et internationale.
  • La R.I.D.E.F. comme moment central de synthèse et de concrétion des propositions pédagogiques de la F.I.M.E.M.
 

8. LES MOUVEMENTS DE L'ÉCOLE MODERNE FAVORISENT LA COLLABORATION AVEC LES ASSOCIATIONS ET LES MOUVEMENTS LAÏQUES QUI PARTAGENT LES MÊMES OBJECTIFS.
La F.I.M.E.M. s'oppose à tout processus de promouvoir la privatisation et le mercantilisassions de l'éducation; par conséquent il s'appuie sur les institutions et l'opinion publique qui déclarent le droit à une école publique et de qualité pour tous. Elle collabore également, à travers des syndicats, des mouvements, des organisations, et des institutions démocratiques pour assurer le droit fondamental à l'éducation.

9. LES MOUVEMENTS DE L'ÉCOLE MODERNE FAVORISENT LES DÉBATS ET LA COLLABORATION AVEC LES INSTITUTIONS RÉGIONALES.
Chaque mouvement, dans son propre territoire et à travers des stratégies autonomes établira un contact avec les institutions pour :
  • Reconnaître le travail des enseignants.
  • Favoriser des projets de formation.
  • Défendre l'école publique et améliorer sa qualité.
  • Interagir avec l'environnement social pour interpréter les besoins de formation et pour construire des réponses appropriés.

10. LES MOUVEMENTS DE L'ÉCOLE MODERNE FAVORISENT L'ÉLABORATION D' UNE PÉDAGOGIE INTERNATIONALE.
Les groupes coopératifs élaborent, actualisent, échangent des outils didactiques et méthodologiques en surpassant la perspective officiel. Les identités culturelles se confirment dans des rencontres et des échanges internationaux toutes les deux années dans la R.I.D.E.F.
 
Cette pratique pédagogique permet de surpasser des obstacles et provoque une culture de solidarité et de paix, et éduque pour résister face les mythes de la compétitivité et de l'individualisme. Aujourd'hui il a un sens pour définir notre pédagogie populaire face la pauvreté et la marginalité, et apporter de nouvelles formes de citoyenneté et d'intégration dans un monde de plus en plus globalisé.
Pour approcher les enfants à une citoyenneté mondiale et interculturelle, nous devons nous rappeler que les droits ne peuvent pas être exercés de la même façon partout, ils dépendent des conditions de vie et des ressources.
La F.I.M.E.M. reconnaît la demande urgente de formation, en face des nouvelles formes de marginalisation. Elle exprime des nécessités d'inclusion et d'accueil, et considère que l'authentique richesse pour l'avenir, est garantir la formation et l’accès démocratique aux savoirs.