Skip to main content

Rapport de la réunion du 31 octobre 2015

Réunion AECEMO du 31/10/2015
Ordre du jour
 Présentations
 Lecture du compte rendu de la dernière rencontre
 Compte rendu du séminaire d’Ebolowa
 Annonces des cellules
 Annonces de la présidente
 Divers
 Repas coopératif et séparation
Le rapport de la dernière rencontre a «été fait par Marie Reine.
Lors des présentations nous avons noté la présence d’un nouveau membre en la personne de Mme ASSAKO Vickie Epse ESIMINGANA enseignante d’espagnol actuellement inspecteur pédagogique national d’Espagnol.
Le compte rendu du séminaire d’Ebolowa a été fait par Marie Reine.
Les annonces des cellules commencent par la Farandole De Bastos .Marie Reine parle de la pratique du « quoi de neuf ? » qu’elle continue dans sa classe de même que le dessin libre et le conseil de classe. Face à une situation qu’elle a rencontré à la suite d’un conseil de classe ou un élève a été absent à l’école parce qu’il voulait être dans la classe supérieure Mme Mengue Abesso lui a conseillé de noter toutes ses expériences dans un cahier d’expériences et aussi de laisser les enfants s’exprimer librement mais d’orienter leurs idées et savoir tirer des leçons de ces expériences. L’enseignant(e) doit également collaborer avec les parents pour qu’ils sachent comment se pratiquent les différentes techniques dans la classe. Elle a également demandé aux membres du groupe de se rendre régulièrement sur internet pour s’informer davantage.
Dans la cellule de NANGA EBOKO, représentée par Jean Luc, la pratique du « quoi de neuf ? » continue de même que la gestion des conflits qui est confié aux élèves. l’enseignant intervient en dernier recours. Il pose le problème des enseignant(e)s rémunérés par l’APEE qui généralement ne terminent pas l’année scolaire. Il n’arrive pas alors à les initier aux techniques Freinet. Pour ce qui est de l’hygiène et la salubrité dans l’école ce sont les délégués à l’hygiène qui se chargent de l’organisation du nettoyage, d’abord dans les classes puis dans toute l’école. Jean Luc nous partage également ce qu’il a vécu avec un élève qui lui a appris à plier le drapeau. En ce qui concerne son projet il est un peu en arrêt à cause de la maladie du chef de village .Mme Mengue Abesso lui a demandé de travailler même en dehors du grand projet en faisant de petits champs de maïs avec les enfants. Nous ne devons pas toujours attendre les partenaires ou attendre d’avoir de nombreux moyens pour que l’école puisse vivre et être autonome. Nous devons avancer avec le temps.
Pour ce qui est de la présidente elle parle du séminaire sur le projet de création des centres préscolaires communautaires par le ministère de l’éducation de base. Elle parle aussi de la préparation des journées pédagogiques qui portent sur le dessin et la peinture et elle va en profiter pour parles de ses techniques dans sa zone de travail.
Pour ce qui est de Mme ASSAKO elle est sur un projet qui cherche à comprendre les raisons pour lesquelles l’enfant n’étudie pas. Sa petite expérience des techniques Freinet l’amène à comprendre que la pédagogie Freinet stimule la créativité chez l’enfant et le rend libre. La présidente ajoute que dans la pédagogie Freinet, le livre est juste un outil mais l’enfant peut lui-même produire ses écrits et ses textes et donc fabriquer ses livres.
Mme POKA Jeannette nous partage d’abord son expérience sur le début de sa carrière à la SIL où elle a réussi grâce aux techniques d’expression libre à relever le niveau d’un groupe d’élèves marginaliser et les a amenés à aimer l’école. Notons aussi que les délégués d’hygiène de son école lui ont demandé de vidanger les toilettes ce qu’elle a fait dès le lendemain.
Yolande quant à elle a dut trouver des astuces pour amener ses élèves à travailler. Elle les conduit hors de la classe pour des moments de jeux libres et depuis deux semaines les élèves se réveillent peu à peu.
La présidente débute ses annonces par la RAEF qui doit se tenir au TOGO. Les membres qui doivent s’y rendre sont : la présidente et Jean Luc. Elle a reçu les félicitations d’un membre du CA de la FIMEM suite au rapport d’Ebolowa et il a été demandé à la présidente ce qui fait blocage à l’enseignement au Cameroun ce à quoi elle a répondu que les enseignant(e)s camerounais(e)s ne veulent pas changer de vision.
Pour ce qui est du projet de musée pédagogique que la présidente l’a envoyé aux Amis de Freinet. Ces derniers vont en parler à leur prochain Conseil des Amis Freinet et ils vont informer de leur décision mais en attendant le groupe AECEMO doit également réfléchir à ce sujet pour s’accorder sur ce qu’il ya lieu de faire concrètement.
En ce qui concerne les séminaires régionaux la présidente pense fixer la date du prochain séminaire et pense que celui-ci ne soit plus gratuit. Elle souhaite que tous les membres soient à jour en payant leurs contributions annuelles. La présidente pense aussi qu’il est temps qu’un deuxième numéro de l’écho de l’AECEMO paraisse en cette fin et que chaque membre y publie quelque chose. Ce journal va permettre que nous parlions de l’association et pourrons le vendre lors des séminaires régionaux.
La réunion s’est terminée par l’inscription de Mme ASSAKO, suivi du repas coopératif.

La secrétaire du jour,
Marie Reine Bounoungou