Aller au contenu principal

Répondre au commentaire

Compte-rendu séminaire mai 2014 AECEMO

 

SEMINAIRE SUR L’ELABORATION D’UN PLAN DE TRAVAIL EN PEDAGOGIE FREINET
 
Le séminaire de ce samedi 24 mai portant sur l’élaboration d’un plan de travail en pédagogie Freinet débute  à 10h55. L’ordre du jour présenté par monsieur TCHATCHOUANG membre de l’ACEMO se présente ainsi qu’il suit :
1-      L’exécution de l’hymne national ;
2-      Le mot de bienvenu de Madame la Directrice de LUCKY KIDS BILINGUAL SCHOOL ;
3-      Le compte rendu du séminaire qui s’est tenu à l’école privée « les oisillons » ;
4-      La présentation des différents séminaristes ;
5-      L’objectif du séminaire ;
6-      Le séminaire proprement dit (en trois exposés)
7-      Annonces diverses.
Après l’exécution de l’hymne national dirigé par la maîtresse Carole de la moyenne section à Lucky Kids Bilingual School, monsieur TCHATCHOUANG le modérateur du séminaire  prit la parole en lieu et place de madame   ALIENOU MBAKOP Directrice De Lucky Kids School qui s’est excusée du léger retard qu’elle accusera. C’est ainsi que monsieur le modérateur du jour   passa le mot de bienvenu et donna la parole à la présidente de l’AECEMO. Elle commença ses propos en remerciant Monsieur TCHATCHOUANG qui est par ailleurs encadreur pédagogique à Lucky kids Bilingual School ainsi que la Directrice de cette école pour nous avoir ouvert les portes de son école. Elle n’oubliait pas d’adresser ses remerciements à l’association, à la promotrice, à l’organisatrice d’Ebolowa. Elle termine son propos en déplorant l’absence des enseignants et tient à rappeler que « ce que nous apprenons aujourd’hui sera au centre de ce que nous faisons ».
Après elle, suivait alors la phase de présentation des différents séminaristes et le compte rendu de la rencontre à l’école privée les oisillons. Il  a été dit qu’  aux oisillons l’exposé portait sur le quoi de neuf ; il s’agissait là d’un atelier d’écriture au CE1. L’objectif était de montrer que les apprentissages sont favorisés par le plan de travail.
Madame EWANE cadre d’appui à l’IAY 3ème et membre de l’AECEMO prit ensuite la parole pour parler des généralités sur le travail de Freinet. Elle citait quelques techniques de Freinet qui sont entre autres l’expression libre, l’analyse du milieu, d’individualisation et personnalisation.
Le plan de travail permet d’éviter les activités inférentielles et son importance se situe au niveau de la remédiation et la  différenciation. Parlant de  remédiation l’enfant en difficulté travaille  avec le maître en utilisant différent type de fichier ; dans la différenciation, l’enfant est libre de choisir. Il permet à l’élève de comprendre que le travail est obligatoire, le rend responsable car il doit comprendre même en l’absence du maître qu’il doit travailler. Elle continuait en faisant l’historique du plan de travail en disant que Freinet montre son opposition aux manuels scolaire, propose un fichier scolaire et chacun doit organiser son fichier à partir de son travail. L’enfant ne montre aucun intérêt pour un travail dont il ne comprend pas  le but.
Ici on a deux types d’activités ; les activités profondes qui sont éducatives et les activités techniques qui sont la maîtrise des mécanismes tels que lire, écrire, compter. Dans la personnalisation, l’enfant a son rythme de travail, et l’individualisation est perçu comme un mode d’organisation technique. L’individualisation et la personnalisation sont considérées comme des techniques Freinet.
Cas pratique : le plan de travail c’est un tableau sur feuille de papier dans lequel sont inscrites les activités à réaliser dans la journée. Prévoir, suivre et évaluer les activités libres et obligatoires. On peut avoir un plan de travail collectif ou individuel.
Dans l’autocorrection, l’enseignant conçoit des exercices et les corrigés, il donne les exercices à faire à l’enfant et une fois terminé, ce dernier cherche lui même la correction. Il faut équilibrer les activités. Exemple : graphisme – jeux - lecture.
L’enseignant peut élaborer un plan de travail et le coller dans le cahier de chaque enfant. Si un enfant a fait le graphisme, il colorie dans la case correspondante avec la couleur indiquée. S’il n’a pas achevé son travail, il hachure la case correspondante et lorsqu’il finit son travail, il colorie entièrement la case. Tous ces indices peuvent évoluer de la couleur à une case cocher. Le plan de travail intervient  en remédiation uniquement.
Après ce brillant exposé, il fallait donc passé au travail en atelier. C’est alors que trois ateliers furent constitués.
-          Atelier n°1 constitué de quatre maîtresses de la maternelle qui devait élaborer un plan de travail à la maternelle.
-          Atelier n°2 qui devait élaborer un plan de travail au niveau I
-          Atelier n°3 chargé d’élaborer un plan de travail au niveau III
Trente minutes écoulées venu le moment de la restitution des différents travaux.
-          Atelier n°1 élaboration d’un plan de travail hebdomadaire avec treize activités à savoir : l’expression orale, vie pratique, graphisme, initiation mathématiques, initiation à la langue écrite, éducation sensorielle, éveil scientifique, expression gestuelle, activité manuelle, art plastique, TIC, motricité et anglais.
-          Atelier n°2 plan de travail hebdomadaire avec sept disciplines : expression orale, expression écrite, athématiques, dessin, sciences et éducation à l’environnement, éducation à la santé, chant et récit.
-          Atelier n°3 plan de travail hebdomadaire quatre disciplines : la lecture, problèmes, sciences et production d’écrits.
Ces trois ateliers ont très bien présenté leur travail respectif et qui d’ailleurs ont été apprécié par tous. Mais madame la présidente a tenu à rappeler au enseignants que lorsque l’élève n’a pas remplit son contrat à la fin de la semaine dans une discipline, la semaine qui suit, il faut reconduire la dite discipline.
Après ces différentes présentations, la Présidente lança un appel à  chaque enseignant afin que ces derniers mettent en pratique un plan de travail au début de l’année scolaire prochaine et voudrait le trouver effectif dans chaque salle de classe ainsi que l’application des techniques Freinet. Elle précise par ailleurs qu’elle sera très regardante là-dessus.
Tous juste après place aux annonces diverses par la présidente. 
-          Une visite de la fondation FONKO à été faite par les membres de l’AECEMO  et à cet occasion une proposition de contrat de collaboration entre le centre d’accueil et d’hébergement FONKO et l’Association des Enseignants Camerounais de l’Ecole Moderne (AECEMO) vu le jour.  La lecture de ce contrat a été faite par monsieur TCHATCHOUANG et approuvé par l’assemblée présente.
-          CHANTAL BALTAZAR à remercié tous les membres de l’AECEMO.
La Présidente poursuivait en disant que l’AECEMO est un mouvement de pédagogie innovante. L’AECEMO et la FONKO sont main dans la main et en parfaite intelligence pour l’intérêt des enfants. A la fondation FONKO, en dehors des autres besoins, les enfants ont aussi besoin des apprentissages. Raison pour laquelle elle invitait  les participants membres ou non de l’AECEMO à se mobiliser pour une aide collective en faveur de la fondation FONKO et demande aux différents éducateurs présent d’apporter leur appui pour un soutien à la scolarisation des enfants de FONKO  tout en proposant d’instaurer un planning de visite à cette fondation.
Par ailleurs, Elle demande ce que nous pouvons faire sur les droits de l’enfant lors de la  clôturer de l’année scolaire. Les panélistes ont proposé de faire une table ronde, et faisaient alors des propositions des thématiques comme.
·         Les besoins de l’enfant dans son épanouissement ;
·         L’impact de l’environnement sur l’éducation de l’enfant.
Monsieur  TCHATCHOUANG de proposer qu’ étant donné que nous sommes en fin d’année scolaire, les Directrices et les Fondatrices des écoles au moment des fêtes de fin d’année scolaire doivent insérer dans leurs programmes un temps minimum qui permettra au représentant de l’AECEMO de ce jour de rappeler aux parents, non pas les devoirs mais les droits des enfants. Suite à cela, la Présidente demande à chaque promotrice d’école de faire parvenir leurs différentes dates de fête de fin d’année. C’est ainsi que nous aurons Lucky kids pour le 04 juin, Bill Gates pour le …………………. Et les Nations pour le …………………..
La Directrice de Lucky kids prit la parole en proposant que le thème porte sur le droit à l’éducation de la fille et évoquait ainsi le phénomène de BOKOHARAM qui sévit en Afrique et qui prône l’interdiction à la scolarisation de la jeune fille. Elle  poursuivait en disant que Lucky Kids prépare un séminaire de recyclage des enseignants au mois d’Août qui se tiendra pendant trois jours et à cet effet une plage de temps sera réservée pour les techniques Freinet.
Le mot de fin fut dit par madame Alienou Mbakop Corine Directrice de Lucky Kids qui commença tout d’abord par s’excuser de son retard. Elle est par ailleurs très contente de nous recevoir au sein de l’établissement ci au camp sonel OYOM-ABANG et tient vivement à remercier madame la présidente de l’AECEMO et monsieur CHATCHOUANG l’un des membres actif de l’ACEMO.  
14h48min marquait ainsi la fin du séminaire par l’exécution du refrain de l’hymne national toujours dirigé par la maîtresse Carole.
                   
                                                Yaoundé le 24 mai 2014
……………………………………360
Rapporteur
Mme Abende           
 
 
 
 
 

 

 

Répondre

CAPTCHA
Ce test permet d'éviter le spam :
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.