Aller au contenu principal

La laïcité à l’école: Point de vue du mouvement Freinet Belge Néerlandophone et Pays-Bas.

La laïcité à l’école: Point de vue du mouvement Freinet Belge Néerlandophone et Pays-Bas.

Pendant le Conseil d’Administration du mouvement Freinet Néerlandophone du 10 mai 2014 à Den Bosch, la motion suivante a été approuvée:
« Le mouvement Freinet Néerlandophone n’a pas d’objection à ce que des enseignantes Freinet, présentes à la Ridef portent le voile. »

Les considérations suivantes ont conduit à ce point de vue :
• Nous admettons qu’au cœur de la pédagogie Freinet figure l’émancipation en général et qu’il faut être intransigeant en ce qui concerne la place de la femme et de l’enfant.
• Mais nous nous posons des questions sur la « neutralité » et l’injonction d’interdire toute référence à la religion dans l’espace public et donc de l’école.

Remarquons qu’il y a en Flandre 83 écoles Freinet au niveau de l’école primaire et que toute école Freinet fait partie du réseau officiel ou libre mais non confessionnelle. Les écoles officielles sont obligées à prévoir deux heures par semaine pour des cours dans une des religions reconnues ou de morale non-confessionnelle. Le choix est fait par les parents. Ces cours ne sont pas du ressort de l’inspection. Vu l’exigence de la neutralité, les membres des différents groupes n’ont aucune idée de ce qui se passe dans les autre cours. Beaucoup d’instituteurs ressentent cette situation comme une forme « d’apartheid ».

Pour nous il va de soi qu’il est important que les élèves se rendent compte qu’il y a plusieurs normes et valeurs dans une société de plus en plus hétérogène et que chaque élève a le droit de s’exprimer en respectant les autres.

Pendant le colloque « 25 ans Freinet à Gand » l’intervention de Catherine Hurtig-Delattre a clairement démontré que si l’école veut contribuer à l’émancipation des enfants, il faut qu’elle soit prête à accepter que les enfants s’expriment ce qui relève de leur conviction intime . Le refus de toute contribution des enfants de leurs expériences dans le domaine religieux, peut avoir comme conséquence que des opinions peu réfléchies se développent, et en particulier dans un climat ou les préjugés, stéréotypes et la discrimination sont très présents, ce qui contribue au sentiment de n’être qu’un citoyen de second ordre.

N’est-ce pas possible que les réactions violentes en France contre l’autorisation du mariage entre personnes du même sexe et contre les propositions visant à l’égalité des garçons et des filles, l’euthanasie sont des exemples d’ou peut nous mener un refoulement de tout point de vue du religieux dans l’école. Pour nous l’important est de prendre les opinions et expériences personnelles comme point de départ, de dépasser les différences pour arriver à des valeurs universelles.

Si tout cela est vrai pour l’enseignement de nos enfants, alors certainement pour une réunion dans le cadre de la RIDEF. Il est important de pouvoir témoigner de ses propres convictions dans un espace public. Nous soutenons donc la demande de mettre ce sujet à l’ordre du jour. Et plus en général, nous posons la question si ce n’est pas à tort que « l’affaire du foulard » est devenue emblématique pour la laïcité.

 

De Nederlandstalige Freinetbeweging (Le Mouvement Freinet Néerlandophone)
= Vlaanderen / la Flandre (partie Néerlandophone de Belgique) et Nederland (les Pays-Bas)

Répondre

CAPTCHA
Ce test permet d'éviter le spam :
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.