Aller au contenu principal

2014 Atelier long à Reggio L'école buissonnière

Atelier long L'école buissonnière RIDEF de Reggio Emilia (22-30 juillet 2014)               version 20140729

Le film de Jean-Paul Le Chanois, 1949, magistralement joué par un jeune Bernard Blier dans le rôle de Monsieur Pascal, montre comment Célestin Freinet envisage et met en acte sa profession.

Il s'agit d'un jeune instituteur, combattant blessé de la Première Guerre mondiale qui a reçu sa première affectation dans une école à plusieurs niveaux du petit village de Salèzes, situé dans les montagnes de Provence, en France. Dès son arrivée, il trouve un environnement qui ne connaît qu'un seul type d'école, celui dans lequel la seule chose importante est d'apprendre par cœur avec une discipline stricte et mécanique mais ni avec son intelligence ni avec sa sensibilité. Les notions de base à acquérir et les travaux à effectuer n'ont rien à voir avec la vie de tous les jours au village et avec les motivations et les intérêts des enfants.

Le nouveau maître est accueilli par le vieux maître qui a exercé son rôle auprès de plusieurs générations de villageois. Il prend soin de fournir à son jeune collègue « des conseils à toutes épreuves » afin qu'il puisse commencer et mener son travail. Monsieur Pascal (Célestin Freinet) écoute mais son idée de l'école est différente. Pour lui, l'élève est une personne que l'enseignant doit savoir écouter. À son âme, il doit apprendre à parler. Le maître doit déceler les domaines qui amènent la motivation. « On ne fait pas boire un mulet qui n'a pas soif. » Les enfants sont l'espoir réel sur laquelle construire une nouvelle société de paix et envisager un avenir meilleur. Sur la base de ces principes, Monsieur Pascal choisit une voie d'approche particulière pour les élèves en rupture avec l'école. Il vise à surmonter leurs difficultés d'apprentissage créées par le fossé entre l'école et la vie, par la forme autoritaire, presque militaire, de la précédente relation maître - élève, par le désintérêt pour l'école révélé par les notables du village et le manque de confiance dans l'efficacité de l'éducation acquise dans l'ensemble de la population. Lentement, avec des réussites et des échecs, il parvient à gagner la confiance des élèves et à briser l'indifférence de certains adultes. Dans le même temps, son action, qui constitue une véritable révolution dans les méthodes et les contenus de l'enseignement, suscite la réaction des notables qui tentent de l'entraver de toutes les façons : demande d'inspection pour mettre en évidence l'échec de son enseignement en fonction des résultats attendus, propagation de véritables mensonges et de calomnie au sujet de son travail, en essayant de convaincre et de contraindre les parents à ne pas envoyer leurs enfants à l'école, etc.

En dépit de tout et de tous, Pascal réussit à avoir un impact positif, non seulement sur les enfants mais aussi sur de nombreux parents qui découvrent un nouveau moyen de rendre l'école attrayante et active, une école du travail effectué avec joie, une école qui regarde dans la réalité environnante pour en saisir tout ce qui peut permettre d'acquérir des connaissances, de mettre en oeuvre des sciences comme la mathématique, l'histoire, la géographie, tous les domaines de la connaissance et du capital humain. Son école moderne sera une expérience continue à travers l'application de techniques novatrices d'enseignement, inconnues jusque-là comme l'expression et la reproduction de textes écrits par les élèves, la diffusion du journal de la classe, l'utilisation de l'appareil photo, la pratique d'un mode de communication qui va au-delà des limites de la salle de classe, du village, de la région jusqu'à inventer et répandre dans le monde la pratique de la correspondance scolaire.

En fin de compte, malgré tous les obstacles, Monsieur Pascal n'est pas le seul à gagner. Il y a aussi les élèves, en particulier ceux qui, à son arrivée, étaient les plus réfractaires à l'école et étaient le plus dans le besoin. Ils découvrent en eux-même les potentiels de leur réussite dans la vie. Il y a aussi les familles qui découvrent des enfants qui aiment l'école et qui aiment le travail qu'on y fait.

Le film, pendant la RIDEF de Reggio Emilia (22-30 juillet 2014), a fait l'objet de travaux dans un atelier long qui s'est fixé comme tâche de montrer le film, de le faire découvrir et de parvenir à la rédaction de sous-titres dans plusieurs langues. Le point de départ était les dialogues français parlés par les acteurs et les sous-titres, également en français, fabriqués par Hervé Moullé qui travaille à ce projet depuis 2010. L'atelier était animé par Hervé Moullé et Joël Potin, membres de l'association Amis de Freinet (www.amisdefreinet.org). Dans l'état actuel de notre travail, le groupe pourra produire des sous-titres en Français, Italien, Portugais, Espagnol, Allemand, Japonais, Néerlandais, Baoulé (langue régionale du centre de la Côte-d'Ivoire) et Lingala (langue régionale du Congo). Le travail commencé continuera après la RIDEF, par les moyens de communication d'internet, avec l'espoir que le film, d'une grande actualité pour les écoles de tous les pays du monde, puisse être vu et lu partout et être une incitation pour les enseignants à entreprendre un travail avec les Techniques Freinet.

Leonardo Leonetti - MCE - Napoli - Italia - leo.leonetti@virgilio.it

Adaptation en Français par Hervé Moullé - Amis de Freinet - France - www.amisdefreinet - moulle@ecolebizu.org

Répondre

CAPTCHA
Ce test permet d'éviter le spam :
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.