Salta al contenuto principale

Infor n°47 - Varenholz (Allemagne)juillet 2004

 

Infor CA 47
Varenholz, juillet 2004
Fédération Internationale des Mouvements d’Ecole Moderne (FIMEM)
INFOR-CA (47) Varenholz, Allemagne, Juillet 2004
La FIMEM est une association de mouvements nationaux et régionaux du monde entier qui a pour objectif de répandre les idées de l’éducation coopérative pour tous. La FIMEM favorise les contacts et l’échange entre les professeurs et les éducateurs qui sont engagés dans la pédagogie Freinet, ainsi que dans des recherches d’innovation. L’UNESCO reconnaît la FIMEM comme une organisation non-subventionnée.
Prise de notes : Andi Honegger, Lena Alexanderson, Margaretha Schéele Kunze Distribution : Margaretha Schéele Kunze Traduction : (en français) : Luba Kolebinova, Andi Honegger, Lena Alexandersson
CA de la FIMEM - Varenholz, Allemagne
23 07 2004 - 04 08 2004
Membres du Conseil d’Administration (CA) :
Président : François Perdrial, 24 rue d’Anjou, 44000 Nantes, France e-mail : foperdri@aol.com Trésorier : Hartmut Glänzel, Falkstrasse 25, D- 12053 Berlin, Allemagne e-mail : glaenzel@T-Online.de Contacts internationaux : Maria Teresa Roda, Via Udine 9, 31020 Lancenigo (Treviso), Italie e-mail : romarte@libero.it Infor-CA : Margaretha Schéele Kunze, Gevärsgatan 25, S-26262 Ängelholm, Suède e-mail : mskunze@hotmail.com
Le CA a eu sa première réunion le 23 juillet, nous avons eu deux réunions chaque jour et la dernière pour l’évaluation était le 4 août. Trois sessions de l’Assemblée Générale ont été tenues pendant la RIDEF à Varenholz : La première était le 26 juillet (prise de notes de Andi Honegger), la seconde était le 28 juillet (pour la présentation des nouveaux candidats au Conseil d’Administration (CA) et pour des discussions dans les groupes de langues) et la troisième - le 1er août (prise de notes de Lena Alexanderson).
Un mouvement a été de nouveau accueilli comme le bienvenu dans la FIMEM ; le mouvement brésilien, Cianca.
Chaque deuxième journée il y a eu une rencontre avec le groupe de préparation. Après la première AG l’ancien CA et les candidats au nouveau CA ont eu une réunion avec trois représentants de la délégation sénégalaise pour discuter de la RIDEF 2006 au Sénégal. . a. Organisation de l’AG. Organisation de la présidence et du secrétariat des sessions différentes de l’AG : Liste des délégués. Le rapport moral était corrigé et terminé en anglais et français. Le rapport financier et le budget préliminaire ont été examinés. b. FIKOY, le groupe des jeunes de la RIDEF, a reçu la proposition d’organiser et de choisir leurs activités. c. Les groupes de base (de 15 personnes) auraient trois réunions et elles décideraient ensuite combien de fois elles voudraient se rencontrer. d. Prix spéciaux. Il y avait des prix spéciaux pour les étudiants et les personnes qui ne pouvaient pas participer à la RIDEF pendant toutes les dix journées. e. Fonds pour la solidarité. La liste des fonds pour la solidarité a été réglée. Il y a un fonds (Fonds Maria Lucia) où est déposé l’argent non-dirigé et il devrait être utilisé pour la RIDEF suivante. f Le CA a besoin de plus de personnes. Discussion à propos de Gloria de Young, du Panama, qui avait annoncé sa volonté de devenir membre du CA. Elle n’était pas présente à Varenholz. Il a été décidé de laisser à l’AG de résoudre cette question. g. RIDEF 2006. Deux rencontres ont été tenues avec Papa Meissa Hanne, Demba Mamadou et Diallo Hawa du Sénégal. Les ressources générales (écoles, logement, équipement) étaient discutées. Papa Meissa devrait faire la proposition financière finale (le budget préliminaire) jusqu’à la fin de l’année. Une aide plus importante sera nécessaire de tous les mouvements membres. Il sera tout aussi important d’inclure à la RIDEF 2006 à Saint Louis, Sénégal les pays africains voisins. Un séminaire informatif a été tenu par les trois représentants du Sénégal. Des fonds ont été demandés et acceptés des pays de l’Union Européenne (€23 000) mais des sommes plus importantes devraient être organisées. Une proposition : un compte bancaire en France et un autre au Sénégal. Une coopération étroite avec l’ICEM est déjà en cours depuis un certain temps. Proposition à propos du temps : la première semaine d’août. h. “La Nouvelle Multilettre”. Michel Mulat prépare un portail Internet pour remplacer le journal papier “La Nouvelle Multilettre”. Chaque mouvement aura à la fin de l’année son dossier. En ce qui concerne les “petites langues”, il serait nécessaire de traduire toutes les informations/articles en anglais/français( ?). Les pays sans e-mail adresses auront la possibilité de recevoir les informations sur papier deux ou trois fois par an. i. Forum Social de l’Economie à Cracovie, novembre 2004. Il a été décidé que deux membres polonais devraient être nos représentants à Cracovie pour les frais de la FIMEM. Maria Teresa Roda informera les collègues polonais au sujet de la conférence à Cracovie. j. UNICEF. François a eu des contacts avec l’UNICEF. Il existe un grand intérêt d’entrer en contact avec les écoles secondaires au sein du mouvement international. François et Michel continuent les contacts avec l’UNESCO, à Paris. Luba demandera à Lisan Fasten des Pays Bas, si elle voudrait bien aider. k. Orientation du nouveau CA. Pour les deux années suivantes : 1. L’identité coopérative : “La Charte de l’Ecole Moderne” devrait être modifiée. 2. Un nouveau “flyer” devrait être exécuté. 3.La RIDEF 2006 au Sénégal . 4. Un nouveau portail Freinet devrait être installé. 5. Gestion de la solidarité. 6. Conception concernant les manifestations et les engagements internationaux. l La formation européenne était discutée. m. Un nouveau Lycée Freinet est en cours de création à Ljusdal, en Suède (2004). Le nouveau CA a envoyé des informations et une lettre avec le nouveau logo de la FIMEM pour lui souhaiter la bienvenue. n. La rencontre suivante du CA aura lieu à Nesslau, en Suisse du 25 au 27 février 2005.
Les nouveaux membres du CA de la FIMEM
Président Hartmut Glänzel, Falkstrasse 25, D-12053 Berlin, Allemagne e-mail : glaenzel@T-Online.de Vice Président : Michel Mulat, 6, rue de Colmar, F-90000 Belfort, France e-mail : michel.mulat@ac-freinet.org Trésorier : Andi Honegger, Bühl 362, CH-9650 Nesslau, Suisse e-mail : andi_hon@gmx.ch Secrétaire : Luba Kolébinova, 3 Raven Str., Sofia 1618 e-mail : luba_kolebinova_bg@yahoo.com Infor-CA : Margaretha Schéele Kunze, Gevärsgatan 25, S-26262 Ängelholm, Suède e-mail : mskunze@hotmail.com
Compte-rendu de l’Assemblée Générale de la FIMEM Partie 1 Lundi 26 Juillet 2004 16 h 30-18 h 30 Varenholz, Allemagne
Partie 1 de l’Assemblée Générale est normalement réservé pour des informations générales sur les différents points de l’ordre du jour et pour la préparation de la partie 2 des différents groupes de langues, la partie 3 étant réservée pour les décisions,
Points discutés selon l’ordre du jour sont : 2. Présence de 24 délégués
3 Présentation des candidats au CA de la FIMEM. renouvellement : Harmut Glänzel, Allemagne Nouveaux candidats : Luba Kolebinova, Bulgarie, Michel Mulat, France, Andi Honegger, Suisse, tous présents Gloria del Young du Panama n’est pas présente. Elle est présentée par Melvin du Panama, Comme les candidats doivent être présents normalement, le CA fait une exception et propose que l’AG décide oui ou non d’élire Gloria au CA Le temps de présence de Margaretha Schéele-Kunze (Suède) dure encore 2 ans
4 le mouvement du Nord- nord-Est du Brésil ( Movimento de Escola Moderna Norte/Nordeste MEM-NNE) voudrait entrer de nouveau à la FIMEM. Il est présenté par Maria Luiza Lima do Vale
9 RIDEF 2006 au Sénégal Présentation de Papa Meissa : • 7 ou 8 personnes préparent déjà la Ridef depuis 2 ans • Les infrastructures à St Louis (Nord Sénégal) sont bonnes • Les finances sont un problème - chacun devrait être intéressé à aider
11 Sylviane demande : quelles sont les conséquences financières auraient notre décision de créer un plafond de 1200 membres pour les mouvements nationaux qui paient leurs cotisations annuelles á la FIMEM, Réponse : aucune, car cette décision intéresse le Portugal (MEM) qui est le seul mouvement à avoir plus de membres (1200) et qui a quitté la FIMEM
Michel Mulat remet 2 feuilles de la part de l’ICEM et du MCE à la FIMEM. Des copies seront distribuées pour l’AG 2
Peter Steiger, Andi Honegger Président du jour Secrétaire du jour
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE FINALE de la FIMEM Allemagne, le 31 juillet 2004
1. Présentations des différents membres de la FIMEM et des délégations observateurs :
Allemagne (2 mouvements) Finlande Mexique Sénégal Autriche France Panamá Suède Ukraine Belgique (2 mouvements) Bénin Hongrie Pays Bas Suisse Brésil (2 mouvements) Italie Pologne Sénegal Espagne Japon Russie Présidente de la réunion : Luzia Bäck, secrétaire : Lena Alexanderson
2. Présentation des délégués et décompte des voix
26 délégués votants, représentant 2 mouvements de la FIMEM. Les questions à voter doivent avoir une majorité de 14 votes pour être approuvées. Les élections des membres du CA auront lieu à bulletin secret et à liste ouverte avec possibilité de rayer les noms.. On vote ”oui”, ”non” ou ”abstention”. Les délégués sont présentés et émargent la liste électorale Responsable des élections : Silvia Herzog. 2 personnes du CA comptent les voix.
3. Présentations des candidats au CA
Nouveaux candidats au CA : Michel Mulat, France, Andi Honegger, Suisse, Luba Kolebinova, Bulgarie et Gloria Young, Panama Continuent leur mandat : Margareta Scheele, Suède (remplaçante : Lena Alexanderson) non éligible et Hartmut Glänzel, Allemagne, candidat à élire pour une autre période de 2 ans. Sortant : François Perdrial (F) et Maria-Teresa Roda(I)
Gloria Young n’étant pas présente personnellement, le CA décide de soumettre la décision à l’AG si elle permet une exception selon article 10, Règlement Intérieur (”la présence des candidats est obligatoire lors des élections, sauf dérogation exceptionnelle par le CA..”) Un débat s’ensuit : qui doit donner cette exception : AG ou CA ? Finalement tous décident qu’il y aura un vote pour avoir l’opinion des participants. Lena Alexanderson informe que la raison de l’article 10 est que durant la AG de Torino-82 - après des cas d’abus de votes par procuration par des candidats absents et du lobbying - 12 pays contestataires ont formé un CA provisoire pour écrire de nouveaux statuts avec un règlement détaillé qui aurait pour but d’empêcher ces abus.
Le résultat du référendum : 15 délégués votent ”oui” : on fera une exception à la règle de la présence obligatoire ou non d’un candidat et Gloria Young est mise sur la liste des candidats pour le CA
4. Présentation des candidatures comme membres de la FIMEM :
Le mouvement MEM-NNe du Nordeste du Brésil demande de nouveau à être réintégré à la FIMEM - nous nous en réjouissons. Le mouvement portugais, par contre, qui a été invité à participer à la RIDEF ne s’est pas encore décidé d’entrer de nouveau à la FIMEM - les essais de la part du CA (Maria-Teresa a participé à leur congrès) n’ont pas abouti. Henry Landroit demande pourquoi : M-Teresa répond : aucun contact officiel a été pris et aucune réponse officielle a été donnée.
5. Le rapport moral 2002-2004
Le rapport moral a été soumis à l’approbation de l’AG. - Giancarlo Cavinato a désiré que quelque chose sur les droits de l’enfant soit inclus dans le rapport. Le CA a répondu que le rapport moral traite des choses faites et une telle chose on la mettrait plutôt dans les orientations. Mais des membres du CA ont participé à plusieurs Forums Mondiaux où ils ont publié des documents sur les droits de l’enfant deux fois. Henry Landroit a dit qu’on devrait envoyer des informations à tous les membres de la FIMEM. sur comment on ”travaillerait” l’UNESCO pour en être membre. Réponse : En France François Perdrial et Michel Mulat ont pris des contacts avec UNESCO et envoyé la Multilettre. Sur le niveau école primaire il y en a déjà beaucoup d’organisations pédagogiques qui sont membres de l’UNESCO. - Par contre il y en a peu au niveau secondaire. Une personne travaillant dans le bureau du secondaire s’est déclarée intéressée par notre mouvement au niveau secondaire. L’UNESCO fait un examen des organisations membres et de celles qui sont postulantes chaque quatrième année. - Alors les procédés prennent du temps !
25 délégués votent pour l’approbation du rapport moral, une abstention : Italie.
6. Le rapport financier
Le rapport est présenté. Les deux auditeurs nous informent que quand Hartmut a commencé son travail comme trésorier, le budget était très difficile à lire. Il a fait un bon travail et maintenant le rapport est très facile à lire.
Le rapport est voté par la AG. 26 délégués votent pour l’approbation du rapport financier.
7. Les Orientations pour 2004-2006
Le CA veut que les nouveaux candidats au CA soient élus avant qu’on vote, car c’est leur tâche de proposer des orientations. Andi Honegger, étant candidat au CA, veut pourtant que l’ AG discute des orientations d’abord. Giancarlo rappelle le texte du mouvement italien qui plaide pour la pleine responsabilité des élèves dans leur processus éducatif et qui est contre le libre choix des parents dans le choix d’école pour leurs enfants. Cet article les membres le trouve dans le journal de la RIDEF no. 6. Un débat s’ensuit sur la question si nous incluons le texte comme il est ou si nous acceptons l’esprit de ce texte. M-T veut que son contenu soit discuté et mis en rapport avec la globalisation. Itziar de l’Espagne nous demande d’agir doucement. Des propositions nationales présentées pendant l’AG doivent d’abord être traduites dans les différentes langues da la FIMEM, puis discutées en tenant en considération nos différentes cultures.
La conséquence de la discussion nous amène à considérer le renouvellement de notre charte. Toni de Bulgarie veut que nous prenions en considération alors le texte italien quand nous écrivons notre charte
La question de la participation des membres du CA dans les différents Forums est aussi soulevée. M-Teresa informe que le CA a seulement participé aux forums d’éducation, pas aux autres. L’AG est de l’opinion que ce n’est pas au CA de participer, mais de faire que nos mouvements membres participent.
Finalement sont votés comme orientations pour 2004-2006 les points compilés par le nouveau CA : 25 voix pour, 1 abstention (voir annexe)
.8. Le budget prévisionnel
Le budget prévisionnel est voté : 25 voix pour
9. Propositions :
Une modification du barème pour les mouvements ayant un grand nombre d’adhérents (article 3 du règlement intérieur). Cette proposition a été faite pour éviter que des mouvements avec de très nombreux adhérents comme celui du Portugal quittent la FIMEM à cause d’une cotisation trop élevée : Résultat : 22 pour, 1 contre
Additif au règlement intérieur. article 3 à approuver une seconde fois : Catégorie C paye 15euros
A ajouter : un article 7 au règlement intérieur : les commissaires aux comptes reçoivent un remboursement pour leurs voyages afin de se rendre chez le trésorier. 60% est payé par la FIMEM 40% est payé par leur mouvement national.
Résultat : 20 pour, 1 contre, 1 abstention
RIDEF 2006 au Sénégal Les Sénégalais ont déjà présenté leur programme. Tout le monde se réjouit de leur décision d’organiser la prochaine Ridef au Sénégal, dans l’université de la ville de Saint Louis. Les Sénégalais nous informent que la RIDEF sera organisé conjointement par 4 pays (le Sénégal, le Bénin, le Cameroun et Burkina-Faso ( ?) et qu’il y aura une Postridef intéressante -
Reste la question du financement. L’ICEM y travaille déjà depuis un certain temps. Il y a deux projets qui peuvent nous donner des subventions. Michel Mulat les a présentés par écrit. Il veut bien que les autres membres de la FIMEM les soutiennent, ceci pour que le travail de la FIMEM soit plus valorisé par l’ICEM.L’ ICEM a déjà ses contacts à l’étranger et pense que cela suffit. Nous voulons bien les faire comprendre que ceci n’est pas la même chose (dans la FIMEM les différents mouvements travaillent au même rang avec chacun un vote - tandis que l’ICEM travaille bilatéralement en utilisant ses vieux contacts du temps du colonialisme).
Avec des subventions ainsi reçues on aura : 21.000 euros en subvention de la France (par l’aide de l’ICEM) dont 5.000 euros de la FIMEM et 5.000 d’une organisation italienne qui travaille pour les Sénégalais en Italie
Une réponse (de l’ADEA) à la demande de l’ICEM est promise pour septembre 2004.
La FIMEM est reconnaissante de l’aide financière que l'ICEM peut fournir. L’AG se déclare cependant d’accord sur la proposition d’une RIDEF au Sénégal même sans cette aide, en étant consciente que ceci comportera une période de 5 ans pour avoir un budget équilibré de nouveau.
Voici encore une proposition d’un mouvement national qu’on demande aux autres mouvements d’approuver sans avoir le temps de la traduire dans sa langue et de la discuter dans son mouvement. Pour pouvoir la voter, l’AG demande à Michel de nous donner une version plus courte de sa lettre. Elle sera : ”La FIMEM autorise l’ICEM et l’ASEM à développer le programme africain autour de la RIDEF 2006 en son nom. L’ICEM et l’ASEM s’engagent à tenir au courant le CA de la FIMEM tout le long de leur action.
Sont aussi discutées : les dates de la RIDEF au Sénégal. Pour quelques pays ce sera difficile de participer à une RIDEF qui ne commencera que le 8 août. Ce sera cependant difficile pour les Sénégalais de changer les dates. Les chambres d’étudiants où nous logerons ne seront vides qu’au début d’août. - la durée de RIDEF : 7 ou 10 jours n’est pas encore décidé.
RIDEF 2008
Le mouvement mexicain se déclare prêt à essayer d’organiser la Ridef au Mexique 2008. - L’ AG envisagera avec joie une Ridef en Amérique.
10. Elections :
Sont élus comme membres du CA :
Andi Honegger, Suisse (25 votes), Michel Mula, France (20 votes) et Luba Kolebinova (23 votes) et pour une autre période : Harmut Glänzel (25 votes). Margareta Scheele-Kunze continue son mandat (avec comme suppléante Lena Alexanderson) Gloria Young n’a pas obtenu suffisamment de votes pour entrer au CA (10)
Le MEM-NNe de nordeste du Brésil est élu membre de la FIMEM à l’unanimité des votants
Lisan Fasten, (Pays Bas) et Luc de Meulenaere (Belgique) sont élus commissaires aux comptes
RAPPORT MORAL juillet 2002- juillet 2004
Vie des Membres de la FIMEM
En juillet 2004 : 31 membres de la FIMEM comme en juillet 2002, mais cette stabilité cache une démission celle du collectif québécois de l’Ecole Moderne (dissolution en juin 2003) et une adhésion votée à Varna celle de l’Association Béninoise de l’Ecole Moderne (juillet 2002).
A la Ridef 2002 en Bulgarie sur les 31 membres de la FIMEM qui avaient théoriquement le droit de vote, seulement 15 mouvements étaient présents soit moins de 50% de nos adhérents. Aucun mouvement membre des pays de l’Europe de l’Est, hormis les Bulgares, n’était présent alors que la Ridef se déroulait dans un pays d’Europe de l’Est. C’est ici une préoccupation majeure.
Les contacts entre les mouvements de la Fimem et le CA sont très faibles.
Seuls 5 ou 6 mouvements envoient régulièrement leur revue par la Poste au CA, peu d’informations même par internet, mais entre 2002 et 2004 nous avons reçu plus d’informations (qu’entre 2000 et 2002) surtout quand ces informations étaient relatives à des changements de bureau ou à des grandes manifestations.
Le Président de la FIMEM a été très peu invité à des AG des différents mouvements, mais nous n’avons pu rendre, pour des raisons financières, au 10ème anniversaire du mouvement roumain. Nous nous sommes rendus à l’AG du mouvement suisse.
Nous nous efforçons d’écrire (par internet ou par la Poste) souvent pour relancer les mouvements, mais il est clair que de nombreux mouvements trop faibles ne répondent pas.
Solidarité Maria Lúcia Nous avons, pendant ces deux dernières années, déploré la perte de notre secrétaire Maria Lúcia dos Santos, décédée le 17 septembre 2003, à la suite d’une maladie qui a commencé à la frapper à Varna en juillet 2002. Nous ne pouvions pas laisser partir Maria Lúcia sans manifester notre compassion à sa famille et à ses amis de l’ABDEPP et du Brésil. Compte-tenu des dates, nous avons demandé à Bernard Monthubert, ancien représentant de l’ICEM à la FIMEM (de 1994 à 2000) et de surcroît lusophone, de nous représenter aux funérailles. La rapidité du décès ne lui a pas permis d’être présent pour l’enterrement mais Bernard Monthubert nous a représentés à la cérémonie d’Hommage et un programme spécial tournant autour des « œuvres » de Maria Lúcia lui a été préparé. Pour couvrir le coût de son voyage, nous avons fait appel à la générosité des membres de la FIMEM et des mouvements Freinet, associations et particuliers. Comme la somme reçue dépassait le coût du voyage de Bernard Monthubert, nous avons décidé d’ouvrir une bourse « Maria Lúcia » pour permettre à un Brésilien de venir à la Ridef 2004 à Varenholz. (l’appel à la solidarité est toujours en cours)
Contacts avec les mouvements membres de la FIMEM et non actifs Les mouvements algérien, colombien, tunisien connaissent des difficultés et ne sont pas entrés en contact avec nous. Le mouvement colombien pourrait se restructurer.
Contact avec les mouvements non-membres de la FIMEM Au Burkina-Faso, au Cameroun, au Togo, au Maroc des mouvements Freinet ou proches ont vu le jour et sont entrés en contact avec nous L’Association Géorgienne de la Pédagogie Freinet, l’Association d’Ecole Moderne de la République Moldave font des activités et nous informent de leurs activités Le mouvement d’Ecole Moderne Portugais (MEM ) a renoué avec la FIMEM et Maria Teresa Roda, membre du CA, et actuelle secrétaire de la FIMEM a été invitée à l’Assemblée Générale du mouvement portugais en juillet 2003. A notre tour, la FIMEM a invité le Président du MEM à participer à notre Assemblée Générale.
Actions de Solidarités : Nous avons participé à des aides pour l’organisation de stages locaux auprès de l’ABEM (Bénin) en août 2003, auprès de l’AGPF (Géorgie) avril 2004 et aussi ?
Solidarités Ridef 2004 Nous avons décidé, contrairement à ce que nous avions prévu, d’aider les camarades africains, à venir à la Ridef de Varenholz, pour mieux préparer la Ridef 2006 qui devrait se dérouler en Afrique subsaharienne.
Actions internationales : Nous avons participé au Forum Mondial de l’Education à Porto Alegre en janvier 2003 (M T Roda et M L dos Santos) Nous avons participé aux forums social de Florence en novembre 2002 ( M T Roda) et à celui de St Denis en novembre 2003 (F Perdrial, M T Roda). Le bilan des 3 participations est relativement modeste, mais nous avons tenu des stands FIMEM et à St Denis nous avons pu prendre la parole. Nous avons publié et largement diffusé un texte contre la guerre en Irak, le 12 janvier 2003, et publié dans la Nouvelle Multilettre n°8 ( spéciale Ridef) et diffusé sur notre site web. Nous sommes associés au projet mené par l’ICEM et accepté par l’OIT qui siège à Genève, pour aider les pays d’Afrique de l’Ouest à venir à la Ridef 2006 au Sénégal (projet piloté par Thyde Rosell et Olivier Francomme) Dans l’ensemble nos actions internationales sont trop faibles, compte-tenu du poids que nous devrions représenter. En effet, il n’est pas normal que nous ne soyons pas plus présents dans les luttes anti-mondialisation, contre la guerre ou pour la défense de l’école, mais là nous nous heurtons à des problèmes financiers.
Actions internationales proposées mais non réalisées : Nous avions proposé en juillet 2002 de faire un projet Comenius qui relierait entre eux deux Ridef, ce projet a été repoussé par l’Union européenne. MT Roda s’était énormément investie dans ce projet (qui était un résumé d’un projet Socrates déjà repoussé). L’échec provient de nos difficultés à présenter un projet qui puisse mettre en avant les richesses que nous produisons à chaque Ridef et que nous devons articuler avec les classes dans lesquelles nous travaillons le reste du temps. Nous avons postulé pour participer à la seconde conférence d’économie Sociale qui se déroulera en octobre 2004 à Cracovie (en Pologne) où nous animerions un séminaire sur le thème de l’éducation et la formation à l’économie sociale. Nous avons été acceptés, et malgré une première réunion à Bruxelles, devant les dépenses envisagées, nous avons refusé d’aller plus loin.
Contact avec l’UNESCO Nous avons été reçus, le 27 septembre 2002, (F. Perdrial et M. Mulat) par Mme Sonia Bahri, chef de bureau des relations du second degré à l’UNESCO pour envisager un partenariat entre les classes de second degré des différents mouvements de la FIMEM. La reconnaissance de la FIMEM par l’UNESCO ne pourrait se faire que si les mouvements de la FIMEM, ou leur secteur second degré, envoyaient leurs activités à ce bureau. La FIMEM envoie tous les numéros de la Multilettre à Mme Bahri.
Multilettres et Infor-CA Depuis la Ridef de Varna, en juillet 2002, six numéros de la Nouvelle Multilettre sont parus N°7 de novembre 2002 : 45 pages agrafées, photocopiées par F et O Perdrial N°8 de février 2003 : 76 pages brochées, imprimées ( avec couverture et 4 pages couleur) par un professionnel, numéro spécial Ridef 2002 Varna N°9 de juin 2003 : 72 pages brochées, photocopiées à l’encre bleue par F. et O. Perdrial N°10 de novembre 2003 : 70 pages agrafées, photocopiées par Thyde Rosell, secteur international de l’ICEM, préparée pour le FSE de St Denis N°11 de février 2004 : 56 pages brochées, photocopiées par F et O Perdrial N°12 : de juin 2004, 84 pages, faite par le groupe allemand qui prépare la RIDEF de Varenholz.
La Nouvelle Multilettre est un travail important qui poursuit le travail commencé à Varna et qui a été reconnu par tous comme un progrès, mais jamais la commission Multilettre recréée à Varna n’a fonctionné. Toutes les multilettres, sauf la n°12, ont été conçues et mises en pages par O. et F. Perdrial, 3 numéros sur les six ont été photocopiées par tous les deux. A la demande d’article, F Perdrial recevait toujours un ou deux articles et plusieurs informations à faire passer sous la rubrique « échos du monde Freinet ». Il est indéniable que les numéros, inégaux, certes, quant à leur qualité, sont attendus et lus, et ce un peu partout.
Mais ce travail quasi solitaire est un échec de nous tous et à la fois de la commission. A noter que le groupe ICEM International, à la suite d’une demande lors du Ca de Nantes, n’a pas voulu se charger de l’édition de la Multilettre (par contre le coût des photocopies a été pris en charge, en général, par l’ICEM)
A l’issue de chaque CA un compte-rendu détaillé (INFOR-CA) a été maquetté et envoyé par Margaretha Schéele Kunze aux différents mouvements (envoi postal ou par internet)
Vie du CA
Réunion du CA : Nantes (France), les 14, 15 et 16 mars 2003 Angelholm (Suède), les 24, 25 et 26 octobre 2003 Berlin (Allemagne), les 20, 21 et 22 février 2004
L’habitude s’est prise d’avoir des traducteurs, souvent proches du mouvement, et le secrétariat a toujours été assuré par un des hôtes, ce qui a soulagé la tâche pratique des 5 ou 4 élus.
Après le décès de M L dos Santos, M T Roda a été nommée secrétaire (au CA de Berlin). F Perdrial, désirant céder la place, faute de candidat, est resté Président (CA de Nantes)
Les réunions ont toujours réuni les 5 ou 4 membres élus du CA ( M L dos Santos fut remplacée lors du Ca de Nantes). M Mulat, futur représentant de l’ICEM a été invité au Ca de Berlin afin d’assurer mieux la transition du travail. Depuis plus de dix mois les futurs membres qui ont postulé pour entrer au CA reçoivent nos échanges de courrier, par internet, ce qui aide à mieux connaître les dossiers. C’est sûrement un point positif, car il n’est pas facile de comprendre le fonctionnement de la FIMEM du jour au lendemain.
VIE INTERNE DE LA FIMEM
Au sein du CA nous nous sommes divisés sur deux projets qui furent souvent à l’ordre du jour. :
Elargir le CA aux membres des pays défavorisés, ce qui sous-entend de modifier de fond en comble nos statuts et le règlement intérieur dans les articles concernant le financement des déplacements des membres du CA. Le projet est toujours en discussion.
Réajustement des cotisations des membres de la catégorie A en fonction des réels niveaux de vie. C’est pourquoi nous avons voulu enlever la notion de PNB et nous lui préférerions la notion d’Indice de Développement. A voir donc.
La tenue de 2 jours et demi de CA paraît trop courte, et l’idée de faire moins de Ca, mais de durée plus longue a été émise
Français
F.I.M.E.M. - Orientations 2004-06
• Révision de la charte de l’école moderne o le droit d’éducation pour tous  citoyenneté  etc.
• Préparation de la RIDEF 2006
• Amélioration du réseau international o aide au démarrage de la multilettre électronique (portail internet) o proposition du projet MCE-ICEM
• Solidarité - amélioration des pratiques
• Règlement de la participation de la FIMEM aux conférences et forums internationaux o priorités o représentation de la FIMEM par des groupes locaux
• Continuation du travail concernant l’UNESCO
• Révision des formulaires de la FIMEM o flyer, logo, etc.
Margaretha Scheele-Kunze, Luba Kolebinova, Hartmut Glänzel, Michel Mulat, Andi Honegger
PROPOSITIONS DU M.C.E. POUR LES ORIENTATIONS DE LA F.I.M.E.M. M.C.E.- Movimento di cooperazione educativa (Italie)
Le secrétariat du M.C.E. (mouvement Freinet italien) a toujours reconnu que la F.I.M.E.M. a une importante fonction pour la culture pédagogique de l’école moderne. Le M.C.E. est convaincu que c’est à travers la diffusion à niveau international de la pédagogie Freinet que l’on peut faire épanouir : besoins, identité, expression, communication, relations satisfaisantes, valorisation des différences, citoyenneté, compétences des enfants et des adolescents de chaque pays.
Nous proposons à l’attention et au débat les perspectives de travail suivantes pour notre fédération :
* reconnaitre le protagonisme des sujets, garçons et filles, en leur attribuant la pleine responsabilité dans la construction de leur même procès éducatif. La famille n’est pas la dépositaire des choix à l’égard du futur de ses fils, ce sont eux qui doivent pouvoir choisir. La ’liberté de choix’ qu’on attribue très souvent aux familles comme s’il était un droit universel est un droit faux et abstrait, étant données les différentes conditions socio-culturelles des familles aujourd’hui.
* le caractère public et laïc de l’école et, on pourrait adjoindre, interculturel : une école ouverte à tout le monde, une école de l’inclusion sociale, de l’intégration, du succès éducatif.
* l’opposition au néo-libéralisme et aux logiques du marché qui pénètre toujours plus dans chaque niveau de la vie associée, donc à la privatisation et à l’affaiblissement toujours plus évident de l’intervention de l’Etat dans le domaine de la responsabilité éducative vers les jeunes générations. L’opposition doit consister en une diffusion dans tous les milieux scolaires et les institutions proches de la coopération, de la solidarité, de l’éthique publique.
* favoriser, à travers des occasions de rencontre et de coopération, le dialogue parmi les cultures et les groupes humains, particulièrement parmi les deux côtés de la Méditerranée, parmi l’occident et l’Islam. Aujourd’hui, vice-versa, beaucoup d’hommes politiques et des communicateurs parlent irrésponsablement d’un ’conflit de civilisations’.
* entretenir des relations d’échange et de collaboration avec les nouveaux mouvements ( no global, social forum, mouvements pour la paix, mouvement des femmes,...) parce c’est à eux très souvent, dans un monde toujours plus interdépendant et globalisé, qu’il faut faire confiance pour la défense des droits communs.
* aider à réduire les réponses seulement émotionnelles et irrationnelles qui sont de plus en plus dangereuses dans un contexte planétaire signé par l’insécurité et par les craintes pour les nouveautés ; ça est possible seulement si l’on éduque les individus au tant que sujets à part entière, à l’expression et à reconnaitre ses émotions, au maintien de relations étroites parmi la tête et le corps ; il faut apprendre la renonce, la soutenabilité, l’écologie des relations humaines et du milieu.
* développer l’aide réciproque et la solidarité avec les mouvements, les groupes, les écoles, les associations, en stimulant à participer à des formes de recherche-action et de projection partagée à niveau desquelles chaque groupe peut recevoir mais aussi il peut donner.
Le M.C.E. juge que, dans l’actuel moment historique, on ne peut pas pratiquer la pédagogie Freinet sans produire une réflexion et des expériences sur les problèmes suivants : 1) librisme et école 2) agression aux droits des enfants et des jeunes 3) éducation populaire et culture : cultures des pays occidentaux et du monde Islamique 4) éducation populaire et autres pédagogies et méthodes didactiques 5) nouvelles formes de solidarité et d’entraide ou d’échange pour développer la diffusion de la pédagogie Freinet comme outil pour la libération. C’est pour ça que le M.C.E. propose à la F.I.M.E.M. de travailler sur un ou plusieurs de ces points jusqu’à la prochaine R.I.D.E.F.
Haut du formulaire
 
Bas du formulaire
 
  •  
 
Infor CA 47
Varneholz, juillet 2004
Fédération Internationale des Mouvements d’Ecole Moderne (FIMEM)
INFOR-CA (47) Varenholz, Allemagne, Juillet 2004
La FIMEM est une association de mouvements nationaux et régionaux du monde entier qui a pour objectif de répandre les idées de l’éducation coopérative pour tous. La FIMEM favorise les contacts et l’échange entre les professeurs et les éducateurs qui sont engagés dans la pédagogie Freinet, ainsi que dans des recherches d’innovation. L’UNESCO reconnaît la FIMEM comme une organisation non-subventionnée.
Prise de notes : Andi Honegger, Lena Alexanderson, Margaretha Schéele Kunze Distribution : Margaretha Schéele Kunze Traduction : (en français) : Luba Kolebinova, Andi Honegger, Lena Alexandersson
CA de la FIMEM - Varenholz, Allemagne
23 07 2004 - 04 08 2004
Membres du Conseil d’Administration (CA) :
Président : François Perdrial, 24 rue d’Anjou, 44000 Nantes, France e-mail : foperdri@aol.com Trésorier : Hartmut Glänzel, Falkstrasse 25, D- 12053 Berlin, Allemagne e-mail : glaenzel@T-Online.de Contacts internationaux : Maria Teresa Roda, Via Udine 9, 31020 Lancenigo (Treviso), Italie e-mail : romarte@libero.it Infor-CA : Margaretha Schéele Kunze, Gevärsgatan 25, S-26262 Ängelholm, Suède e-mail : mskunze@hotmail.com
Le CA a eu sa première réunion le 23 juillet, nous avons eu deux réunions chaque jour et la dernière pour l’évaluation était le 4 août. Trois sessions de l’Assemblée Générale ont été tenues pendant la RIDEF à Varenholz : La première était le 26 juillet (prise de notes de Andi Honegger), la seconde était le 28 juillet (pour la présentation des nouveaux candidats au Conseil d’Administration (CA) et pour des discussions dans les groupes de langues) et la troisième - le 1er août (prise de notes de Lena Alexanderson).
Un mouvement a été de nouveau accueilli comme le bienvenu dans la FIMEM ; le mouvement brésilien, Cianca.
Chaque deuxième journée il y a eu une rencontre avec le groupe de préparation. Après la première AG l’ancien CA et les candidats au nouveau CA ont eu une réunion avec trois représentants de la délégation sénégalaise pour discuter de la RIDEF 2006 au Sénégal. . a. Organisation de l’AG. Organisation de la présidence et du secrétariat des sessions différentes de l’AG : Liste des délégués. Le rapport moral était corrigé et terminé en anglais et français. Le rapport financier et le budget préliminaire ont été examinés. b. FIKOY, le groupe des jeunes de la RIDEF, a reçu la proposition d’organiser et de choisir leurs activités. c. Les groupes de base (de 15 personnes) auraient trois réunions et elles décideraient ensuite combien de fois elles voudraient se rencontrer. d. Prix spéciaux. Il y avait des prix spéciaux pour les étudiants et les personnes qui ne pouvaient pas participer à la RIDEF pendant toutes les dix journées. e. Fonds pour la solidarité. La liste des fonds pour la solidarité a été réglée. Il y a un fonds (Fonds Maria Lucia) où est déposé l’argent non-dirigé et il devrait être utilisé pour la RIDEF suivante. f Le CA a besoin de plus de personnes. Discussion à propos de Gloria de Young, du Panama, qui avait annoncé sa volonté de devenir membre du CA. Elle n’était pas présente à Varenholz. Il a été décidé de laisser à l’AG de résoudre cette question. g. RIDEF 2006. Deux rencontres ont été tenues avec Papa Meissa Hanne, Demba Mamadou et Diallo Hawa du Sénégal. Les ressources générales (écoles, logement, équipement) étaient discutées. Papa Meissa devrait faire la proposition financière finale (le budget préliminaire) jusqu’à la fin de l’année. Une aide plus importante sera nécessaire de tous les mouvements membres. Il sera tout aussi important d’inclure à la RIDEF 2006 à Saint Louis, Sénégal les pays africains voisins. Un séminaire informatif a été tenu par les trois représentants du Sénégal. Des fonds ont été demandés et acceptés des pays de l’Union Européenne (€23 000) mais des sommes plus importantes devraient être organisées. Une proposition : un compte bancaire en France et un autre au Sénégal. Une coopération étroite avec l’ICEM est déjà en cours depuis un certain temps. Proposition à propos du temps : la première semaine d’août. h. “La Nouvelle Multilettre”. Michel Mulat prépare un portail Internet pour remplacer le journal papier “La Nouvelle Multilettre”. Chaque mouvement aura à la fin de l’année son dossier. En ce qui concerne les “petites langues”, il serait nécessaire de traduire toutes les informations/articles en anglais/français( ?). Les pays sans e-mail adresses auront la possibilité de recevoir les informations sur papier deux ou trois fois par an. i. Forum Social de l’Economie à Cracovie, novembre 2004. Il a été décidé que deux membres polonais devraient être nos représentants à Cracovie pour les frais de la FIMEM. Maria Teresa Roda informera les collègues polonais au sujet de la conférence à Cracovie. j. UNICEF. François a eu des contacts avec l’UNICEF. Il existe un grand intérêt d’entrer en contact avec les écoles secondaires au sein du mouvement international. François et Michel continuent les contacts avec l’UNESCO, à Paris. Luba demandera à Lisan Fasten des Pays Bas, si elle voudrait bien aider. k. Orientation du nouveau CA. Pour les deux années suivantes : 1. L’identité coopérative : “La Charte de l’Ecole Moderne” devrait être modifiée. 2. Un nouveau “flyer” devrait être exécuté. 3.La RIDEF 2006 au Sénégal . 4. Un nouveau portail Freinet devrait être installé. 5. Gestion de la solidarité. 6. Conception concernant les manifestations et les engagements internationaux. l La formation européenne était discutée. m. Un nouveau Lycée Freinet est en cours de création à Ljusdal, en Suède (2004). Le nouveau CA a envoyé des informations et une lettre avec le nouveau logo de la FIMEM pour lui souhaiter la bienvenue. n. La rencontre suivante du CA aura lieu à Nesslau, en Suisse du 25 au 27 février 2005.
Les nouveaux membres du CA de la FIMEM
Président Hartmut Glänzel, Falkstrasse 25, D-12053 Berlin, Allemagne e-mail : glaenzel@T-Online.de Vice Président : Michel Mulat, 6, rue de Colmar, F-90000 Belfort, France e-mail : michel.mulat@ac-freinet.org Trésorier : Andi Honegger, Bühl 362, CH-9650 Nesslau, Suisse e-mail : andi_hon@gmx.ch Secrétaire : Luba Kolébinova, 3 Raven Str., Sofia 1618 e-mail : luba_kolebinova_bg@yahoo.com Infor-CA : Margaretha Schéele Kunze, Gevärsgatan 25, S-26262 Ängelholm, Suède e-mail : mskunze@hotmail.com
Compte-rendu de l’Assemblée Générale de la FIMEM Partie 1 Lundi 26 Juillet 2004 16 h 30-18 h 30 Varenholz, Allemagne
Partie 1 de l’Assemblée Générale est normalement réservé pour des informations générales sur les différents points de l’ordre du jour et pour la préparation de la partie 2 des différents groupes de langues, la partie 3 étant réservée pour les décisions,
Points discutés selon l’ordre du jour sont : 2. Présence de 24 délégués
3 Présentation des candidats au CA de la FIMEM. renouvellement : Harmut Glänzel, Allemagne Nouveaux candidats : Luba Kolebinova, Bulgarie, Michel Mulat, France, Andi Honegger, Suisse, tous présents Gloria del Young du Panama n’est pas présente. Elle est présentée par Melvin du Panama, Comme les candidats doivent être présents normalement, le CA fait une exception et propose que l’AG décide oui ou non d’élire Gloria au CA Le temps de présence de Margaretha Schéele-Kunze (Suède) dure encore 2 ans
4 le mouvement du Nord- nord-Est du Brésil ( Movimento de Escola Moderna Norte/Nordeste MEM-NNE) voudrait entrer de nouveau à la FIMEM. Il est présenté par Maria Luiza Lima do Vale
9 RIDEF 2006 au Sénégal Présentation de Papa Meissa : • 7 ou 8 personnes préparent déjà la Ridef depuis 2 ans • Les infrastructures à St Louis (Nord Sénégal) sont bonnes • Les finances sont un problème - chacun devrait être intéressé à aider
11 Sylviane demande : quelles sont les conséquences financières auraient notre décision de créer un plafond de 1200 membres pour les mouvements nationaux qui paient leurs cotisations annuelles á la FIMEM, Réponse : aucune, car cette décision intéresse le Portugal (MEM) qui est le seul mouvement à avoir plus de membres (1200) et qui a quitté la FIMEM
Michel Mulat remet 2 feuilles de la part de l’ICEM et du MCE à la FIMEM. Des copies seront distribuées pour l’AG 2
Peter Steiger, Andi Honegger Président du jour Secrétaire du jour
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE FINALE de la FIMEM Allemagne, le 31 juillet 2004
1. Présentations des différents membres de la FIMEM et des délégations observateurs :
Allemagne (2 mouvements) Finlande Mexique Sénégal Autriche France Panamá Suède Ukraine Belgique (2 mouvements) Bénin Hongrie Pays Bas Suisse Brésil (2 mouvements) Italie Pologne Sénegal Espagne Japon Russie Présidente de la réunion : Luzia Bäck, secrétaire : Lena Alexanderson
2. Présentation des délégués et décompte des voix
26 délégués votants, représentant 2 mouvements de la FIMEM. Les questions à voter doivent avoir une majorité de 14 votes pour être approuvées. Les élections des membres du CA auront lieu à bulletin secret et à liste ouverte avec possibilité de rayer les noms.. On vote ”oui”, ”non” ou ”abstention”. Les délégués sont présentés et émargent la liste électorale Responsable des élections : Silvia Herzog. 2 personnes du CA comptent les voix.
3. Présentations des candidats au CA
Nouveaux candidats au CA : Michel Mulat, France, Andi Honegger, Suisse, Luba Kolebinova, Bulgarie et Gloria Young, Panama Continuent leur mandat : Margareta Scheele, Suède (remplaçante : Lena Alexanderson) non éligible et Hartmut Glänzel, Allemagne, candidat à élire pour une autre période de 2 ans. Sortant : François Perdrial (F) et Maria-Teresa Roda(I)
Gloria Young n’étant pas présente personnellement, le CA décide de soumettre la décision à l’AG si elle permet une exception selon article 10, Règlement Intérieur (”la présence des candidats est obligatoire lors des élections, sauf dérogation exceptionnelle par le CA..”) Un débat s’ensuit : qui doit donner cette exception : AG ou CA ? Finalement tous décident qu’il y aura un vote pour avoir l’opinion des participants. Lena Alexanderson informe que la raison de l’article 10 est que durant la AG de Torino-82 - après des cas d’abus de votes par procuration par des candidats absents et du lobbying - 12 pays contestataires ont formé un CA provisoire pour écrire de nouveaux statuts avec un règlement détaillé qui aurait pour but d’empêcher ces abus.
Le résultat du référendum : 15 délégués votent ”oui” : on fera une exception à la règle de la présence obligatoire ou non d’un candidat et Gloria Young est mise sur la liste des candidats pour le CA
4. Présentation des candidatures comme membres de la FIMEM :
Le mouvement MEM-NNe du Nordeste du Brésil demande de nouveau à être réintégré à la FIMEM - nous nous en réjouissons. Le mouvement portugais, par contre, qui a été invité à participer à la RIDEF ne s’est pas encore décidé d’entrer de nouveau à la FIMEM - les essais de la part du CA (Maria-Teresa a participé à leur congrès) n’ont pas abouti. Henry Landroit demande pourquoi : M-Teresa répond : aucun contact officiel a été pris et aucune réponse officielle a été donnée.
5. Le rapport moral 2002-2004
Le rapport moral a été soumis à l’approbation de l’AG. - Giancarlo Cavinato a désiré que quelque chose sur les droits de l’enfant soit inclus dans le rapport. Le CA a répondu que le rapport moral traite des choses faites et une telle chose on la mettrait plutôt dans les orientations. Mais des membres du CA ont participé à plusieurs Forums Mondiaux où ils ont publié des documents sur les droits de l’enfant deux fois. Henry Landroit a dit qu’on devrait envoyer des informations à tous les membres de la FIMEM. sur comment on ”travaillerait” l’UNESCO pour en être membre. Réponse : En France François Perdrial et Michel Mulat ont pris des contacts avec UNESCO et envoyé la Multilettre. Sur le niveau école primaire il y en a déjà beaucoup d’organisations pédagogiques qui sont membres de l’UNESCO. - Par contre il y en a peu au niveau secondaire. Une personne travaillant dans le bureau du secondaire s’est déclarée intéressée par notre mouvement au niveau secondaire. L’UNESCO fait un examen des organisations membres et de celles qui sont postulantes chaque quatrième année. - Alors les procédés prennent du temps !
25 délégués votent pour l’approbation du rapport moral, une abstention : Italie.
6. Le rapport financier
Le rapport est présenté. Les deux auditeurs nous informent que quand Hartmut a commencé son travail comme trésorier, le budget était très difficile à lire. Il a fait un bon travail et maintenant le rapport est très facile à lire.
Le rapport est voté par la AG. 26 délégués votent pour l’approbation du rapport financier.
7. Les Orientations pour 2004-2006
Le CA veut que les nouveaux candidats au CA soient élus avant qu’on vote, car c’est leur tâche de proposer des orientations. Andi Honegger, étant candidat au CA, veut pourtant que l’ AG discute des orientations d’abord. Giancarlo rappelle le texte du mouvement italien qui plaide pour la pleine responsabilité des élèves dans leur processus éducatif et qui est contre le libre choix des parents dans le choix d’école pour leurs enfants. Cet article les membres le trouve dans le journal de la RIDEF no. 6. Un débat s’ensuit sur la question si nous incluons le texte comme il est ou si nous acceptons l’esprit de ce texte. M-T veut que son contenu soit discuté et mis en rapport avec la globalisation. Itziar de l’Espagne nous demande d’agir doucement. Des propositions nationales présentées pendant l’AG doivent d’abord être traduites dans les différentes langues da la FIMEM, puis discutées en tenant en considération nos différentes cultures.
La conséquence de la discussion nous amène à considérer le renouvellement de notre charte. Toni de Bulgarie veut que nous prenions en considération alors le texte italien quand nous écrivons notre charte
La question de la participation des membres du CA dans les différents Forums est aussi soulevée. M-Teresa informe que le CA a seulement participé aux forums d’éducation, pas aux autres. L’AG est de l’opinion que ce n’est pas au CA de participer, mais de faire que nos mouvements membres participent.
Finalement sont votés comme orientations pour 2004-2006 les points compilés par le nouveau CA : 25 voix pour, 1 abstention (voir annexe)
.8. Le budget prévisionnel
Le budget prévisionnel est voté : 25 voix pour
9. Propositions :
Une modification du barème pour les mouvements ayant un grand nombre d’adhérents (article 3 du règlement intérieur). Cette proposition a été faite pour éviter que des mouvements avec de très nombreux adhérents comme celui du Portugal quittent la FIMEM à cause d’une cotisation trop élevée : Résultat : 22 pour, 1 contre
Additif au règlement intérieur. article 3 à approuver une seconde fois : Catégorie C paye 15euros
A ajouter : un article 7 au règlement intérieur : les commissaires aux comptes reçoivent un remboursement pour leurs voyages afin de se rendre chez le trésorier. 60% est payé par la FIMEM 40% est payé par leur mouvement national.
Résultat : 20 pour, 1 contre, 1 abstention
RIDEF 2006 au Sénégal Les Sénégalais ont déjà présenté leur programme. Tout le monde se réjouit de leur décision d’organiser la prochaine Ridef au Sénégal, dans l’université de la ville de Saint Louis. Les Sénégalais nous informent que la RIDEF sera organisé conjointement par 4 pays (le Sénégal, le Bénin, le Cameroun et Burkina-Faso ( ?) et qu’il y aura une Postridef intéressante -
Reste la question du financement. L’ICEM y travaille déjà depuis un certain temps. Il y a deux projets qui peuvent nous donner des subventions. Michel Mulat les a présentés par écrit. Il veut bien que les autres membres de la FIMEM les soutiennent, ceci pour que le travail de la FIMEM soit plus valorisé par l’ICEM.L’ ICEM a déjà ses contacts à l’étranger et pense que cela suffit. Nous voulons bien les faire comprendre que ceci n’est pas la même chose (dans la FIMEM les différents mouvements travaillent au même rang avec chacun un vote - tandis que l’ICEM travaille bilatéralement en utilisant ses vieux contacts du temps du colonialisme).
Avec des subventions ainsi reçues on aura : 21.000 euros en subvention de la France (par l’aide de l’ICEM) dont 5.000 euros de la FIMEM et 5.000 d’une organisation italienne qui travaille pour les Sénégalais en Italie
Une réponse (de l’ADEA) à la demande de l’ICEM est promise pour septembre 2004.
La FIMEM est reconnaissante de l’aide financière que l'ICEM peut fournir. L’AG se déclare cependant d’accord sur la proposition d’une RIDEF au Sénégal même sans cette aide, en étant consciente que ceci comportera une période de 5 ans pour avoir un budget équilibré de nouveau.
Voici encore une proposition d’un mouvement national qu’on demande aux autres mouvements d’approuver sans avoir le temps de la traduire dans sa langue et de la discuter dans son mouvement. Pour pouvoir la voter, l’AG demande à Michel de nous donner une version plus courte de sa lettre. Elle sera : ”La FIMEM autorise l’ICEM et l’ASEM à développer le programme africain autour de la RIDEF 2006 en son nom. L’ICEM et l’ASEM s’engagent à tenir au courant le CA de la FIMEM tout le long de leur action.
Sont aussi discutées : les dates de la RIDEF au Sénégal. Pour quelques pays ce sera difficile de participer à une RIDEF qui ne commencera que le 8 août. Ce sera cependant difficile pour les Sénégalais de changer les dates. Les chambres d’étudiants où nous logerons ne seront vides qu’au début d’août. - la durée de RIDEF : 7 ou 10 jours n’est pas encore décidé.
RIDEF 2008
Le mouvement mexicain se déclare prêt à essayer d’organiser la Ridef au Mexique 2008. - L’ AG envisagera avec joie une Ridef en Amérique.
10. Elections :
Sont élus comme membres du CA :
Andi Honegger, Suisse (25 votes), Michel Mula, France (20 votes) et Luba Kolebinova (23 votes) et pour une autre période : Harmut Glänzel (25 votes). Margareta Scheele-Kunze continue son mandat (avec comme suppléante Lena Alexanderson) Gloria Young n’a pas obtenu suffisamment de votes pour entrer au CA (10)
Le MEM-NNe de nordeste du Brésil est élu membre de la FIMEM à l’unanimité des votants
Lisan Fasten, (Pays Bas) et Luc de Meulenaere (Belgique) sont élus commissaires aux comptes
RAPPORT MORAL juillet 2002- juillet 2004
Vie des Membres de la FIMEM
En juillet 2004 : 31 membres de la FIMEM comme en juillet 2002, mais cette stabilité cache une démission celle du collectif québécois de l’Ecole Moderne (dissolution en juin 2003) et une adhésion votée à Varna celle de l’Association Béninoise de l’Ecole Moderne (juillet 2002).
A la Ridef 2002 en Bulgarie sur les 31 membres de la FIMEM qui avaient théoriquement le droit de vote, seulement 15 mouvements étaient présents soit moins de 50% de nos adhérents. Aucun mouvement membre des pays de l’Europe de l’Est, hormis les Bulgares, n’était présent alors que la Ridef se déroulait dans un pays d’Europe de l’Est. C’est ici une préoccupation majeure.
Les contacts entre les mouvements de la Fimem et le CA sont très faibles.
Seuls 5 ou 6 mouvements envoient régulièrement leur revue par la Poste au CA, peu d’informations même par internet, mais entre 2002 et 2004 nous avons reçu plus d’informations (qu’entre 2000 et 2002) surtout quand ces informations étaient relatives à des changements de bureau ou à des grandes manifestations.
Le Président de la FIMEM a été très peu invité à des AG des différents mouvements, mais nous n’avons pu rendre, pour des raisons financières, au 10ème anniversaire du mouvement roumain. Nous nous sommes rendus à l’AG du mouvement suisse.
Nous nous efforçons d’écrire (par internet ou par la Poste) souvent pour relancer les mouvements, mais il est clair que de nombreux mouvements trop faibles ne répondent pas.
Solidarité Maria Lúcia Nous avons, pendant ces deux dernières années, déploré la perte de notre secrétaire Maria Lúcia dos Santos, décédée le 17 septembre 2003, à la suite d’une maladie qui a commencé à la frapper à Varna en juillet 2002. Nous ne pouvions pas laisser partir Maria Lúcia sans manifester notre compassion à sa famille et à ses amis de l’ABDEPP et du Brésil. Compte-tenu des dates, nous avons demandé à Bernard Monthubert, ancien représentant de l’ICEM à la FIMEM (de 1994 à 2000) et de surcroît lusophone, de nous représenter aux funérailles. La rapidité du décès ne lui a pas permis d’être présent pour l’enterrement mais Bernard Monthubert nous a représentés à la cérémonie d’Hommage et un programme spécial tournant autour des « œuvres » de Maria Lúcia lui a été préparé. Pour couvrir le coût de son voyage, nous avons fait appel à la générosité des membres de la FIMEM et des mouvements Freinet, associations et particuliers. Comme la somme reçue dépassait le coût du voyage de Bernard Monthubert, nous avons décidé d’ouvrir une bourse « Maria Lúcia » pour permettre à un Brésilien de venir à la Ridef 2004 à Varenholz. (l’appel à la solidarité est toujours en cours)
Contacts avec les mouvements membres de la FIMEM et non actifs Les mouvements algérien, colombien, tunisien connaissent des difficultés et ne sont pas entrés en contact avec nous. Le mouvement colombien pourrait se restructurer.
Contact avec les mouvements non-membres de la FIMEM Au Burkina-Faso, au Cameroun, au Togo, au Maroc des mouvements Freinet ou proches ont vu le jour et sont entrés en contact avec nous L’Association Géorgienne de la Pédagogie Freinet, l’Association d’Ecole Moderne de la République Moldave font des activités et nous informent de leurs activités Le mouvement d’Ecole Moderne Portugais (MEM ) a renoué avec la FIMEM et Maria Teresa Roda, membre du CA, et actuelle secrétaire de la FIMEM a été invitée à l’Assemblée Générale du mouvement portugais en juillet 2003. A notre tour, la FIMEM a invité le Président du MEM à participer à notre Assemblée Générale.
Actions de Solidarités : Nous avons participé à des aides pour l’organisation de stages locaux auprès de l’ABEM (Bénin) en août 2003, auprès de l’AGPF (Géorgie) avril 2004 et aussi ?
Solidarités Ridef 2004 Nous avons décidé, contrairement à ce que nous avions prévu, d’aider les camarades africains, à venir à la Ridef de Varenholz, pour mieux préparer la Ridef 2006 qui devrait se dérouler en Afrique subsaharienne.
Actions internationales : Nous avons participé au Forum Mondial de l’Education à Porto Alegre en janvier 2003 (M T Roda et M L dos Santos) Nous avons participé aux forums social de Florence en novembre 2002 ( M T Roda) et à celui de St Denis en novembre 2003 (F Perdrial, M T Roda). Le bilan des 3 participations est relativement modeste, mais nous avons tenu des stands FIMEM et à St Denis nous avons pu prendre la parole. Nous avons publié et largement diffusé un texte contre la guerre en Irak, le 12 janvier 2003, et publié dans la Nouvelle Multilettre n°8 ( spéciale Ridef) et diffusé sur notre site web. Nous sommes associés au projet mené par l’ICEM et accepté par l’OIT qui siège à Genève, pour aider les pays d’Afrique de l’Ouest à venir à la Ridef 2006 au Sénégal (projet piloté par Thyde Rosell et Olivier Francomme) Dans l’ensemble nos actions internationales sont trop faibles, compte-tenu du poids que nous devrions représenter. En effet, il n’est pas normal que nous ne soyons pas plus présents dans les luttes anti-mondialisation, contre la guerre ou pour la défense de l’école, mais là nous nous heurtons à des problèmes financiers.
Actions internationales proposées mais non réalisées : Nous avions proposé en juillet 2002 de faire un projet Comenius qui relierait entre eux deux Ridef, ce projet a été repoussé par l’Union européenne. MT Roda s’était énormément investie dans ce projet (qui était un résumé d’un projet Socrates déjà repoussé). L’échec provient de nos difficultés à présenter un projet qui puisse mettre en avant les richesses que nous produisons à chaque Ridef et que nous devons articuler avec les classes dans lesquelles nous travaillons le reste du temps. Nous avons postulé pour participer à la seconde conférence d’économie Sociale qui se déroulera en octobre 2004 à Cracovie (en Pologne) où nous animerions un séminaire sur le thème de l’éducation et la formation à l’économie sociale. Nous avons été acceptés, et malgré une première réunion à Bruxelles, devant les dépenses envisagées, nous avons refusé d’aller plus loin.
Contact avec l’UNESCO Nous avons été reçus, le 27 septembre 2002, (F. Perdrial et M. Mulat) par Mme Sonia Bahri, chef de bureau des relations du second degré à l’UNESCO pour envisager un partenariat entre les classes de second degré des différents mouvements de la FIMEM. La reconnaissance de la FIMEM par l’UNESCO ne pourrait se faire que si les mouvements de la FIMEM, ou leur secteur second degré, envoyaient leurs activités à ce bureau. La FIMEM envoie tous les numéros de la Multilettre à Mme Bahri.
Multilettres et Infor-CA Depuis la Ridef de Varna, en juillet 2002, six numéros de la Nouvelle Multilettre sont parus N°7 de novembre 2002 : 45 pages agrafées, photocopiées par F et O Perdrial N°8 de février 2003 : 76 pages brochées, imprimées ( avec couverture et 4 pages couleur) par un professionnel, numéro spécial Ridef 2002 Varna N°9 de juin 2003 : 72 pages brochées, photocopiées à l’encre bleue par F. et O. Perdrial N°10 de novembre 2003 : 70 pages agrafées, photocopiées par Thyde Rosell, secteur international de l’ICEM, préparée pour le FSE de St Denis N°11 de février 2004 : 56 pages brochées, photocopiées par F et O Perdrial N°12 : de juin 2004, 84 pages, faite par le groupe allemand qui prépare la RIDEF de Varenholz.
La Nouvelle Multilettre est un travail important qui poursuit le travail commencé à Varna et qui a été reconnu par tous comme un progrès, mais jamais la commission Multilettre recréée à Varna n’a fonctionné. Toutes les multilettres, sauf la n°12, ont été conçues et mises en pages par O. et F. Perdrial, 3 numéros sur les six ont été photocopiées par tous les deux. A la demande d’article, F Perdrial recevait toujours un ou deux articles et plusieurs informations à faire passer sous la rubrique « échos du monde Freinet ». Il est indéniable que les numéros, inégaux, certes, quant à leur qualité, sont attendus et lus, et ce un peu partout.
Mais ce travail quasi solitaire est un échec de nous tous et à la fois de la commission. A noter que le groupe ICEM International, à la suite d’une demande lors du Ca de Nantes, n’a pas voulu se charger de l’édition de la Multilettre (par contre le coût des photocopies a été pris en charge, en général, par l’ICEM)
A l’issue de chaque CA un compte-rendu détaillé (INFOR-CA) a été maquetté et envoyé par Margaretha Schéele Kunze aux différents mouvements (envoi postal ou par internet)
Vie du CA
Réunion du CA : Nantes (France), les 14, 15 et 16 mars 2003 Angelholm (Suède), les 24, 25 et 26 octobre 2003 Berlin (Allemagne), les 20, 21 et 22 février 2004
L’habitude s’est prise d’avoir des traducteurs, souvent proches du mouvement, et le secrétariat a toujours été assuré par un des hôtes, ce qui a soulagé la tâche pratique des 5 ou 4 élus.
Après le décès de M L dos Santos, M T Roda a été nommée secrétaire (au CA de Berlin). F Perdrial, désirant céder la place, faute de candidat, est resté Président (CA de Nantes)
Les réunions ont toujours réuni les 5 ou 4 membres élus du CA ( M L dos Santos fut remplacée lors du Ca de Nantes). M Mulat, futur représentant de l’ICEM a été invité au Ca de Berlin afin d’assurer mieux la transition du travail. Depuis plus de dix mois les futurs membres qui ont postulé pour entrer au CA reçoivent nos échanges de courrier, par internet, ce qui aide à mieux connaître les dossiers. C’est sûrement un point positif, car il n’est pas facile de comprendre le fonctionnement de la FIMEM du jour au lendemain.
VIE INTERNE DE LA FIMEM
Au sein du CA nous nous sommes divisés sur deux projets qui furent souvent à l’ordre du jour. :
Elargir le CA aux membres des pays défavorisés, ce qui sous-entend de modifier de fond en comble nos statuts et le règlement intérieur dans les articles concernant le financement des déplacements des membres du CA. Le projet est toujours en discussion.
Réajustement des cotisations des membres de la catégorie A en fonction des réels niveaux de vie. C’est pourquoi nous avons voulu enlever la notion de PNB et nous lui préférerions la notion d’Indice de Développement. A voir donc.
La tenue de 2 jours et demi de CA paraît trop courte, et l’idée de faire moins de Ca, mais de durée plus longue a été émise
Français
F.I.M.E.M. - Orientations 2004-06
• Révision de la charte de l’école moderne o le droit d’éducation pour tous  citoyenneté  etc.
• Préparation de la RIDEF 2006
• Amélioration du réseau international o aide au démarrage de la multilettre électronique (portail internet) o proposition du projet MCE-ICEM
• Solidarité - amélioration des pratiques
• Règlement de la participation de la FIMEM aux conférences et forums internationaux o priorités o représentation de la FIMEM par des groupes locaux
• Continuation du travail concernant l’UNESCO
• Révision des formulaires de la FIMEM o flyer, logo, etc.
Margaretha Scheele-Kunze, Luba Kolebinova, Hartmut Glänzel, Michel Mulat, Andi Honegger
PROPOSITIONS DU M.C.E. POUR LES ORIENTATIONS DE LA F.I.M.E.M. M.C.E.- Movimento di cooperazione educativa (Italie)
Le secrétariat du M.C.E. (mouvement Freinet italien) a toujours reconnu que la F.I.M.E.M. a une importante fonction pour la culture pédagogique de l’école moderne. Le M.C.E. est convaincu que c’est à travers la diffusion à niveau international de la pédagogie Freinet que l’on peut faire épanouir : besoins, identité, expression, communication, relations satisfaisantes, valorisation des différences, citoyenneté, compétences des enfants et des adolescents de chaque pays.
Nous proposons à l’attention et au débat les perspectives de travail suivantes pour notre fédération :
* reconnaitre le protagonisme des sujets, garçons et filles, en leur attribuant la pleine responsabilité dans la construction de leur même procès éducatif. La famille n’est pas la dépositaire des choix à l’égard du futur de ses fils, ce sont eux qui doivent pouvoir choisir. La ’liberté de choix’ qu’on attribue très souvent aux familles comme s’il était un droit universel est un droit faux et abstrait, étant données les différentes conditions socio-culturelles des familles aujourd’hui.
* le caractère public et laïc de l’école et, on pourrait adjoindre, interculturel : une école ouverte à tout le monde, une école de l’inclusion sociale, de l’intégration, du succès éducatif.
* l’opposition au néo-libéralisme et aux logiques du marché qui pénètre toujours plus dans chaque niveau de la vie associée, donc à la privatisation et à l’affaiblissement toujours plus évident de l’intervention de l’Etat dans le domaine de la responsabilité éducative vers les jeunes générations. L’opposition doit consister en une diffusion dans tous les milieux scolaires et les institutions proches de la coopération, de la solidarité, de l’éthique publique.
* favoriser, à travers des occasions de rencontre et de coopération, le dialogue parmi les cultures et les groupes humains, particulièrement parmi les deux côtés de la Méditerranée, parmi l’occident et l’Islam. Aujourd’hui, vice-versa, beaucoup d’hommes politiques et des communicateurs parlent irrésponsablement d’un ’conflit de civilisations’.
* entretenir des relations d’échange et de collaboration avec les nouveaux mouvements ( no global, social forum, mouvements pour la paix, mouvement des femmes,...) parce c’est à eux très souvent, dans un monde toujours plus interdépendant et globalisé, qu’il faut faire confiance pour la défense des droits communs.
* aider à réduire les réponses seulement émotionnelles et irrationnelles qui sont de plus en plus dangereuses dans un contexte planétaire signé par l’insécurité et par les craintes pour les nouveautés ; ça est possible seulement si l’on éduque les individus au tant que sujets à part entière, à l’expression et à reconnaitre ses émotions, au maintien de relations étroites parmi la tête et le corps ; il faut apprendre la renonce, la soutenabilité, l’écologie des relations humaines et du milieu.
* développer l’aide réciproque et la solidarité avec les mouvements, les groupes, les écoles, les associations, en stimulant à participer à des formes de recherche-action et de projection partagée à niveau desquelles chaque groupe peut recevoir mais aussi il peut donner.
Le M.C.E. juge que, dans l’actuel moment historique, on ne peut pas pratiquer la pédagogie Freinet sans produire une réflexion et des expériences sur les problèmes suivants : 1) librisme et école 2) agression aux droits des enfants et des jeunes 3) éducation populaire et culture : cultures des pays occidentaux et du monde Islamique 4) éducation populaire et autres pédagogies et méthodes didactiques 5) nouvelles formes de solidarité et d’entraide ou d’échange pour développer la diffusion de la pédagogie Freinet comme outil pour la libération. C’est pour ça que le M.C.E. propose à la F.I.M.E.M. de travailler sur un ou plusieurs de ces points jusqu’à la prochaine R.I.D.E.F.
Haut du formulaire
 
Bas du formulaire
 
  •