Aller au contenu principal

Comment collectionner, produire, partager des documents sur Freinet en anglais?

Bonjour,

Ceux qui comprennent français ou espagnol ont de la chance dans le monde Freinet...

Plusieurs educateurs freinets qui ne comprennent pas le français ont lancé le sujet du manque de ressources en anglais (pour certains pays mélangé par la manque d'une site pour leur mouvement.)

Ils ont besoin des articles, documents, sites anglophone avec information pour utiliser dans leur formations.

Nous sommes en train de faire deux choses: rechercher le problème et trouver des solutions:

Voici une liste des pays ou il y a des educateurs qui ont besoin des information en anglais (on peut ajouter):

Ghana

Nigeria

South Korea

Sweden

Japan

India

Switzerland

Canada

Bresil

Italy

Palestine

Germany

Austria

Belgium

Netherlands

Portugal

...? quels pays encore?

Problème supplémentaire: anglais ce n'est pas leur langue maternelle!
Mais pour la plupart des pays: dans leur langue maternelle il n'y a rien ou très peu de materiel.
Exception: Allemand, Neerlandais, Portugais?, Italien? ...?

On doit
1. collectionner
2. produire
3. partager
les informations et documents.

On est en train de parler sur ces questions ici:
https://www.facebook.com/RIDEFLjungskile2018/posts/269733556780521 
(en anglais evidemment, mais avec la traduction facebook ca va pour suivre un peu le debat)

En parallèle il y a un groupchat Messenger ou on parle sur les meme sujets parce que en Afrique on n'a pas facilement acces au pages facebook et ils préfèrent parler en messages.

Enquêter sur qui a besoin de cela crée la motivation et l'énergie.
Puis nous avons besoin d'opinions et de bénévoles pour les étapes 1 et 2.

Je pense que c'est quelque chose qui sera debattu jusqu'à ce que on a résolu le problème: avant ou pendant ridef 2018.
On voudra continuer
de parler de ce sujet dans l'assemblée et les groupes linguistiques.

Katrien
(reconnaissante l'hasard de connaitre plusieurs langues et consciente de l'importance pour la démocratie de trouver des solutions)

Matériel pédagogique en anglais

Très vrai Katrien,
J'ajouterais la Chine dans les pays pouvant apprécier avoir des publications en langue anglaise. Certaines traductions anglaises existent mais à quel prix? Ce sont souvent de vieilles publications imprimées à peu d'exemplaires...
J'ai eu la chance de faire quelques conférences en anglais lors de mon séjour en Chine et mes recherches de matériel à offrir à mes hôtes n'ont pas été très fructueuses. On y commence la traduction en Chinois d'oeuvres choisies en français toutefois. La difficulté est de trouver des chercheurs et traducteurs bénévoles pour faire le travail de traduction en anglais. Si les anglophones ne connaissent pas Freinet, ils ne seront pas portés à traduire ses livres. Il faut donc selon moi faire connaître la pédagogie d'abord de façon orale pour susciter un intérêt suffisant pour amener des professionnels à faire ce travail de moine (bénévolement!). Gros contrat.
J'ai quand même trouvé des textes anglais de Victor Acker sur la vie et la pédagogie de Freinet et de W.B. Lee et John Sivell, mais encore, à des prix exorbitants.
Quoi faire sinon être invité à parler de la pédagogie Freinet en anglais.
J'apprécie aussi la chance d'être bilingue et suis disposé à partager mon expérience de pédagogue québécois en pédagogie Freinet.
Au plaisir,

Creating content in English

Thank you dear collegue (I don't know who you are, your name is not visible in your reaction)
(je vais répondre en anglais parce que cela concerne justement ceux qui ne comprennent PAS le français)

Indeed, China is already on the extended list of countries who need English resources. This list is growing as our investigation of this matter continues.

" La difficulté est de trouver des chercheurs et traducteurs bénévoles pour faire le travail de traduction en anglais. Si les anglophones ne connaissent pas Freinet, ils ne seront pas portés à traduire ses livres. Il faut donc selon moi faire connaître la pédagogie d'abord de façon orale pour susciter un intérêt suffisant pour amener des professionnels à faire ce travail de moine (bénévolement!)"

= "The difficulty is to find volunteer researchers and translators to do the translation work in English. If anglophones do not know Freinet, they will not be inclined to translate their books. We have to make the pedagogy known orally first to generate enough interest to get professionals to do this monk work (voluntarily!) "

Yes I also believe that translating is a huge work and not the first thing to start with (even if you find a capable volunteer: how would we decide what work to translate first? let's think carefully about the needs)

What do we know:

There are teachers in different countries (in all corners of the world) who are interested in learning and sharing Freinet content.
We'll find out together what works best: chatgroups? coöperative website? videosharing?
Using modern technology to do what Freinet himself did also: correspondence between teachers to learn and develop our understanding of our pedagogy...

To be continued...

Katrien

Creating content in English

Thank you dear collegue (I don't know who you are, your name is not visible in your reaction)
(je vais répondre en anglais parce que cela concerne justement ceux qui ne comprennent PAS le français)

Indeed, China is already on the extended list of countries who need English resources. This list is growing as our investigation of this matter continues.

" La difficulté est de trouver des chercheurs et traducteurs bénévoles pour faire le travail de traduction en anglais. Si les anglophones ne connaissent pas Freinet, ils ne seront pas portés à traduire ses livres. Il faut donc selon moi faire connaître la pédagogie d'abord de façon orale pour susciter un intérêt suffisant pour amener des professionnels à faire ce travail de moine (bénévolement!)"

= "The difficulty is to find volunteer researchers and translators to do the translation work in English. If anglophones do not know Freinet, they will not be inclined to translate their books. We have to make the pedagogy known orally first to generate enough interest to get professionals to do this monk work (voluntarily!) "

Yes I also believe that translating is a huge work and not the first thing to start with (even if you find a capable volunteer: how would we decide what work to translate first? let's think carefully about the needs)

What do we know:

There are teachers in different countries (in all corners of the world) who are interested in learning and sharing Freinet content.
We'll find out together what works best: chatgroups? coöperative website? videosharing?
Using modern technology to do what Freinet himself did also: correspondence between teachers to learn and develop our understanding of our pedagogy...

To be continued...

Katrien
P.S.: Can you put your English conférences in the fimem site? People would love to read it.