Salta al contenuto principale

2021.07.26. Not coping the time or Disadvantaged by being born in our times?

Une contribution de Walter Hövel...

 

Walter Hövel

Not coping the time

or

 Disadvantaged by being born in our times?

 

 

 

Je suis né en tant qu'"Allemand", peu de temps après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Je suis né avant la fondation d'une République fédérale d'Allemagne démocratique. Le pays était - comme ma famille, son éducation et mon enfance trouée - contaminé par l'idéologie nazie de la race maîtresse. Et "les Allemands" avaient perdu "leur" guerre.

Rien n'était resté, pas même une seule école des "pédagogues réformateurs", la "Weltanschauungsschule" (école de philosophie de la vie) du mouvement de gauche ou toute approche des écoles de gauche. Le programme de la politique en Allemagne était de devenir l'ami des industries américaines. Et c'était le seul point de vue que les gens avaient, ou alors ils devaient remonter dans l'histoire. Donc (trop) d'Allemands de cette époque voulaient les deux. Mais ceux qui voulaient la démocratie sont devenus plus nombreux.

Cela est et était particulièrement vrai pour l'éducation et les écoles dans mon pays. C'est vrai pour la contradiction entre un avenir humain démocratique et le commerce des capitalistes avec tout ce dont les humains ont besoin. Mais tous ceux qui avaient un peu d'éducation avaient un souvenir de gauche. Et ces personnes, peu nombreuses, ont combattu le comportement des nazis, anciens et nouveaux !

Je suis devenu un enseignant Freinet et "Bauhaus", détestant la tradition et la nouvelle apparence de l'école. J'ai appris à faire ma théorie dépassée ou produite tout de suite, ici et maintenant. Je n'ai jamais pris le temps de laisser la théorie se développer dans ma pratique. Et c'est exactement pour cela que j'aime les Freinet et le "Bauhaus" !

 

Pendant les 40 premières années, il y a eu la "guerre froide" contre le "socialisme réel". Les USA, l'OTAN et même le "Bloc de l'Est" ont eu leurs guerres. Mais jamais les uns contre les autres. Nous appelions cela "la balance de l'horreur". Les États-Unis ont déclenché plus de 50 guerres entre 1950 et 2000, l'Union soviétique au moins cinq. Après la victoire sur le "socialisme à la russe", nous avons eu des guerres menées par toutes les "nations" monarchistes et capitalistes restantes qui se battaient pour leur leadership international et national.

 

 Et nous avons commencé à sauver notre planète...

 

Dans le domaine de la pédagogie, nous avons mené une bataille entre les droits démocratiques bourguignons et les anciennes et nouvelles idées raciales nationalistes. Avec John Dewey, Jan Komensky et la très catholique Maria Montessori est arrivée une vague favorisant la "magie" et "l'inévitabilité" du système capitaliste. Toutes les approches de réforme de l'éducation, qui ont été faites en Allemagne et en Europe, étaient de droite, appelées Jenaplan (Petersen), Waldorf (Steiner), Daltonplan (Parkhurst) ou Maria Montessori. Timidement on trouvait les Freinet ou Paolo Freire et d'autres très libres penseurs comme Alexander Neill, Tolstoi ou Korczak.

 

 

 

Célestin Freinet, aujourd'hui en 2021, aurait 125 ans, Elise Freinet 123 ans.

 

 

En RDA, la résistance a connu une éducation allemande totalement provinciale et enfermante par Margot Honecker et le professeur Joachim Lompscher. (Lompscher s'occupait au moins de Wygotski, Leontiew, Rubinstein, Galperin ou Lurija).

A la fin, il y a eu un triomphe de l'éducation germano-européenne et de l'idéologie scientifique dégoulinante de l'administration ministérielle, des lycées, des séminaires, des éditeurs et des fondations d'industriels. Elle a permis d'exploiter les gens mieux qu'avant.

Les puissants au pouvoir ont propagé et exigé leur propre éducation et un système contrôlé par eux. Toutes les autres approches de l'éducation ont disparu. Ils n'en avaient pas besoin. Ils avaient l'espace et le temps nécessaires à cette question de leur côté. Ils l'ont intégrée dans leur pensée. Ils l'ont fait aussi dans les églises et au sein des Verts (les Verts avaient voulu, dans leurs premières années, un système d'enseignement secondaire et une réforme interne de l'éducation vers les droits d'apprentissage de tous les enfants). Aujourd'hui, tous les partis allemands suivent le traité de "paix scolaire", qui garantit l'existence du "Gymnasium" comme forme d'enseignement la plus élevée entre 11 et 18 ans.

Les Allemands ne veulent toujours pas d'un système scolaire socialement non sélectionné et inclusif. Ils n'ont pas seulement 16 pays différents avec leur propre législation et beaucoup d'écoles différentes excluant les personnes de la classe inférieure.

Depuis 1990, on trouve seulement ici et là des "îles" de jardins d'enfants, d'écoles primaires, d'écoles libres et de lycées. 

L'éducation de gauche n'a pas pu trouver son public, son soutien, même pas de financiers, mais des parents et des enfants. Non seulement le modèle réussi de Grundschule Harmony a été reconstruit par les forces bourgeoise et réactionnaire, à cause de sa politique de gauche et de ses objectifs de réforme.

Ainsi l'éducation en Allemagne est restée enseignante, dans les matières, sélective, pensant en degrés, divisée en pays, en ministères et en ressources, sans lobby politique, mais avec un but. Le but est et était l'utilité des humains dans un processus de travail et électronique. L'enfance "apprend" à penser de la même manière que les adultes. Ils doivent exploiter la nature, obéir à leurs patrons, fonctionner dans un processus de travail, penser de manière militariste, accepter et être dirigés par la consommation et l'idéologie.

 

 

 

Plus de 70 ans de ma vie ont été remplis par l'avancée de la pensée démocratique. J'ai fait l'expérience d'une tentative de repousser les modèles d'éducation de gauche. Le "marais de gauche" est tout simplement asséché.  La démocratie, les droits de l'homme, les étrangers. Inclusion, genre et queer ils sont plus prudents. Les experts, l'opinion publique et la presse sont "bien éduqués".  Ils semblent incapables de bouger en regardant la privatisation des écoles. Ils ferment trop les yeux, si les gens remontent dans l'histoire, si les gens pensent et parlent à droite. Trop souvent, la pensée de droite est incontestée.

Aujourd'hui, l'Europe se replie sur la grande époque de la réforme de l'éducation. Ils essaient donc de justifier leurs projets éducatifs d'aujourd'hui.

On trouve de plus en plus d'écoles "gratuites", qui sont vendues par des fonds privés, par des parents aisés, qui veulent éviter les mauvaises écoles maternelles, les écoles et surtout les lycées publics. Ils veulent une formation plus professionnelle dans des institutions privées pour leurs enfants. 

De plus en plus, les médias électroniques, la publicité et la consommation prennent le dessus sur l'éducation des jeunes en particulier, 

Une "opinion publique saine" est de plus en plus installée. Il est encore courant d'être aveugle de l'œil droit et cela devient de plus en plus normal dans le comportement de la classe moyenne démocratique. Nous pourrions appeler cela "ne pas se tenir au bord de la société". Nous apprenons à nous tenir au milieu. Nous sommes dedans. 

Être à gauche appartient à l'histoire. L'éducation de gauche, c'est penser en dehors de la boîte. C'est croire en ceux qui parlent de théories de conspiration mondiale. Donc, l'éducation Freinet n'est plus d'actualité, elle n'est pas nécessaire. Il faut s'adapter.

Je vis depuis plus de 70 ans dans une crise permanente. Comme l'ont fait tous mes ancêtres. Maintenant, il n'y a plus de Corona ou de Covid 19. Cela montre que l'éducation autofinancée est un avantage pour ceux qui ont de l'argent. L'éducation publique n'est nécessaire que pour ceux qui travaillent. Pourquoi ne pas laisser ceux qui veulent avoir un emploi payer leur formation ? Pourquoi ne pas garder l'argent pour les entreprises ? ...

Mais nos ancêtres ont goûté au sang de l'histoire.  Ils savent depuis lors ce que signifie l'éducation donnée à tous. Nous savons maintenant ce que cela signifie non seulement d'apprendre les techniques de travail nécessaires. Nous ne connaissons pas seulement les avantages de la consommation et d'une vie meilleure. Tout le monde dans le monde entier a le droit de tout savoir. Nous incluons même les enfants. Nous voulons avoir suffisamment de nourriture, d'eau potable, conserver la richesse et la beauté de la nature, nous ne voulons pas travailler pour les autres, nous voulons notre temps, notre richesse, l'amour, la santé, les arts, la science et les droits de l'homme comme la liberté. Nous voulons vivre.

 Nous ne voulons pas de classes, de riches et de pauvres. Nous ne voulons pas être valorisés en tant que travailleurs, femmes, noirs, handicapés, ... Nous n'appartenons à personne, seulement à nous-mêmes. Nous voulons avoir la même dignité, la même valeur.

Les êtres humains sont éduqués à regarder ailleurs, pas à tout ce qu'ils peuvent voir. Ils veulent survivre, ils regardent le bon côté de la vie. Ils cherchent leur sécurité. Trop peu regardent les droits de l'homme ou leur liberté.

 

 

Mes questions principales

 

Quand le passé était-il différent ? Faisons-nous vraiment mieux que tous nos ancêtres ? Mes ancêtres n'ont-ils pas tous survécu au moins à leur procréation ? Possédaient-ils leur maison, leur terre, leur vie ? Tous les humains ne pouvaient-ils pas penser ? Ne savaient-ils pas moins sans nos écoles ? La connaissance, la compréhension ou l'éducation n'étaient-elles pas toujours canalisées ? N'y avait-il pas toujours l'aspiration à la liberté ou à une vie meilleure ? La pauvreté n'a-t-elle pas toujours été l'expression des guerres et de la domination ? N'y a-t-il pas toujours eu un haut et un bas ? N'y avait-il que l'augmentation du nombre d'humains que nous pouvons nourrir ? Ceux qui veulent conserver leurs biens connaissent-ils toutes les réponses à toutes mes questions ? La qualité des réponses s'est-elle améliorée ? Y a-t-il un progrès dans l'histoire ? Y a-t-il un espoir pour des temps meilleurs, des temps de liberté ? L'aggravation de notre situation est-elle une menace sérieuse ? Les gens de gauche ont-ils toujours existé ? Ont-ils jamais changé les situations ou la situation a-t-elle changé sans eux ou a-t-elle changé seulement eux ? Le changement fait-il partie de la réalité ? Les progressistes ne font-ils que garantir l'existence d'un nombre constant de nouveaux progressistes ? Ne comprends-je pas le changement des temps ? Est-ce que je manque d'ambition ou est-ce que je ne me sens pas assez important ?

 

En tant qu'enfant de la classe moyenne, je suis un parvenu. Les gauchistes de l'époque de mes études m'ont traité de "droitier déguisé" ou de "rêveur". En effet, je n'ai jamais pu compter sur les gauches. J'ai toujours dû trouver ce qu'était la "gauche".

 

Je définis la "gauche" sur la base des droits de tous les hommes, femmes, enfants, créatures et nature. Parfois, je ne fais pas les choses.

 

Je ne remarque que rétrospectivement ce que j'ai fait.

 

L'éducation, je la fais sans concept. Je n'avais qu'une attitude, qui s'apprenait.

 

Je suis un enseignant Freinet.

 

Traduit par Deepl