Aller au contenu principal

2012 La coopération - compte-rendu de travail en groupe de l'atelier long co-formation internationale de formateurs - 31 juillet 2012

Qu’est-ce que la coopération ?

Nous pensons que la coopération est une forme dans laquelle faire, penser et élaborer se fait avec les autres. C’est une manière de concevoir la relation entre les maîtres, les élèves et les savoirs.
La distribution des responsabilités se fait de manière égalitaire et tournante. L’autonomie existe en lien avec le faire, l’autonomie en relation avec l’adulte, mais assumant une responsabilité de groupe.
La classe coopérative entre en conflit avec une société qui n’est pas coopérative. La coopération implique une attitude de transformation dans la distribution du pouvoir et la possibilité de pouvoir prendre la parole.
Noelya, Viki, Giovane, Max, Maria

 
Quelles sont les finalités de la coopération ?
-Eduquer pour un monde plus équitable et donner l’égalité des chances
- S’enrichir des expériences des autres et évoluer
- Trouver des solutions aux problèmes
- Donner de la valeur à chaque personne
- Améliorer la qualité du travail par la critique des autres, car le travail collectif est beaucoup plus que la somme des travaux individuels
- Evolution démocratique du groupe et formation à l’écoute des autres et au respect du point de vue des autres
- S’épanouir à travers la liberté d’expression 
- Développer la socialisation à travers la joie d’être en groupe.
 
Gisèle Régine Nicoleta Mohamed
 
Comment peut-on former un groupe d’adultes pour qu’il soit coopératif ?
Les conditions :
Créer un climat agréable
Donner un thème de travail et un objectif clair
Le projet doit permettre la participation de tout le monde.
Confiance mutuelle
Créer une motivation
Le fait de ne pas porter assez d’attention à ces points suscite des conflits.
La régulation des conflits
Pour réguler les conflits :
        Discuter les conflits en groupe
        Transformer le conflit de personnes en conflit socio-cognitif
        Prendre du temps pour communiquer, afin de pouvoir comprendre la pensée de l’autre et d éviter les malentendus.
        Quand une tension existe entre deux personnes, la présence d’une tierce personne pour assurer la médiation est très utile, avec l’intention de résoudre le problème.
        Il est intéressant de créer la fonction de médiateur. Il est souhaitable d’avoir un médiateur de chaque genre (un homme, une femme).
     Il est possible de formuler l’objet du malaise par écrit.
     Pour exprimer ce qui fait problème, il faut respecter des règles de grammaire relationnelle : ne pas dire « tu es ceci ou cela», mais plutôt « J’ai ressenti cela quand tu as fait ceci, et cela m’a posé tel problème, ou cela a déclenché telle émotion. »
Deux stratégies sont possibles :
*Prévention des conflits
*Solution des conflits.
• La technique des messages clairs permet de traiter des problèmes peu importants entre deux personnes sans passer par le groupe, et de les résoudre. Un message est donné à la personne avec laquelle a eu lieu le problème. Un échange entre les deux est alors possible pour le réguler.
Si le problème est plus grave :
* la présence d’un médiateur est possible.
*il est possible de passer par un moment régulé avec un animateur qui engage la participation de toutes les personnes du groupe.
Tomás, Lupe, Gitta, Florence