Aller au contenu principal

UNE RECHERCHE-ACTION COOPERATIVE INTERCULTURELLE SUR LA FORMATION DES ENSEIGNANTS, EDUCATEURS ET FORMATEURS AU SEIN DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE L’ECOLE MODERNE

 

Florence Saint-Luc   Professeure des écoles et docteure en Sciences de l’Education - chargée de cours à l'université d'Aix-Marseille

 Mohamed Id Babou   formateur d’enseignants au centre de Tiznit (Maroc)

  Flor Zaldumbilde Ceceña   formatrice d’enseignants à Queretaro (Mexique)

 Mamadou Demba   membre du CA de la FIMEM (Sénégal)

 Risto Patrikainen    Formateur d’enseignants à l’université d’éducation de Joensuu - Finlande

 Ramon Torres - enseignant et formateur Valencia -Espagne

   Lupe Palau - formatrice d'enseignants - Valencia - Espagne

 septembre 2012

 

 
 
Le mouvement international de l’Ecole Moderne possède des expériences d’éducation et de formation dans différents contextes. La pluralité de situations et de regards offre les bases d’un réseau d’échanges très riches. La logistique apportée par les différents mouvements, nationaux ou régionaux, la diversité des lieux d’éducation, de formation et de rencontres, et l’esprit coopératif offrent un terrain d’expérimentation en situation réelle,  d’un grand intérêt dans ce domaine. La validation se fait par des boucles récursives entre théorie et pratique, dans une recherche de cohérence. Celle-ci n’exclut pas la mise en tension d’aspects contradictoires : souplesse et rigueur, organisation et prise en compte de l’incertitude, personnalisation et création de « patrimoines communs de proximité » pour les groupes (Carra C. et Reuter Y., 2005, p. 50), enracinement dans le local et ouverture vers l’altérité ; la mise en place de projets donnant du sens aux apprentissages permet la création, l’expérimentation, le sens donné par l’implication débouchant ensuite sur une ouverture vers l’abstraction pour découvrir l’universalité et construire une identité terrienne (Morin, 1999) (unesdoc.unesco.org/images/0011/001177/117740fo.pdf)  basée sur des valeurs démocratiques. Le questionnement, pratiqué avec les groupes d’enfants comme d’adultes, est la base d’une pédagogie expérientielle, de l’ordre de la recherche-action. Des valeurs communes sous-tendent les échanges et pratiques au sein de réseaux coopératifs :
- construction d’une démarche scientifique à partir de l’observation du réel, du questionnement et de l’expérimentation dès l’enfance,
 -recherche, traitement de l’information et production de savoirs,
 - accent porté sur la démocratie,
 - développement de la créativité,
  -  dialogie et récursivité entre l’individu et le collectif, entre la prise en compte des contextes locaux et la recherche d’universalité.
L’importance accordée à la créativité, l’expression, la communication, la coopération, et le statut formateur de l’erreur permettent le développement de la confiance en soi, l’essor d’une intelligence collective[2] dans le cadre d’un humanisme démocratique et scientifique, ce qui permet à chacun de se construire un statut d’auteur (Ardoino, 2000). Le processus de professionnalisation est long et original, car la complexité des pratiques demande un très haut niveau de qualification.
Que pourrait apporter l’élucidation de ce processus dans différents contextes, grâce à la mise en place d’une coopération internationale dans la recherche ? Cette recherche-action pourrait-elle fonder un statut de praticien-chercheur transférable dans le domaine de la formation des enseignants ? Le travail de ce chercheur collectif pourrait-il produire des didactiques professionnelles cohérentes avec les valeurs de la pédagogie Freinet ? Le dialogue interculturel pourrait-il être la base d’une confrontation coopérative apte à révéler des points aveugles, à susciter une intelligence collective internationale, et à générer des savoirs actionnables dans différents contextes ? Pourrait-on ainsi définir les fondements d’une auto-formation coopérative articulant théorie et pratique ? Ce travail de théorisation et de communication pourrait-il servir en interne, pour les mouvements de l’Ecole Moderne qui ont besoin de se pencher de manière concrète sur le problème de la formation ? Pourrait-il poser le mouvement de l’Ecole Moderne comme un acteur social générant de possibles transformations au sein des systèmes éducatifs ?
Ce questionnement a été la base d’un travail de recherche en thèse en Sciences de l’Education (soutenue en décembre 2011) en vue de constituer une recherche-action coopérative interculturelle au sein du mouvement international de l’Ecole Moderne. Les principales étapes chronologiques sont décrites en 4 parties dans ce document : une enquête exploratoire, des séjours dans différents systèmes éducatifs européens pour susciter l’implication de formateurs et d’enseignants dans la recherche-action coopérative, la constitution d’un chercheur collectif international, puis les effets de ce travail en termes d’apprentissage transformateur et de réinvestissement dans des contextes locaux. Des perspectives sont présentées dans la conclusion.
 

1.     Une enquête exploratoire sur les besoins en matière de formation

 

En juillet 2007, un voyage au Portugal, et une participation d’un jour au congrès du mouvement portugais de l’Ecole Moderne à Porto permettent d’essayer de comprendre, en une première approche, pourquoi ce mouvement connaît un tel succès du point de vue du nombre d’adhérents (plus de 2000). Deux entretiens sont réalisés dans ce cadre : un avec une enseignante à la retraite,  Manuela Castro-Neves, qui reste le dernier lien du MEM avec la FIMEM, et Sérgio Niza.
 
 
Sérgio Niza avec Assunção Folque, présidente du Mouvement portugais de l'Ecole Moderne à Lisbonne, en février 2010
 
Sur les 1h30 de cet entretien, les 20 premières minutes ont pu être transcrites seulement, car il avait été enregistré sur 2 dictaphones numériques, et l’enregistreur numérique le plus performant a été volé dans un sac à dos à Lisbonne, ne laissant qu’un enregistreur aux capacités de mémoire très limitées. Lors du congrès de l’ICEM, à Paris (août 2007), un entretien est réalisé avec Marleen Vermassen, de Gand : les informations recueillies orientent  toute une série de contacts pour comprendre pourquoi cette ville compte 10 écoles Freinet, ceci déclenchant un questionnement. Ces contacts serviront ensuite lors du développement de la recherche.
En juillet 2008, durant la Rencontre Internationale Des Educateurs Freinet du Mexique, l’organisation d’un atelier « Coopération internationale et formation » confirme l’existence d’une réelle demande sur la formation permettant de concevoir un projet de recherche collaborative internationale, tout en montrant certaines difficultés liées au contexte multiculturel.
Fernando Jimenez, de l'université de Mexico,Socorro Cruz, professeur d'espagnol et formatrice d'enseignants près de Mexico, et Ingrid Dietrich, professeur de pédagogie générale et interculturelle à l'Université Pédagogique de Heidelberg,durant l'atelier coopération internationale et formation.
 
Les erreurs analysées servent de base à la co-animation internationale, en apportant des éléments favorisant la réussite de la seconde action entreprise. C’est lors de cette Rencontre Internationale de 2008 que l’intuition a permis de concevoir la nécessité d’aller voir dans leurs pays, dans leurs conditions de travail, des personnes qui pourraient s’impliquer ensuite dans la recherche collaborative.
Alzira Quiroga, formatrice Campinas (Brésil), Gitta Kovermann, formatrice d'enseignants à l'université de Dortmund,  (Allemagne), Kaisa Lange, formatrice d'enseignants au lycée d'application de l'université d'Helsinki (Finlande), Socorro Cruz et Fernando Jimenez (Mexique)
 
 

Dans cette rencontre s’est intégrée à ce groupe de « coopération internationale et formation Flor Zaldumbide Ceceña. Fondatrice du mouvement Freinet à Querétaro en 1978 (elle a ouvert une école d’éducation de base cette année-là), elle promeut l’apprentissage coopératif depuis, et elle étend cette pédagogie alternative dans diverses écoles de son pays, en collaborant à la formation des maîtres depuis plus de 10 ans ; elle a animé des ateliers dans les RIDEF en 2008, 2010, et durant la Radef (Rencontres Freinet d’Amérique latine), au  Brésil en 2011.

 

 

2.     Des séjours dans différents systèmes éducatifs européens

 

La recherche commence par Gand, en septembre 2008 : un projet correspond à un besoin très important de formation pour les enseignants des 8 écoles primaires et des 2 écoles secondaires Freinet (www.dailymotion.com/video/xs1h3d_pbdgandluc2_people). L’approche systémique qualitative démarre en mettant en évidence les points forts du système, mais aussi ses points aveugles, en même temps que la nécessité de développer une méthodologie adaptée au contexte international. En octobre 2008, une observation participante avec enregistrements vidéo à Helsinki conduit à filmer la formation initiale des enseignants en second degré dans le cadre d’un lycée d’application depuis le point de vue d’une formatrice de terrain, Kaisa Lange.
 
 
Novembre 2008 Kaisa Lange durant une réunion de "mini-salle des professeurs", formation initiale des enseignants de Seciond Degré, toutes disciplines confondues, dans le local où elle exerce comme professeur de finnois dans l'établissement secondaire d'application de la faculté d'éducation d'Helsinki (Finlande)
 
Cette première approche du système éducatif finlandais fait découvrir le rôle important joué par le mouvement Freinet dans les réformes du système éducatif pendant les années 90 et la place essentielle de la coopération dans les textes officiels et les pratiques de la formatrice, professeure de finnois au sein du collège-lycée d’application de l’université d’éducation d’Helsinki www.dailymotion.com/video/k2JBj5boGO7X4h31FZi.
 
Kaisa Lange a proposé aux élèves de sa classe de créer des affiches sur l'école de leurs rêves. Les futurs enseignants découvrent ces affiches sur un groupe de table central avant de produire des affiches sur le même thème, à partir de photos et de cartes postales.
 
La formation aux pédagogies alternatives pour les enseignants de Liège est filmée en janvier 2009, dans le cadre de la formation continue organisée par "la Haute Ecole" pour les 3 écoles « pédagogie Freinet » (il y en a 4 aujourd'hui) gérées par le « Pouvoir Organisateur » communal. A Bruxelles, une journée de classe est filmée dans une classe d’élève de 9/10 ans[3] dans une petite école Freinet privée (libre non confessionnelle), l’Autre Ecole, fondée par Henry Landroit, et dans une classe de 3 niveaux (5/8 ans)[4] dans une grande école Freinet publique, Clair-Vivre.
 
 
Henry Landroit (ici dans le local d'Education Populaire à Bruxelles, avec Chantal et Claudine) a organisé mon premier séjour à Bruxelles.
 
 Christian Platteau, ancien instituteur Freinet en Belgique, (ici avec Claudine et Danièle au local Education Populaire) m'a accueillie chez lui à Bruxelles. Il a fait une thèse et travaille dans la sociologie du développement à l'université libre de Bruxelles.
 
Grâce à Gitta Kovermann, une rencontre de 4 jours lors du « certificat Freinet » en Allemagne est intégralement filmée.
Gitta Kovermann, responsable du certificat Freinet organisé par la Freinet Kooperative m'a accueillie chez elle et a organisé mon séjour en Allemagne.
 
Elle nous révèle l’articulation avec l’université de Kassel : un des professeurs responsable de la formation initiale, Herbert Hagsted, présente une conférence, et organise la pratique de l’imprimerie dans le « werkstatt », une grande salle où un très riche matériel didactique est mis à disposition d’élèves d’une classe, de leur enseignant et des étudiants.
Herbert Hagsted  dans son werkstatt de Kassel pendant la première rencontre de la deuxième session du certificat Freinet organisé par la Freinet Kooperative en Allemagne.
 
La production d’un montage vidéo et d’un livre photo sur ce travail de recherche met à jour l’effet processus de réification <-> produit. L’auto-confrontation[5], apparue comme nécessaire de par les obstacles linguistiques en Allemagne, est utilisée en Belgique. Un travail d’autoscopie avec la formatrice de Liège, Danièle Massoz, en présence de Marleen Vermassen, formatrice à Gand, fait émerger l’isomorphisme éducation / formation dans le cadre d’un dilemme relatif au surgissement de l’imprévu.
 
Danièle Massoz et Marleen Vermassen à Liège - avril 2009
 
Le travail d’auto-confrontation croisée avec Chantal Meuleman et Alain Buekenhoudt, les deux enseignants des écoles Freinet, suivi d’un bilan, met en évidence pour eux l’intérêt de la confrontation avec un chercheur étranger sur la base d’une coopération, et dans le respect de règles éthiques.

 
 

 

Deux ateliers (d’une durée de 1h30) organisés en août 2009 durant le congrès de l’ICEM à Strasbourg réunissent des formateurs Belges (néerlandophones et francophones), Allemands, et Espagnols.
L'atelier praticien Freinet, praticien-chercheur, durant le congrès de l'ICEM de Strasbourg, en août 2009.
 
L’auto-confrontation apparaît comme processus de développement professionnel, dans ses dimensions de confrontation coopérative internationale et d’intérêt du travail sur le dilemme. Le groupe de recherche collaborative se crée à ce moment. Un entretien réalisé avec Herbert Hagsted montre que la formation des formateurs d’enseignants à l’université s’est réalisée dans le cadre des axes choisis dans le cadre du projet global :
-internationalisation (les formateurs d’enseignants sont allés dans différents pays européens pour y voir les pratiques éducatives et de formation),
-innovation
- interdisciplinarité.
 
Lors du même congrès, notre participation à un atelier organisé par Sylvain Connac, sur les apprentissages au sein d’un groupe coopératif, déclenche une série d’effets vicariants et coopératifs théorisés par l’intervenant dans son atelier. Un des fondateurs des écoles Freinet de Gand, Armand De Meyer, présent dans l’atelier, apprécie l’organisation pédagogique proposée lors de cette intervention d’1h30, mais voit l’intérêt de l’améliorer par l’utilisation de la technique du méta planning.
 
Armand de Meyer et Alain Buekenhoudt ont participé à l'atelier sur les apprentissages coopératifs animé par Sylvain Connac pendant le congrès de l'ICEM de Strasbourg, en août 2009.
Ce congrès voit la création du chercheur collectif international sur la formation, à la fin de l'atelier "formation des enseignants en Europe".
 

 

Ramon, Lupe, Armand, Gitta, Carine et Marleen fondent avec Florence Saint-Luc le chercheur collectif international à la fin de l'atelier "Formation des enseignants en Europe", durant le congrès de l'ICEM, en août 2009

 

 En février 2010, un séjour à Valencia amène à filmer la formation du séminaire Freinet, formation visant la rénovation pédagogique pour les enseignants, et particulièrement les novices.

Ramon, enseignant et formateur d'enseignants a organisé mon séjour en Espagne du point de vue des visites, et Lupe, conseillère pédagogique à Ontinyent, a assuré les aspects matériels rendant le séjour très agréable : gastronomie et hospitalité au rendez-vous ont rendu ce travail de recherche très agréable.
 
En Espagne, la rénovation pédagogique s’appuie sur Freinet comme un des piliers fondamentaux, sans être l’unique (Freinet, Tonnucci, et les pédagogues espagnols de la fin du XXème siècle : Gimeno Sacristan, Flecha, Santos Guerra, etc.) L’organisateur, Ramon Torres, responsable de la formation du STEPV (Sindicat de treballadores i treballadors del ensenyament del País Valencià), me demande d’animer une intervention filmée sur « Coopération et apprentissage » www.dailymotion.com/video/xmayeo_cooperation-et-apprentissagevp_webcam pour la première séance d’une session du séminaire Freinet : c’est l’occasion de mettre en œuvre une émergence issue des interactions précédentes, issues de confrontations coopératives interculturelles. Son effet sur les « apprenants » peut être analysé grâce à la transcription de la vidéo, et aux échanges organisés sur le moodle. Cette expérimentation débouche sur la production d’une matrice d’autoformation coopérative.




 
Le mouvement portugais de l’Ecole Moderne ne se réfère plus uniquement à Freinet. Il s’appuie largement sur Bruner et les post-vygotskiens : il a largement théorisé la formation en son sein.
 
 
Manuela Castro-Neves, enseignante à la retraite dans la région de Lisbonne, est le dernier lien entre le Mouvement portugais de l'Ecole Moderne et la FIMEM. En février 2010, elle me permet de participer à une journée de formation ouverte organisée par le MEM à Lisbonne et elle me présente à Assunção Folque, alors présidente du MEM.
 
Son fondateur, Sérgio Niza, travaille au Conseil Supérieur de l’Education. La formation initiale des éducatrices de maternelle est filmée à l’université d’éducation d’Evora, grâce à Assunção Folque.
Assunção Folque, travaillait en maternelle avant sa thèse en Sciences de l'Education. Présidente du MEM pendant une période se terminant en avril 2010, elle  assure la formation des éducatrices de maternelle à l'université d'Evora (Portugal).
 
Le processus de formation continue au sein du Mouvement de l’Ecole Moderne permet de travailler sur l’autoformation coopérée dans la région de Lisbonne, grâce à des entretiens et deux auto-confrontations.
Manuela Castro-Neves m'a accueillie très gentiment chez elle, près de Lisbonne, et a assuré l'organisation de mon séjour au Portugal.
 
La co-animation internationale d’un atelier long (6 fois 3 heures) intitulé « coopération internationale et formation de formateurs », lors de la Rencontre Internationale Des Educateurs Freinet (RIDEF), à Nantes, en juillet 2010, constitue une confrontation coopérative internationale rassemblant 23 participants de différents pays, différents continents, à différentes places du système éducatif.
 
Les participants de l'atelier coopération internationale et formation de formateurs à la RIDEF de Nantes en juillet 2010
 
Elle débouche sur la mise en place d’une coopération internationale qui se matérialise par un blog, un site web, et une liste d’échanges sur google. Pour la première fois, des participants d’un atelier continuent à communiquer entre deux RIDEF, et le groupe s’étend en englobant des personnes qui avaient participé à des rencontres précédentes, qui ont été rencontrées dans différents pays, ou manifestent un intérêt pour la formation.
 
 
Les réinvestissements dans d’autres contextes sont visibles pour les formateurs de Valencia (Ramon Torres et Lupe Palau), qui ont participé au congrès de l’ICEM en 2009, et ont fait partie de l’équipe de co-animation de l’atelier avec Gitta, Flor, et Anne-Sophie Galerneau, maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille.
 
L'équipe de co-animation de l'atelier long coopération internationale et formation de formateurs durant l'atelier long Coopération internationale et formation de formateurs pendant la RIDEF de Nantes en 2010 : de gauche à droite Gitta, Anne-Sophie, Flor, Florence, Lupe et Ramon
 

 Un questionnaire a été proposé pour essayer de voir les réinvestissements dans les contextes locaux. Il permet d’en visualiser certains.

Lors de la RIDEF, Risto Patrikainen me propose de présenter dans son école d’application de la faculté d’éducation de Joensuu, une intervention sur le thème « tâtonnement expérimental et théories de l’apprentissage » en anglais, en octobre 2010. Un montage vidéo sur la classe de Françoise Dor, dans une classe d'école maternelle de Waremmes, près de Liège, est présenté (www.dailymotion.com/video/k5CZPRrrmGPfZS35pzL). Risto intervient dans l’enseignement en classe et la formation initiale des enseignants : les films sont travaillés avec l’auto-confrontation simple le soir. 
Risto prépare le stage avec les étudiants futurs enseignants qui vont intervenir dans sa classe à l'école d'application de la faculté de Joensuu en Finlande
 
L’autoformation coopérative du chercheur apportée par le travail réalisé précédemment va conduire à pouvoir rebondir sur l’imprévu pour constituer une émergence en matière de recherche/formation. Une série d’insights va conduire à une adaptation rapide aux conditions matérielles du travail et un apprentissage transformateur pour le formateur, le chercheur, et le stagiaire /étudiant, débouchant sur une nouvelle méthodologie de recherche issue d’un métissage créatif. Le document vidéo produit sur le lien théorie / pratique (www.dailymotion.com/video/k3UyZ7UfnH31Mb32hEn) a  paru exprimer la réalité des intentions et pratiques d’un acte de formation essentiel dans la formation des enseignants de Premier Degré, qui pourrait être étendu à la formation des enseignants de Second Degré. Une présentation réalisée lors du congrès de l’ICEM en août 2011, a montré l’effet déstabilisant apporté par la prise de conscience de points aveugles, apparus par contraste, et son intérêt. Un montage vidéo montre le fonctionnement du chercheur collectif international au travail www.dailymotion.com/video/k4prDqfTtppTJR32hB8: de l’organisation apprenante à l’intelligence collective internationale, et l’apprentissage transformateur généré www.dailymotion.com/video/k7fEHc1EmM9eBl31GOm Une vidéo présentant le fonctionnement de l’ensemble de l’atelier long « coopération internationale et formation de formateurs » est également disponible en ligne www.dailymotion.com/video/k4ZL1WU5ooWTR131CGO.

 

Le travail sur la formation certifiante à la pédagogie Freinet en Allemagne, et les échanges au sein de la recherche-action coopérative internationale ont débouché sur la production d’un montage vidéo sur la formation certifiante à la pédagogie Freinet à Gand (Belgique) www.dailymotion.com/video/k6qLxXdlpsGMaD31GgF à partir d’une auto-confrontation simple avec une formatrice, Carine Dick,  qui montre le réinvestissement de certaines idées issues de cette communauté de pratique et de discours créée dans le cadre de ce chercheur collectif international ; des émergences innovantes sont évidentes également dans l’adaptation au contexte local. L’ensemble est cohérent avec les valeurs de la pédagogie Freinet, et constitue des bases qui peuvent inspirer d’autres mouvements de l’Ecole Moderne dans le domaine de la formation.
Des propositions pour la formation des enseignants à partir du travail de ce chercheur collectif international figurent dans le site « L’école changer de cap » www.ecolechangerdecap.net/spip.php?article261&lang=frCe document constitue donc le chercheur collectif comme un acteur social à prendre en compte dans le domaine de l’éducation et de la formation.
Un atelier long va être proposé pendant la RIDEF de León en Espagne. Un stage sera proposé durant l’été 2013 au Maroc.
Un travail important a été réalisé au Portugal. Mais hélas, à ce jour, le mouvement portugais de l’Ecole Moderne n’a pas voulu entrer dans cette recherche collaborative internationale, et les nombreux documents rédigés et filmés n’ont pu trouver leur aboutissement dans une finalisation. J’espère cependant que des perspectives de coopération pourront se profiler dans le futur.
L’auto-formation coopérative générée, basée sur le tâtonnement expérimental et la coopération, a été théorisée dans le cadre d’articles dans différentes revues, y compris scientifiques, et dans le cadre d’une thèse, disponible en ligne sur le site de l’ICEM www.icem-pedagogie-freinet.org/node/23222. Les annexes de la thèse ne sont pas disponibles en ligne, mais peuvent être envoyées sur demande. Le volume 2 apporte le développement concret des didactiques professionnelles mises en œuvre dans le cadre de la co-formation. La méthodologie particulière développée dans le cadre de la thèse permet d’argumenter l’intérêt de la recherche-action dans un cadre épistémologique. Elle donne des fondements au statut de praticien-chercheur. Dans le volume 3 des annexes, l’analyse développée dans le cadre de l’animation d’un sous-groupe pendant l’atelier long de la RIDEF de Nantes apporte des illustrations concrètes sur le fonctionnement d’un groupe coopératif, et donne des éléments pour définir ce que peut être une intelligence collective internationale. Cela peut donc servir à d’autres personnes souhaitant s’investir dans une recherche universitaire.
 

5.     Perspectives

Le chercheur collectif peut réfléchir sur une orientation professionnalisante, trouver des passerelles entre la théorie à l’université et la formation initiale dans les Centres de formation, les rapports entre éducation et formation, les partenaires qui doivent être impliqués, l’alternance des programmes de formation et leurs contenus, la production de documents pour un « un savoir- enseigner » qui distingue le préscolaire du primaire et du collège.

 Cette production d’outils nécessaires est essentielle au processus de réflexion sur soi, sur ses pratiques pédagogiques individuelles, et sur la transformation de la société.

 

CONCLUSION

 

Le travail réalisé dans le cadre de la thèse montre que la diversité culturelle peut être source de richesse, d’intelligence collective internationale, et d’apprentissage transformateur, développant des savoirs actionnables transférables dans différents contextes, notamment en matière de formation de formateurs : ils sont visibles dans les nombreuses productions vidéo de ce chercheur collectif international. Un travail de fond suppose de prendre en considération l’importance de la formation de formateurs et du lien entre théorie et pratique. La formation des enseignants pourrait alors intégrer les apports de la pensée complexe et des théories de l’apprentissage. La coopération internationale amène les acteurs à prendre conscience des points aveugles de leur système, afin de faire évoluer leurs représentations des objectifs à atteindre et des stratégies possibles pour les mettre en œuvre, afin de transformer profondément les pratiques éducatives.
La volonté de cohérence entre théorie et pratique a débouché sur la nécessité d’une réelle articulation entre éducation, formation et recherche, à partir d’une réflexion sur les finalités possibles d’une éducation du futur (Morin, 1999). Le tâtonnement expérimental et la coopération fondent ainsi des perspectives d’apprentissage communes aux apprenants (enfants, adultes) et aux praticiens, qu’ils soient dans le domaine de l’éducation, de la formation comme de la recherche.
Les avancées réalisées par cette recherche collaborative, véritable recherche-action coopérative internationale,  s’appuient sur les pratiques, techniques et concepts issus du mouvement Freinet : elles révèlent la commission internationale formation de la FIMEM comme un acteur social à prendre en compte dans le domaine de la formation et de la recherche.
 

BIBLIOGRAPHIE

Ardoino J.(2000). Les avatars de l’éducation. Paris : PUF

Ardoino, J. (2003). La recherche-action, une alternative épistémologique, une révolution copernicienne, in Missote P. Mesnier P-M (2003) La recherche-action Une autre manière de chercher, se former, transformer

Lémery E. (2010). Apprendre, c’est naturel... Un processus universel d’apprentissage, d’action et de pensée : le tâtonnement expérimental. Paris :Thélès 

Lévy P. (1994 ). L’intelligence collective Pour une anthropologie du cyberspace. Paris : La Découverte

Mallet J. (2007). Intelligence collective, équipe apprenante et TICE. Les problèmes culturels sous-jacents, available on <http://ticemed07.univ-cezanne.fr/actes/diapos/09-mallet.pdf>,
Morin E. (1999) Les sept avoirs nécessaires pour l’éducation du futur http://unesdoc.unesco.org/images/0011/001177/117740fo.pdf  

Niza, S. (1996). Fondements conceptuels du système de formation. Houssaye J. (dir) Pédagogues contemporains. Paris : Armand Colin, p. 224-227

Reuter Y. Carra C. (2005). Analyser un mode de travail pédagogique " alternatif" : l'exemple d'un groupe scolaire travaillant en pédagogie" Freinet. Revue française de pédagogie n°153, p. 39-52     

 Reuter Y. (dir). (2007), Une école Freinet. Fonctionnements et effets d’une pédagogie alternative en milieu populaire. Paris : L’harmattan

 

Publications dans différentes revues autour du travail sur l’auto-formation coopérative, l’éducation, la formation, en lien avec la recherche-action coopérative internationale  

  Saint-Luc F.(à paraître). « Le système éducatif : constats et perspectives d’évolution ». Esprit critique. Revue internationale de sociologie et de sciences sociales

   Saint-Luc F.(2011). « Pédagogie Freinet et pensée complexe ». La recherche en éducation  

http://www.la-recherche-en-education.org/index.php/afirse/article/view/71 [ref du 08 01 2012]

 

Saint-Luc F. & Mallet J., (2010) « La coopération internationale dans la recherche-action en éducation Un autre moyen de concevoir et de mettre en œuvre la formation des enseignants » in Les cahiers du CERFEE n°29

 Saint-Luc F., (2010) « Éducation et formation des enseignants en Finlande : la place des pédagogies actives et coopératives » in Spécificités n°2, janvier 2010, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, éditions Association CITéS - Matrice,p.217-230

 

 Autres Articles

  Saint-Luc F. (2010) « Education et formation en Finlande »in N’autre école n°26 avril 2010

 Saint-Luc F. (2009)« Education et formation en Europe » in revue Former des Maîtres  septembre 2009, et site SNESUP

http://www.snesup.fr/Presse-et-documentation?aid=4297&ptid=5&cid=2320 [réf du 02 11 09]

Saint-Luc F. (2009) « Enseigner est un métier qui s’apprend : oui, mais comment ? »  in L'Emancipation syndicale et pédagogique décembre 2009

Saint-Luc F. (2011)  "Propositions de formation des enseignants fondées sur des pratiques effectives à l'étranger" site l'école changer de cap http://www.ecolechangerdecap.net/spip.php?article261&lang=fr          

  Communications publiées dans des actes de congrès ou colloques

Saint-Luc F. (2011). ”Education, Teachers Training and Research Within the Modern School Movement: from International Confrontation to Co-operative Self-training”,  Transformative learning in time of crisis : individual and collective challenges, p. 281-288 téléchargeable en ligne sur

Saint-Luc F. (2010). Coopération, recherche-action et formation des enseignants. Colloque « La pensée complexe, défi pour l’éducation, la recherche, les organisations. Disponible sur http://www.trigone.univ-lille1.fr/complexite2010/actes/SaintLuc.pdf


[1] Morin, E. (1999). Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur. Paris : Seuil en ligne également sur le site de l’UNESCO en plusieurs langues
 [2] Lévy P. (1995). Pour l’intelligence collective, cyberespace et démocratie. Le Monde diplomatique octobre 1995
[3] Classe de Chantal Meuleman
[4] Classe d’Alain Buekenhoudt
[5] Clot et al (2000). Entretiens en autoconfrontation croisée : une méthode en clinique de l'activité, [en ligne]. 2000, [ref du 09 01 10], 2000, disponible sur <http://www.pistes.uqam.ca/v2n1/articles/v2n1a3.htm>

 

 

Effet-formation

La formation continue des éducatrices et éducateurs constitue un excellent moyen qui permet d'apprendre à apprendre. Je partage cette vision des formateurs, qui soutiennent la philosophie de Célestin FREINET.
Moi, je mets en pratique les techniques Freinet dans l'école primaire publique d'Atchontoé, circonscription scolaire d'Athiémè, Département du MONO, Pays Bénin en Afrique de l'ouest.
Toussaint

proposition

salut belles initiatives qu'on aimerait confronter à notre expérience de professionnalisation des métiers de l'enseignement au Maroc et nos différents travaux de recherche-action.......................................... Un groupe Facebook est en cours de constitution pour cette effet, vous y seriez les bienvenues

https://www.facebook.com/groups/164479080416686/

En plus d'une page: CRMEF/fes didactique du FLE, rassemblant une multiplicité culturelles autour des pratiques de classe

https://www.facebook.com/groups/364361300303175/