Aller au contenu principal

Grèce, CR d'O.Francomme 22 Février au 18 Mars 2018

  

Compte-rendu du 10° séjour en Grèce
Du 22 février au 11 mars 2018 - Olivier Francomme 
 
Comme à l’habitude, le programme de travail était chargé, il y avait :
 
1° Les coopérations engagées avec le mouvement Freinet grec Skasiarheio
-la formation pilote (dans sa deuxième année, avec une extension aux lycées professionnels).
-une participation à une table ronde à l’Institut Français de Grèce ayant pour sujet :
-des interventions dans des écoles intéressées par la modernisation de l’enseignement (dont Corinthe et Nafplio), ainsi que des enseignantes : Maria Stefanou (en classe ?) et Seva Kyriakidou (au lycée ?)
 
2° La recherche-action initiée au lycée franco-hellénique Eugène Delacroix d’Athènes, avec une prévision d’extension à d’autres établissements. Une rencontre de l’équipe de recherche est programmée, ainsi que de premières (timides) communications. 
De plus, une demande de bourse auprès de la fondation Antoni Benaiges a été déposée, pour compléter le travail en traduisant les publications de recherche. Il faut établir le processus (et protocole) de traduction scientifique (les traductions « ordinaires » ne posant pas problème).
 
3° Les coopérations universitaires et institutionnelles, en particulier avec l’ESPE et l’UPJV d’Amiens.
-rencontre avec les étudiantes en Master MEEF à l’UPJV et des futures enseignantes : Marion Guilain et Daphné Plasmann. Mais peut-être ouverture à d’autres filières (école doctorale) : Vassiliki B..
-coopération avec l’Institut Français de Grèce avec Philippe Mogentale, notamment de futures interventions : en Crête et sur l’île d’Ios. 
 
4° Les travaux de l’Hyperstructure, qui permettent en particulier d’étendre les coopérations avec les Universités, et avec les autres établissements innovants, ou qui souhaitent s’engager dans une voie innovante (coopérative !).
 
Voyage jeudi 22 février 2018
 
Jeudi 22 février 2018 (arrivée vers midi à Athènes)
Après midi, visite rapide au lycée franco-hellénique Eugène Delacroix.
 
Vendredi 23 février 2018 
Matin arrivée vers 8h au lycée, c’est le jour du forum des métiers ! (Multiples stands dans le hall !).
Je rencontre les professeurs un par un dans la salle des professeurs. Il y a une tension perceptible à propos de l’AEFE qui doit réduire ses moyens, dont ses postes de « résidents français » (3 postes en 2017, et 3 en 2018) mais d’une manière plus large, ce sont les moyens des établissements de l’AEFE qui seront réduits (les postes « contrats locaux seront privilégiés, jusqu’à atteindre au moins 50% des postes). 
Parmi les problématiques pédagogiques abordées par les enseignants, il y a :
-le fractionnement des enseignements (tous les élèves ne sont pas là tous les jours : voyage,…).
-l’absence de travail collectif d’équipe (par classe).
En fait le projet déposé en juin n’a pas pu être mis en place : pas de salle réservées aux classes innovantes, pas d’heures dégagées, ni alignées pour permettre à l’équipe de se réunir, pas d’heure de conseil au programme des classes (ni des professeurs). Certains enseignants ont pourtant pris sur leur volonté, le fait d’attribuer des heures spécifiques, et de se rencontrer (Sylvie et Louis notamment, pour la Terminale ES).
Rencontre Mme Renn, discussion sur la situation de l’AEFE et les perspectives de formation, je dois lui envoyer un programme. Puis, déjeuner au LFHED et discussion avec les professeurs.
 
De 16h30 à 20h : Formation pilote au lycée professionnel Epal 3. Environ 40 personnes sont présentes.
Pierre-J L et Patrice B animent la première partie de la formation (présentation du conseil, des ceintures…) Je participe au débat général, rendez-vous est pris pour la prochaine journée de formation.
 
Samedi 24 février 2018
Tous les rendez-vous prévus ont été annulés un par un (singularité grecque !). 
 
Dimanche 25 février 2018
Travail avec Vassiliki et Ioanna : Vassiliki sera sans doute une des prochaines enseignantes grecques à passer un Master MEEF international avec l’UPJV à Amiens. Ce travail universitaire d’un an lui permettra de mettre au clair son projet de thèse de doctorat à venir ! Puis nous avons parlé des travaux de traduction à entreprendre en Grèce, afin de disposer d’articles variés sur la pédagogie Freinet. Trois types d’articles sont envisageables : articles scientifiques (revues classées), articles professionnels (revues interface), et articles grand public.
Nous avons aussi envisagé d’organiser une manifestation pédagogique : une présentation de la pédagogie Freinet à Sparte, dans un futur proche, dans laquelle Vassiliki s’investirait localement, avec l’appui de l’institut français de Grèce (confirmé par Philippe Mogentale le lundi soir après la conférence débat.)
 
Semaine du 26 au 30 février 2018
Programme de la semaine : Table ronde IFG, formation pilote et diverses rencontres !
 
Lundi 26 février 2018 
Le LFHED est en bac blanc cette semaine, j’en profite pour travailler avec Amalia : rencontre avec les professeurs, travail sur le Master d’Amalia, et préparation des interventions. 
 
Conférence-table ronde à 18h30 à l’IFG : plus de 300 personnes sont venues assister !
Après la présentation du film sur la classe de Michel Duckit « C’est d’apprendre qui est sacré » a eu lieu une table ronde débat, animée par Pierre J Laffitte, dans laquelle intervenait Michel Duckit, Patrice Baccou (pour présenter l’expérience des Calandrettes), et moi même, pour la FIMEM et les coopérations présentes et futures avec le mouvement Freinet grec Skasiarheio . Des enseignantes ayant participé aux échanges internationaux que nous avons organisés, sont intervenues pour témoigner (stage en Calandrette).
Pierre J Laffitte va écrire un texte en relation à cette conférence, parmi les thèmes abordés durant le débat, il y a débattu : la formation pilote en Grèce, la relation avec les parents, et le malaise enseignant. 
 
Mardi 27 février 2018
Travail avec Amalia sur le budget de la recherche au LFHED. Un premier point sur le programme du séjour et de la formation a été effectué.
Réflexion avec Alice sur les contours de la formation possible au LFHED, ce vendredi et la semaine prochaine.
 
Mercredi 28 février 2018
Travail avec Amalia sur son Master MEEF international, le point est fait sur les travaux à rendre, le chronogramme… Amalia fera son stage (avec Sofia) en France dans les Calandrettes pour étendre ses expériences des classes coopératives aux classes de pédagogie institutionnelle.
Soirée : rendez-vous au restaurant avec Marion et Daphné ! Elles travaillent au LFHED et souhaitent s’inscrire en Master MEEF international l’an prochain, afin de réaliser une réorientation professionnelle, et de se former dans un parcours universitaire qualifiant. Un contact a déjà été pris avec Delphine H, la formalisation de l’inscription va se poursuivre.
 
Jeudi 1° mars 2018 
Travail avec Amalia sur son CV professionnel, et sur la présentation de la pédagogie Freinet aux lycées privés francophones d’Athènes. C’est une rencontre de grande envergure, à laquelle sont conviés une centaine d’enseignants. Nous prévoyons plusieurs niveaux de présentation, des fondements paradigmatiques aux techniques utilisées en classe ; elle parlera de son séjour à Mons en Baroeul. 
16h30 Intervention dans le programme pilote à Athènes, je travaille dans le groupe second degré où sont présents des professeurs de lycées généraux et Yannis B, Directeur d’un grand lycée professionnel. C’est une des dernières rencontres de l’année, chaque participant(e) présente ses réalisations et ses difficultés. J’interviens en dernière phase pour faire ce que je fais dans les équipes des 3 lycées français où je travaille : un travail de concertation/mutualisation et de coformation. J’articule les pratiques avec la théorie et surtout avec les expériences accumulées au cours de ces dernières années. Nous terminons sur une présentation d’activité avec des ados (petit film), et le travail de rédaction à effectuer pour la prochaine session. 
 
Vendredi 2 mars 2018 LFHED, Coopération universitaire et Recherche
Arrivée au LFHED à 9h, je rencontre M Rossignol, Directeur de l’école primaire du LFHED. Nous discutons sur les perspectives de coopérations entre le LFHED et plus largement l’AEFE, afin de valoriser et d’élargir nos travaux. Un certain nombre de personnels du LFHED seraient intéressés pour poursuivre les formations à distance dispensées par l’UPJV-ESPE, et M Rossignol me présente quelques enseignantes. Puis je passe visiter Romain et Mathilde (de l’UPJV) dans leurs classes respectives. 
Je croise Mme Renn en plein travail d’accueil d’intervenants (ce week-end est très riche de projets en phase de finalisation : petits cuisiniers, olympiades, course dans Athènes…). Elle va formaliser la formation que nous avons programmée pour la semaine prochaine. Amalia est malade !
 
Samedi 3 mars 2018 Journée de repos
10h45 visite pour les bretons d’Athènes (à Monastiraki, visite de la mosquée d’Athènes)
 
Dimanche 4 mars 2018 Préparation d’une coopération future avec un grand établissement francophone.
Rencontre avec Marie Stefanou journée dans l’Attique, préparation de la journée du 8 mars au lycée Léonin. Journée de travail passionnante qui a commencé par une visite de l’Attique avec en particulier la visite du temple de Poséidon.
 
Semaine du 5 au 9 mars 2018 : 
Programme chargé : Recherche-action au LFHED , Conférence pour les grands lycées francophones de Grèce, Formation des enseignants à Corinthe et participation à la formation en Master avec Despina, et journée dans le Lycée Léonin d’Athènes !
 
 Lundi 5 mars 2018 Travail au LFHED et soirée conférence pour les grands lycées francophones grecs. 
Travail au LFHED 
8h10 Conseil des élèves en TES avec Louis et Marie, dont le débriefing aura lieu sur la pause du midi. Le conseil mis en place fonctionne, il manque de petits ajustements pour le rendre moins « léger », et pour s’inscrire dans un véritable lieu de parole et de prise de décision. Le moment du conseil est toutefois agréable, et les sujets abordés le sont relativement sérieusement : Parcours’sup, Bac blanc, fête de fin d’année. 
Durant la matinée, je rencontre quelques professeurs avec lesquels nous parlons des outils de classe disciplinaires (particulièrement pour l’enseignement du français en section hellénique : le « J’écris tout seul », les albums, les petits livres, la correspondance scolaire internationale…)
Après-midi Formation : c’est le véritable moment d’évaluation du projet innovant dans le LFHED . 
J’ai sans doute fait montre d’une certaine naïveté en pensant que les prévisions et décisions prises en juin seraient suivies d’effet. Outre la situation de tension au LFHED, un certain nombre de difficultés ont surgi dès la rentrée :
-certaines sont organisationnelles : aucune demande des équipes innovantes n’a été satisfaite ! (concertations, conseil…)
-certaines sont matérielles : pas de salle attribuée aux classes innovantes (ç’aurait dû être les Algéco !).
Toutefois, la continuité, même ténue, du projet innovant a été maintenue dans la classe de Terminale ES dans laquelle ont été menés des Conseils d’élèves. De plus, certaines collègues du lycée grec souhaitent rejoindre le groupe des enseignants inscrits dans la recherche-action. Nous voyons ce qui peut être réalisé dans des conditions plus précaires : Quoi de neuf ?, mini-conseil, travail de groupe. 
 
Soirée conférence : Présentation de la pédagogie Freinet à « La Salle » (soir)
Ce sont près d’une centaine d’enseignants représentant 4 grands établissements francophones de Grèce qui sont venus en soirée assister à la présentation de la pédagogie Freinet en 3 temps : d’abord la présentation du film « C’est d’apprendre qui est sacré ! », puis présentation de la pédagogie Freinet par la philosophie et par ses outils, puis une présentation par Amalia de son séjour à l’école de Mons en Baroeul.  Malgré la soirée en semaine et l’heure tardive la participation à la discussion finale est active, et porte beaucoup sur la scientificité des pédagogies de l’Education Nouvelle, à travers certains impacts : la lecture, les nouveaux outils électroniques et informatiques, les comparaisons internationales. 
 
Mardi 6 mars 2018  Journée formation au LFHED avec Amalia R, Sofia L et Despina K
Matin : matinée de rencontre et d’échange sur les outils de la pédagogie Freinet avec les enseignantes de la section grecque du LFHED. 
Puis intervention de Sofia Lahlou, qui présente le mouvement Freinet grecque, son site internet, ses ressources, et donne à voir les formations qui ont lieu actuellement, ainsi que les principaux groupes de travail. Elle aborde les différentes techniques proposées dans les formations du mouvement Freinet grec Skasiarheio. 
L’après midi a lieu la formation à laquelle participe Despina K, ma correspondante de l’Université du Péloponnèse à Corinthe. (Nous sommes une petite dizaine)
Nous avons abordé plusieurs thèmes :
-Le programme pilote (présenté par Despina K), et les groupes Freinet d’Athènes et de Corinthe.
-La visite de Sylvie G à Eaubonne durant ses dernières vacances.
-Le travail réalisé cette année en clase de Terminale ES, et les difficultés dans les autres classes.
L’après midi de travail se termine par des échanges sur les outils de classe, mais surtout par la nécessité de mutualiser nos outils disciplinaires. 
 
Mercredi 7 mars 2018 journée à Corinthe
9h-14h Formation des enseignants (école)
Avec Despina, nous arrivons à la fin de la projection du film « l’école buissonnière » dans l’école primaire du centre de Corinthe. Une formation a été organisée par le groupe Freinet de Corinthe et les conseillers pédagogiques, j’y retrouve certaines enseignantes qui ont participé à quelques reprises aux formations déjà dispensées. 
Le débat est animé par des questions suscitées par le film : les classes à cours multiples et classes hétérogènes, l’austérité des systèmes éducatifs (dont le système grec), le passage d’une classe Freinet à une classe traditionnelle, l’évolution des systèmes éducatifs. 
Puis nous passons aux réalités grecques : les manuels, le niveau des élèves (et les dispositifs de bachotage si onéreux !), les outils numériques… La fin de la réunion est plus intéressante, et tournée vers les moyens de mutualiser les outils coopératifs grecs… 
 
Jeudi 8 mars 2018
Journée au lycée Léonin avec Maria Stéfanou.
Cette journée, avait été consciencieusement préparée par Maria depuis pas mal de temps. Elle a su convaincre les dirigeants du lycée Léonin d’organiser cette visite / rencontre, qui devrait permettre d’envisager une coopération longue avec ce grand établissement francophone d’Athènes. 
Durant cette journée, j’aurai pu : 
-Visiter l’établissement (près de 2000 élèves, de la primaire à la terminale répartis dans 2 écoles primaires, un collège et un lycée) 
-Rencontrer un certain nombre de responsables (directrices des : école, collège lycée ; coordinatrice de la section de français) 
-Participer à 4 cours de français (2 classes de 3° et 2 classes de 5°) assurés par Maria S, au cours desquels nous avons initié certaines pratiques (de manière improvisée, j’avais oublié de préparer !) comme les albums. C’était le jour où les classes de 5° recevaient la première réponse à leur lettres individuelles échangées avec une école en France ! 
-Discuter sur la coopération future au sein du lycée Léonin. Un projet de recherche-action modeste pourrait être engagé avec cet établissement, permettant d’introduire une petite révolution pédagogique. 
Maria a déjà rédigé un projet de partenariat (il figure en annexe 4), son énergie sera nécessaire à faire bouger un établissement sensible à la modernisation de son image. 
 
Soirée 17h : formation au lycée professionnel de Sivitanideios (EPAL 3)
Après 2 boutiques (les responsabilités et le conseil), 
J’avais été sollicité pour prendre en charge une soirée de formation au lycée professionnel Sivitanideios EPAL 3 à Athènes. Mon intervention devait concerner « Apprendre en lycée professionnel », mais cela ne pouvait pas s’inscrire comme un nouveau cours artificiel, éloigné de leurs préoccupations réelles et actuelles. J’ai donc choisi de faire le travail que j’effectue avec les équipes innovantes qui me sollicitent en accompagnement scientifique de leur projet d’innovation. La trame de mon intervention devenait plus simple et plus évidente :
1° Quel est le constat de départ, au regard des apprentissages en lycée pro ? Quelles difficultés ? 
(Par un tour de table ou chacun exprime ses difficultés quotidiennes, et/ou ses réflexions sur l’éducation, en prise avec leur travail ordinaire au lycée professionnel)
2° Suite à cette présentation, j’ai organisé une analyse et un classement des différents types de difficultés, qu’ils ont dû approuver (ce qui s’est fait après reformulation de certaines énonciations)
3° Puis nous avons choisi 3 points qui leur paraissent les plus importants ; dans ce cas :
1-perte de sens ! (à quoi ça sert ? plus large que le ressentiment de l’individu, sens du travail)
2-perte du désir ! (n’a envie de rien, destruction de la construction identitaire)
3-difficulté culturelle (identité culturelle, écrasement intellectuel, remédiation didactique)
4° Puis nous avons proposé de choisir des moyens d’action appropriés à ces difficultés, où chacun pouvait apporter quelque chose dans sa classe dès le lendemain !
J’ai apporté à ce moment quelques réalisations faites dans d’autres lieux, en rapporta avec les propositions des participants. 
Au bilan météo de la soirée, beaucoup de soleil… rendez-vous pris en mai prochain !
 
Vendredi 9 mars 2018 LFHED et Corinthe travail en Master
Travail au LFHED : aide personnalisée à la préparation de la classe.
Ce dernier moment de travail au lycée franco-hellénique a été un moment dense et important pour la suite des travaux de recherche-action. 
En premier lieu, certaines enseignantes sont venues faire le plein d’outils pédagogiques, et nous avons parlé en particulier des cartes heuristiques, telles qu’elles ont été développées dans plusieurs lieux avec des réussites certaines : pour le travail de mémorisation d’un vocabulaire, pour le moyen de développer la construction de phrases dans la pratique d’une langue étrangère… C’est aussi un outil qui donne du sens aux concepts et aux liens qui existent entre eux !
Puis nous avons rédigé les bases de ce qui sera la négociation pour la mise en place de classes innovantes l’an prochain au LFHED. D’une part il y a les conditions sine qua none, et d’autre part, il y a l’élargissement à la section hellénique. Je vais rédiger un courrier conséquent d’ici à mon prochain séjour, précisant : l’état actuel des travaux, les termes de la convention, et les projets précis pour l’an prochain. 
 
15h30 départ, puis de 17h à 21h Intervention à l’Université du Péloponnèse à Corinthe (en Master)
Une nouvelle fois, j’intervenais dans le Master de Despina « administration et gestion des établissements », et ma proposition de préparation avait été de proposer un travail autour de la question : En quoi un projet innovant impacte t-il la direction d’un établissement ? Pour cela j’avis prévu plusieurs outils, leur permettant de s’impliquer en réfléchissant sur la place d’un dirigeant d’établissement dans un processus d’innovation pédagogique, mais un seul a servi : la présentation du projet innovant dans le lycée Louis Armand d’Eaubonne (France). 
Le travail réalisé a été très ordinaire (habituel dan ce genre de présentation) et chaque participant a pu intervenir sur tous les aspects d’un projet innovant qui impacte le fonctionnement d’un établissement en Grèce : Que sont les pratiques coopératives en sport ? Comment agit la pédagogie Freinet sur les compétences psychosociales des jeunes ? Quel est le rôle, la posture de l’enseignant ? Quels apports de la pédagogie Freinet face aux phénomènes de violence, de leader ? Quelle scientificité des innovations pédagogiques ? 
Samedi 10 mars 2018
 
 
Dimanche 11 mars 2018 voyage retour départ 17h45 (aéroport à 15h45)
 
Des rendez-vous ont déjà été pris pour les 2 prochains séjours en Grèce, programmés avant juillet 2018. (voir agenda international)
 
Nouvelles perspectives :
 
Autour du Lycée Franco-Hellénique Eugène Delacroix d’Athènes
-il apparaît nécessaire d’effectuer un travail préliminaire important avant les interventions au LFHED. 
-les coopérations entre le LFHED et l’UPJV-ESPE peuvent se poursuivre, mais surtout s’élargir : formation de formateurs, et formation de personnels spécialisés.
-une coopération avec l’AEFE paraît à présent possible, il reste à trouver le contact avec l’institution. (voir avec M Rossignol pour un contact précis !)
-…
Avec le mouvement Freinet grec Skasiarheio :
-la demande est forte et se précise autour de la formation dans les lycées professionnels. Un certain nombre de projets européens sont en cours ou vont démarrer, auxquels nous pourrions associer les équipes grecques et françaises dans le cadre de coopérations d’échanges et de formations.  
-Le lien entre le mouvement Freinet grec et la Recherche n’a pas encore pu être établi formellement ! 
 
Avec l’Institut Français de Grèce :
-de nouvelles demandes émergent, d’enseignants ou de groupes d’enseignants provenant de certaines villes dont Sparte. Vassiliki B va se charger de coordonner le travail de préparation de cette rencontre prévue pour l’année 2018-2019. La coordination avec le mouvement Freinet grec n’est pas toujours possible, les 2 institutions poursuivant des buts différents. (l’un promeut la fancophonie, l’autre l’innovation pédagogique).
-voir pour une coopération avec les grands lycées privés grecs francophones. 
 
Autres perspectives :
-avec l’Hyperstucture ? Contacter les membres !
 
 
Annexes :
Annexe 1
Table ronde IFG le 26 février 2018
 
Des pas vers la démocratie et la liberté à l'école.
Coopération entre les classes Freinet françaises et helléniques.
 
Résumé de la communication (Olivier Francomme ICEM - FIMEM -Recherche)
Présentation de la FIMEM et de la RIDEf de cet été en Suède, présentation des coopérations actuelles et futures entre les écoles grecques et françaises, et plus largement avec le mouvement Freinet grec. 
 
Présentation rapide
Olivier Francomme enseignant en France à l’UPJV-ESPE, en sciences de l’éducation. 
Membre du secteur formation et recherche, internationales de l’ICEM.
Chargé de mission à la FIMEM pour la recherche et la formation. 
 
La FIMEM
C’est la structure associative internationale des mouvements de l’Ecole Moderne. 
Créée en 1957, elle fédère 35 mouvements de 29 pays, le 30° à la rejoindre sera, je l’espère, la Grèce cet été en Suède!
La FIMEM favorise les contacts et les échanges entre enseignants et éducateurs dans la recherche, l'innovation coopérative et la pratique de la pédagogie Freinet.
 
Les moyens d'action de la FIMEM sont :
 
 ✓La correspondance internationale ;
✓ L'organisation de stages, séminaires, rencontres, expositions et manifestations diverses ;
✓ La constitution de groupes de travail internationaux ;
✓ La publication de journaux et d'outils pédagogiques ;
✓ L'information et l'échange pour la pratique de la pédagogie Freinet et sa diffusion ;
✓ L'organisation biennale de la RIDEF (Rencontre Internationale Des Educateurs Freinet)
 
Du 21 au 29 juillet 2018 la 32° RIDEF aura lieu à LJUNGSKILE en Suède. Elles ont lieu tous les 2 ans, en alternance avec le congrès de l’ICEM en France. 
 
 
Skasiarhio
Il y a quelques années, Denis Morin a rencontré des enseignants souhaitant inscrire leurs pratiques dans les traces de Célestin Freinet, et dans la coopération, il m’a ensuite invité à venir avec lui ici, et nous avons accompagné la réémergence d’un groupe Freinet en Grèce. 
Nous avons par la suite trouvé quelques témoignages en Grèce, attestant des contacts réguliers avec l’ICEM, et de nombreuses pratiques innovantes ici. 
L’an passé est née « l’école buissonnière » Skasiarhio. C’est un bel exemple de coopération internationale de praticiens-chercheurs. 
 
Aujourd’hui, nous poursuivons les coopérations premières, et nous les avons enrichies :
-nous participons à la formation pilote, un programme qui a été négocié entre l’administration grecque et Skasiarhio. 
-des échanges de professeurs ont été organisés entre la France et la Grèce, permettant à chacun de découvrir les écoles et pratiques singulières des autres. Ces échanges ont eu lieu dans un cadre associatif (ICEM, APRENE) ; mais aussi dans un cadre universitaire (Master MEEF et Master MEEF international). 
-nous intervenons à la demande, dans des établissements grecs afin de contribuer à la réflexion et au changement, dans l’action. 
-une convention de recherche-action a été signée avec un établissement franco-grec, afin de montrer la pertinence, la faisabilité, et l’intérêt d’accompagner une équipe innovante de manière scientifique. Nous produisons de la transformation et de la connaissance sur les pratiques alternatives. 
 
Quelques perspectives :
 
Les coopérations pédagogiques, scientifiques et universitaires peuvent se poursuivre et se développer :
-la réflexion s’est engagée sur les pratiques pédagogiques à l’Université, et un groupe de collègues s’est constitué pour promouvoir les pratiques coopératives à l’Université (en Grèce et en France). 
-certains établissements souhaitent s’engager dans la voir d’une transformation de leur pratiques, dans un cadre scientifique qui respecte une éthique singulière. Nous proposons de constituer des « Chercheurs Collectifs Coopératifs » internationaux, mieux à même de défendre et promouvoir ces projets, en les accompagnant. 
 
Bien entendu, d’autres propositions pourront naître en Grèce, la vivacité des expériences pédagogique témoignant d’un terreau particulièrement créatif. C’est à Skasiarhio d’en assurer la fédération, et la mutualisation. 
 
Annexe 2 : Programme de la formation au LFHED
 
Formation au LFHED mars 2018
 
Chers toutes et tous,
Vous aurez compris qu’il y a eu certaines difficultés à organiser ce moment de rencontre et de formation, mais nous pouvons faire avancer le projet, dans la limite des engagements de chacun. Participer au projet innovant, c’est apporter une contribution au travail collectif, et c’est sur celle-ci que s’appuiera le projet.
 
Après lecture de vos derniers courriers, et rencontre avec certains d'entre vous, voici le format de la formation et le programme que nous pourrions arrêter pour la semaine prochaine :
 
Lundi 5 mars 2018 : journée en classe, puis rencontre, puis conception.
8h10 : conseil des élèves en Terminale ES suivi du débriefing.
Une salle a été libérée au LFHED, dans laquelle nous allons rencontrer tous ceux qui seront libérés afin de réfléchir sur une nouvelle manière de faire cours, qui soit cohérente avec le projet coopératif des classes innovantes.
Bien que la majorité des demandes soit constituée par des préoccupations individuelles, il sera important d’aborder le travail d’équipe, et en particulier la coopération entre adultes, afin de rendre cohérent l’inscription de chacun dans le projet innovant (face aux élèves).
Puis, il s'agira de concevoir, préparer des moments de classe adaptés à chacun et à chaque discipline, toujours en cohérence avec le projet innovant.
La permanence se fera de 10h à 15h. (Avec une pause repas !)
 
Mardi 6 mars 2018 : journée de formation
(Sur heures libérées pour les signataires de la convention de recherche-action).
Dès H1 (8h10) Outillage pour la classe, permettant de concevoir les séances d'une autre manière (outils d’organisation, outils pédagogiques)
Outillage collectif pour la gestion du projet innovant.
Après midi 
14h30 16h25 (H8-H9) Rencontre avec les professeurs.
 
 
Vendredi 9 mars 2018 : journée de mise en commun et/ou d'observation de classe. Mise en perspective.
Matin et journée : selon les cas : nous pourrions observer des séances de classe, ou partager vos différentes expériences menées au cours de la semaine (ou des semaines précédentes).
Les professeurs intéressés seraient libérés pour assister à ce moment de formation (8h-14h)
Un autre aspect du projet innovant consiste aussi à mettre en perspective le travail de recherche dans votre évolution de carrière. Plusieurs voies sont possibles que nous pourrons envisager. 
 
Nous pourrons profiter de ce dernier temps de travail pour programmer les prochaines formations : entre le 20 avril et 13 mai (2 semaines) et en juin (1 semaine après le 15 juin).
 
Annexe 3
Bilan de recherche LFHED mars 2018
 
Arrivée dans une situation de crise / tension (stress) :
-les postes résidents vont être supprimés ou non renouvelés à l’AEFE
 
-flou et difficultés organisationnelles : 
contraintes horaires (chaque professeur donne ses souhaites, chaque professeur n’a pas les mêmes obligations horaires)
mise en barrette systématique (toutes les classes de 1° ont le même cours en même temps…)
formation (des locaux et des résidents) MCP2 créant des obligations (certains jours, certaines heures)
filières par exemple OIB (certains cours sont en anglais)
 
-autres sources de stress : manque de reconnaissance du travail enseignant (par les élèves, les familles)
 
Difficultés organisationnelles recensées :
-malgré un certain nombre de messages envoyés, j’ai eu peu de communication avec les enseignants engagés, signataires de la convention de recherche-action. Il pourrait y avoir un problème de courriers électroniques. 
-le cas des enseignants de la section hellénique : il faut une coordination avec les responsables de la section hellénique. 
 
Au regard de la convention de recherche-action qui a été signée à l’été certains écarts peuvent être constatés :
-absence de réunion de concertation hebdomadaire systématique de l’équipe, ce qui n’a pas permis de progresser en terme de coopération. 
-construction des Algeco reportée (sont-ce les calandres grecques ?) ce qui provoque une dispersion et un éparpillement du projet. 
 
Quelques actions sont menées :
-en classe de TES : conseil, coopération entre quelques professeurs, concertation ponctuelle non formalisée, 
 
Agenda recherche au LFHED
 
Proposition de travail pour le 3° séjour en Grèce (avril mai 2018)
Et la suite de la recherche-action sur l’accompagnement scientifique de filières innovantes au LFHED.
 
Etablir une liste des enseignants engagés (signataires) de la recherche-action afin d’établir 2 listes :
-ceux qui souhaitent recevoir des informations. (ne participeront pas de manière active)
-ceux qui souhaitent s’impliquer. (listeront les sujets sur lesquels ils vont agir dès cette année : travail en classe et travail d’équipe)
 
Etablir le plus tôt possible le programme de la formation d’avril-mai pour une meilleure implication des volontaires. 
 
Etablir des ponts entre les différents lycées innovants
 
Liste des gens intéressés
 
-Alice Botton
-Sylvie Guillon
-Marie Husson
-Louis 
-Kamaras Lito  (FLE section hellénique de la 6° à la terminale : une alpha (faux débutants), une gamma (3° bon niveau) hétérogène,  une epsilon (1° niveau 2, mais « 2 de tension ! » non réactifs !)
-trouver des moyens pour les faire bosser ! Mais plus c’est classique et plus ils bossent !
-pour les plus jeunes, manque de maturité !
-Sakka Pareskevi section française (collège, 5°, 4°, 3°) section OGALCH, (lycée 2° et T mélangée)
-travailler en seconde est plus difficile qu’en 5° !
-laisser l’initiative aux élèves !
 
Liste des gens souhaitant être informés
 
Annexe 4 
Réflexions sur un programme éventuel de l'année scolaire 2018-2019
Lycée Léonin d’Athènes - Maria Stéfanou
Plan / Réflexions 
1. Constants 
Hétérogéneité des classes.
Enseignement/apprentissage de la grammaire/du lexique, mais comment travailler efficacement la compétence de communication ? 
Problème de contrôle et d'auto-correction. 
Manque d'investissement dans les travaux de classe. 
Manque d'autonomie.
Absence d'interdisciplinarité. 
 
2. Objectifs 
Favoriser le développement des compétences culturelles. 
Renforcer la compétence de communication/favoriser les interactions sociales et la communication inter-scolaire. 
Renforcer la coopération parmi les élèves. 
Favoriser la reflexion personnelle/l'estime de soi. 
 
3. Formalisation du projet
Convention de recherche - action.
Evaluation (voir n 8).
 
4.Public 
4 classes de 5e (120 élèves environ) 
âge : 10 ans 
 
5.Equipe du projet
La directrice de l'École. 
Les trois professeurs du français de 5e. (volontaires)
Autres professeurs ? 
 
6.Calendrier
Travail régulier pendant toute l'année scolaire. 
Rédaction d'un rapport de travail. 
Publications. 
 
7.Mise en oeuvre 
Travaux de groupe.
Pédagogie différenciée. 
Perspective actionnelle. 
 
8. Évaluation
Le indicateurs de réussite dans les projets de classe et la qualité du travail (élèves/professeurs).
La responsabilité, l'autonomisation de l'élève, les compétences psycho-sociales. 
 
 
 
 
Fichier attachéTaille
cr_10deg_sejour_en_grece_sans_les_photos.docx902.64 Ko