Aller au contenu principal

2016 Qu'est-ce qu'une Ridef?

Dans :

                    Ridef BENIN         Juillet 2016              

                                               Par Giancarlo CAVINATO

 

                         



                                                                                                                



1.QU'EST-CE QU'UNE RIDEF ?

Une RIDEF est une conférence internationale parrainée par la Fédération Internationale des Mouvements Freinet (FIMEM).
Cette conférence a lieu pendant l’été, à tous les deux ans. Pendant ± dix jours, des groupes d'enseignants provenant d'une quarantaine de pays travaillent ensemble pour échanger des idées, des expériences et des projets.

 

2. POURQUOI EN AFRIQUE?
La dernière rencontre internationale a eu lieu au Bénin, en juillet 2016. Selon l’usage, leur candidature a été proposée et acceptée lors de la Ridef d’Espagne, à Leon, en 2012.

Organiser un RIDEF n'est pas une tâche facile et les pays développés en connaissent bien les exigences en termes de : l'emplacement, la nourriture, les outils, les technologies, les salles de rencontre, les excursions, ... Toutefois, si un pays en développement demande à organiser une RIDEF, il pourra compter sur la FIMEM pour l’appuyer et le conseiller dans sa démarche.

Au Bénin par exemple, le CA de la FIMEM avait mandaté trois représentants pour effectuer une visite préliminaire sur place afin de vérifier les conditions prévues par le Mouvement Béninois pour l'événement. D'autres groupes d'enseignants africains et européens ont également soutenu l’ organisation .

 

3. ÉDUCATION ET PROBLÈMES SCOLAIRES EN AFRIQUE
En Afrique, les enseignants ont besoin de formation, d'installations, de bonnes pratiques puisqu'ils travaillent dans des situations très difficiles: des classes bondées, des enfants qui doivent travailler au lieu d’aller à l’école, des décrocheurs, etc.
De plus, dans ces écoles, il y a un manque flagrant d'outils de travail, de matériel, de formation, de nouvelles technologies, de bibliothèques, de laboratoires,…
Au cours de ce millénaire, nous devons obliger les gouvernements, les autorités scolaires, la société civile et les organisations internationales des pays «C» à corriger cette absence totale d'éducation et à améliorer la qualité de la vie des enfants (des filles surtout).

L'une des priorités de notre Fédération est la protection des droits des enfants et des adolescents ainsi que l’offre des mêmes possibilités pour tous dans le monde entier… du moins à l'école.

4. LIEU DE RENCONTRE
La rencontre s'est déroulée dans la région de Mono-Couffo, dans le village de Dogbo. Il est à environ 200 km de Cotonou, la capitale administrative où se trouve l'aéroport national du Bénin.
En raison des conditions des routes, il faut environ six heures pour arriver à Dogbo.
L'institut où a eu lieu la conférence était l'ENI (École normale pour la formation des jeunes enseignants).
Il y avait plusieurs bâtiments : une grande salle pour les réunions plénières, plusieurs salles de classe, un grand bâtiment pour le restaurant, cuisines, salles d'étudiants, bureaux administratifs et un grand jardin.
Dans cette école, pouvant accueillir plus de 300 personnes, il y a eu 187 participants.  50 Européens, 7 d'Amérique du Sud et d'Amérique du Nord et 130 d'Afrique (Bénin, Togo, Côte d'Ivoire, Maroc, Burkina Faso, Togo, Cameroun, Sénégal et Nigéria, Niger, Ghana, et Congo). Il y avait principalement des participant francophones, mais , une première, quelques participants anglophones également.

 

5. DÉBUT DE LA RIDEF
Le tout a débuté le lundi 18 juillet mais plusieurs participants étaient arrivés quelques jours auparavant et avaient aidé les enseignants locaux à préparer l’accueil.
En cette saison des pluies, il a plu beaucoup dès les premiers jours. Malgré l’appel au magicien des pluies, rien n’y fit. La route du village menant à ENI était remplie de boue. Les voitures et les motos taxis (les plus utilisés au Bénin) ne pouvaient pas continuer à cause des conditions routières. S'il avait plu encore le dimanche, nous craignions que personne ne puisse se présenter le lundi. Dieu merci, le soleil brillait le dimanche, plusieurs ont donc pu participer à l'événement.

 

6. BIENVENUE AUX PARTICIPANTS
Les participants venaient de 4 continents. Ils sont arrivés en différents groupes et ont été accueillis à l'aéroport de Cotonou. Ils venaient de Paris ou de Casablanca et sont arrivés tard dans la nuit.
De Cotonou, ils se sont déplacés en voiture vers la ville de Lokossa et les villages environnants. Des participants, inscrits à la Pré-Ridef, étaient hébergés dans des familles béninoises pour avoir ainsi l'occasion de connaître la vie et les habitudes propres au pays d’accueil.
Pendant ce temps, les membres du CA de la Fimem ont été accompagnés jusqu’à Dogbo afin de préparer les derniers détails avec le comité organisateur. D'autres volontaires de Belgique, d'Italie et du Mexique ont organisé l’accueil.
À leur arrivée, les participants se sont installés dans les chambres d’étudiants à l'ENI ou dans les deux hôtels du Village. Ils ont reçu un dossier et des coupons -repas pour les dix jours de l’événement. Le thème de la rencontre était « participation démocratique à l'école pour une citoyenneté mondiale ». Des échanges d’expériences, des activités de groupe de nombreuses expositions ont été organisées sur ce thème.

 

7. PREMIÈRE SÉANCE PLÉNIÈRE
En l'après-midi, les autorités nationales et locales, les membres du CA de la FIMEM et le comité organisateur ont assisté à une séance plénière très animée. En particulier, nous avons apprécié l'intérêt manifesté par l'administration locale grâce au maire de Dogbo, le seul qui a contribué financièrement à la réussite de l'événement.
Les discours alternaient avec des danses rythmées au son de tambours présentées par un groupe folklorique local composé de jeunes. Les danses simulaient des scènes de chasse dans la savane. Très apprécié !
La journée s'est terminée par un dîner coopératif caractérisé par des produits apportés par des participants de tous les pays.

 

8. CATÉGORISATION DES PAYS
La FIMEM repose sur des principes de solidarité et de coopération. Nous soutenons des projets de recherche et de formation pour certains pays d'Afrique, d'Amérique latine et d'Europe de l'Est. De nombreux enseignants africains ont pu assister à cette RIDEF grâce à la contribution de solidarité des pays de l'hémisphère Nord, ayant de meilleures conditions de vie.

Les participants paient des frais d'inscription différents selon qu’ils proviennent de pays «A» ou «B» ou «C» selon une catégorisation fournie par l'OCDE.

Afin de permettre aux participants (en particulier aux jeunes enseignants des pays du Sud) de prendre en charge les frais de déplacement, de séjour et de formation, différents tarifs sont proposés en fonction du niveau de vie des différents pays, répartis en trois catégories.

 

 

9. ATELIERS LONGS ET COURTS

Les ateliers longs se sont déroulés sur sept matinées. Chaque session a duré 4 heures. Les salles de classe de l’ÉNI ont servi de lieux de travail . Dans chaque atelier, il y avait environ 15-20 participants. Chaque atelier était animé par deux animateurs du même pays.
Les questions abordées étaient l'organisation de classe, les techniques de base de la gestion de classe, les différences culturelles, les nouvelles technologies, le langage corporel, le théâtre, la science, l'apprentissage des langues, l'exploration, ...
Lors de la dernière séance plénière, les participants ont dû faire une présentation de ce qu'ils avaient appris durant l'atelier.
Enfin, on a demandé aux participants de remplir un formulaire pour évaluer les activités et en particulier le succès des ateliers. Les commentaires étaient vraiment positifs.

Les ateliers courts ont eu lieu pendant les après-midi où il n'y avait pas d'autres activités. Environ 10 ateliers courts ont été organisés chaque après-midi.
Afin de partager les différentes activités, deux participants à chaque atelier ont échangé leurs idées en utilisant 3 fois les fins d'après-midi. Cette activité s'appelait «World Café».
Les thèmes abordés dans les ateliers courts ont été les droits des enfants, la vidéo, l'origami et d'autres activités japonaises, les cultures brésiliennes, les récits, l'apprentissage naturel, la sensibilisation interculturelle, ...

 

10. SOIRÉES INTERCULTURELLES

 

                                                         
Après le dîner, il y avait des spectacles intéressants, impliquant des groupes folkloriques, des chanteurs, des danseurs et des acteurs. Pendant 2 soirées, les groupes nationaux (Togo, du Bénin, du Sénégal, de la Côte d'Ivoire, du Cameroun, du Burkina Faso, du Brésil, du Canada, de l'Espagne, de la France, de l'Allemagne, de l'Autriche, de l'Italie, de la Suède, de la Suisse ) qui participaient à la Ridef ont présenté des spectacles de théâtre, des danses folkloriques, des chansons, des jeux, des vidéos, des expositions, ... qui représentaient certain aspects de leurs cultures .
Ces événements ont souvent été interrompus cependant par des pluies soudaines qui nous obligeaient à se réfugier dans le restaurant voisin.

 

11. TABLES RONDES
Deux tables rondes publiques ont été organisées lors de la «journée/forum ». Cette journée était également ouverte aux participants de l'extérieur. La première a eu lieu le matin et le thème était le rôle du néo-colonialisme et le développement de l'Afrique.
M. Pierre Dossou Tchouba, professeur de philosophie, et M. Jean Baptiste Donnou, professeur d'histoire et de géographie, ont ouvert la réunion en expliquant que lorsque nous parlons de l'Afrique dans les débats et les organisations internationales, nous nous plaignons de la pauvreté, de la famine, des maladies, des guerres locales. Il n'est jamais mentionné le fait que l'Afrique est aussi riche en ressources naturelles et humaines.
Ils ont expliqué la domination économique et politique que la France exerce encore sur les anciennes colonies. La France et l'Angleterre gèrent les taux de change monétaires, choisissent les candidats présidentiels des différents pays, étouffent leurs économies.
Les dirigeants politiques sont corrompus. L'Amérique et la Chine investissent en Afrique, mais ils obtiennent également des territoires et des sociétés fondatrices, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) contrôle les finances, l'Europe et les États-Unis créent un protectionnisme qui rend impossible l'exportation de marchandises, la Chine détruit les cultures traditionnelles pour employer ses propres cultures de soja qui ont bouleversé l'équilibre précédent. Aucune compensation pour la traite des esclaves n'a jamais eu lieu au nom des Etats européens.
Nous comprenons la raison pour laquelle les billets de banque dans les pays d'Afrique subsaharienne sont marqués CFA qui signifie «colonies françaises de l'Afrique» comme il y a cent ans!
La colonisation culturelle persiste même dans les aspects pédagogiques: les manuels sont de la France, les autorités scolaires introduisent la pédagogie des compétences, l'organisation scolaire est la même qu'en France.
Les experts disent que le seul espoir réside dans les organisations de la société civile.

En fin d’après-midi, une deuxième table ronde débattait sur la pédagogie et la citoyenneté: «la pédagogie pour une société démocratique».
L'école est la première expérience sociale pour un enfant. Elle doit être ouverte à tous, aux personnes issues de milieux sociaux, religieux et familiaux différents. À l'école, les enfants rencontrent d'autres enfants qui n'appartiennent pas souvent à leur communauté. À l'école, ils doivent apprendre à vivre avec les autres élèves qu'ils n'ont pas choisis. Ils doivent construire une relation de communion et de solidarité.
Les points suivants ont été discutés:
1. L'école: espace public, formation sociale, formation des citoyens
2. Un accord citoyen entre différents sujets d'un point de vue social, ethnique et religieux
3. Qu'est-ce que la démocratie et quels obstacles elle rencontre
4. Le modèle néolibéral, la concurrence
5. L'école d'inclusion
6. Principes d'une école de citoyenneté
7. Comment rendre l'école démocratique
8. La relation entre le savoir et le contexte authentique de l'apprentissage: promouvoir les activités mentales
9. La recherche, la vérité, la pensée critique, le débat et les techniques de questionnement
10. Rôle heuristique de l'erreur
11. Évaluation de l'apprentissage

 

12. EXCURSIONS
C'est une tradition aux Ridef d'interrompre les activités pour que tous les participants puissent choisir une des excursions organisées par les organisateurs.

Il y avait trois sites à visiter:
Visite d'un village lacustre sur pirogues
Abomey, l'ancienne capitale du Dahomey et les palais royaux
Ouidah et la Porte de non-retour en souvenir de l'esclavage
Malheureusement, la veille de l’excursion et pendant toute la nuit , il a beaucoup plu.
Les participants, divisés en trois groupes, ont dû attendre les navettes très longtemps. Elles sont arrivées très tard en raison des horribles conditions des routes.
Après plusieurs tentatives pour se débarrasser de la boue et une longue attente, les participants sont finalement partis pour les excursions, réduites à deux parce que le voyage au Village lacustre n'était plus possible.
Les voyages à Abomey et à Ouidah sur le golfe de Guinée étaient très intéressants d'un point de vue historique.
À Ouidah, nous avons été bouleversés par la vision de la place du marché et de l'arche construite par l'UNESCO en souvenir de la longue file d'esclaves enchaînés montaient à bord des bateaux les menant dans les Antilles ou au Brésil.
À Abomey nous avons fait une visite très intéressante aux palais et sur le chemin du retour nous nous sommes arrêtés pour visiter les grottes souterraines où vivaient les primitives.

Chaque roi avait son palais et son animal totem. Nous avons été impressionnés par l'histoire du dernier roi, vaincu par les Français, qui voulait rencontrer le roi de France afin que ce dernier lui fasse des excuses. En promettant de l’amener à la rencontre du roi de France, les Français l’emprisonnèrent en Martinique.

 

13. POST-RIDEF (VOYAGE AU NORD)
À la fin de la RIDEF, un groupe d'environ 20 participants a accepté la proposition d'un voyage post-RIDEF, au nord du pays appelé.
D'autres participants ont plutôt choisi l’hébergement dans des maisons privées pendant une semaine.
Les personnes qui ont fait le voyage dans le Nord ont visité Otammari, une région de montagne.Après avoir visité le musée ethnologique local, nous sommes allés à un village formé par des bâtiments caractéristiques appelés « Tatas » où nous avons passé la nuit.

Nous avons été accueillis par une ONG qui développe l'écologie et la vie dans les villages. Certains guides nous ont montré la préparation du beurre de Karité et ils ont expliqué le sens du totem accroché aux portes.En outre, en parcourant la forêt, ils ont décrit les propriétés médicales de certaines plantes.

Puis ils nous ont emmenés à des chutes incroyables où nous nous sommes baignés.

Finalement, nous avons exploré certaines grottes où, dans le passé, les gens ont trouvé refuge auprès des chasseurs d'esclaves.

Avant de quitter le village, les femmes ont entamé des danses locales et nous invitaient à partager leurs rituels.Le dernier jour, nous sommes restés dans une ville où nous avons visité un grand marché avec des produits locaux faits à la main.


14. BENIN: HISTOIRE ET ESCLAVAGE
La diaspora des Africains a commencé avec la traite des esclaves au début du XVe siècle.
Après l'indépendance des États-Unis, reconnue par le traité de Versailles en 1783, les Anglais perdirent leur intérêt pour la traite des esclaves. Les Espagnols de Cuba et les Américains remplacèrent l'Angleterre dans la traite des esclaves.
Le Bénin et les autres pays d'Afrique occidentale ont été privés de leurs ressources et de leurs énergies, car beaucoup de ses habitants ont été pris comme esclaves et envoyés sur la côte du golfe de Guinée. Le roi du Dahomey et les chefs des villages étaient impliqués dans la traite des esclaves.
Beaucoup d’entre eux sont morts ou sont tombés malades en mer. Les morts ont été jetés dans de grandes fosses et les malades ont été lancés aux alligators dans les douves qui ont entouré les forts européens (portugais, français, forts hollandais).
À Ouidah, une ville près de l'océan, il y a «l'arbre de l'oubli». Dans le sens des aiguilles d'une montre, les hommes enchaînés devaient tourner neuf fois autour de l’arbre( et les femmes sept fois) pour oublier qui ils étaient et d'où ils venaient. C'était un rite magique.
À Ouidah, il ya la place du marché des esclaves.Un musée commémoratif contient des objets échangés par des esclaves: perles, coquillages, bracelets de peu de valeur.Devant le golfe de Guinée, un arc majestueux construit par l'UNESCO symbolise la douleur des esclaves emmenés de leurs villages, de leurs familles, de leurs terres et contraints de travailler dur et parfois de mourir.
Le musée abrite également l'exposition photographique de Pierre Verger, anthropologue et photographe français. Les rites, les danses, les mascarades ancestrales des traditions africaines sont les mêmes que ceux de Bahia au Brésil. À Ouidah, il y a le district de «diaspora», habité par quelques descendants des esclaves de Salvador de Bahia. Ils ont importé la religion animiste, le vaudou, le candomblé en Afrique, tandis qu'au Brésil il y a des traces de religions et de langues africaines anciennes (Yoruba, Olokun, Sango, etc.).
Au Bénin, les principales religions sont le christianisme (catholique, évangélique, protestante, etc.) et la religion musulmane, mais elles sont profondément animistes. Près de dix millions d'Africains ont été asservis et expédiés vers le Nouveau Monde avant 1867. Pourtant, le commerce des esclaves existait au Brésil jusqu'en 1890.

 

CONCLUSIONS - RAPPORT FINAL
À la fin du RIDEF, une discussion a eu lieu pour évaluer les résultats de la rencontre et explorer de nouvelles propositions pour la prochaine RIDEF de 2018, en Suède.
L'évaluation était basée sur:
A. La performance des activités réalisées dans différents ateliers.
B. Une collection des résultats des discussions concernant les besoins de formation dans les pays en développement et leur application possible dans les écoles locales.
C. Les commentaires obtenus à partir des questionnaires remplis par les participants.

Tout le monde était vraiment satisfait des résultats. Une évaluation plus précise a été faite plus tard par le CA de la FIMEM et les organisateurs.

ridef

Un immense merci à Giancarlo qui nous permet de revivre les meilleurs moments de notre séjour à Dogbo.