Passar para o conteúdo principal

Appel de Andi :Le CA de la FIMEM a besoin de plus d'aide



Le nouveau Conseil d'Administration CA de la FIMEM ne compte que quatre membres, ce qui n'est pas suffisant selon les statuts et le travail à faire.

 

L'Assemblée Générale et le nouveau Conseil d'Administration de la FIMEM

Notre Assemblée générale se compose de trois parties : premièrement la séance d'information, deuxièmement les discussions dans les groupes de langues et troisièmement la séance de prise de décision. Avec toutes les traductions, c'est toujours une tâche difficile à accomplir avec tous les sujets.
Cette année à Ljungskile nous avons eu de gros problèmes dans la troisième partie, ne pouvant pas finir à temps. Nous devions continuer après le dîner et même le lendemain. Déjà, les discussions de langues ont duré trois ou quatre soirées, du moins dans le groupe allemand.
L'une des raisons était l'absence de documents de base pour les discussions. "Vous pouvez les obtenir sur le site du FIMEM", nous a-t-on dit. Mais nous n'avons pas pu les joindre, parce qu'ils se trouvaient dans l'espace intérieur et qu'aucun d'entre nous dans le groupe allemand n'avait une clé pour entrer dans cet espace intérieur.

Un autre problème était les propositions venant des différents groupes linguistiques. Avant de pouvoir les discuter et les voter, nous devions faire une synthèse de toutes les propositions. Nous aurions dû le faire avant que la troisième décision ne fasse partie de l'Assemblée générale.

Notre nouveau Conseil d'Administration (CA) ne compte que quatre membres : Mariel Ducharme du Canada, Sylviane Amiet de Suisse, Antoinette Mengue du Cameroun et Lanfranco Genito d'Italie.
Les statuts disent qu'il devrait y en avoir au moins cinq. Au cours des 10 dernières années, il a été très difficile de trouver de nouveaux candidats au CA. Les tâches sont devenues plus grandes et il est plus difficile pour une personne qui travaille encore, d'entrer dans le CA. En fait, certains candidats élus n'ont dû abandonner à nouveau qu'après une courte période.

C'est peut-être la raison pour laquelle nous n'avons actuellement que quatre membres au conseil d'administration. Comment peuvent-ils gérer, alors que la quantité de travail est si importante ? Comment notre fédération peut-elle fonctionner de cette façon ? Je suis très inquiet de la situation actuelle !

Nous avons absolument besoin de nouveaux candidats pour le CA, au plus tard dans deux ans, lorsque nous nous rendrons au Québec pour le prochain RIDEF ! Peut-être même plus tôt. Les candidats qui n'ont pas encore été élus pourraient déjà travailler avec le CA et aider à accomplir toutes les tâches.
Je demande aux grands mouvements comme l'Allemagne, la France et l'Espagne de s'assurer qu'ils auront un candidat de valeur au Québec. Mais aussi des mouvements plus petits comme le Mexique, la Belgique, la Suède, la Bulgarie ou l'Autriche devraient sérieusement chercher des personnes pour aider notre fédération à aller de l'avant dans les prochaines années.

Nous devons être conscients qu'il est de notre responsabilité de faire fonctionner le FIMEM. Nous le devons à nos nouveaux membres comme l'Uruguay et la Grèce et à tous les autres qui ont rejoint notre mouvement ces dernières années !

Andi Honegger, Suisse

 

Responder

CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Imagem CAPTCHA
Digite os caracteres que aparecem na imagem.