Salta al contenuto principale

2019 Compte rendu de 16° séjour en Chine-Changsha-du 23 au 31 décembre

 3 janvier 2020

Programme du projet Freinet à Changsha

Décembre 2019

 

Nous avions préparé peu à peu la formation à Changsha, dès le retour du premier séjour, en août 2019, puis par courrier, et grâce à une rencontre à Paris le 11 novembre 2019 avec Pierre L et Shayeng H :

 

Parmi les points à aborder pour cette seconde formation, il y avait :

 

Quelques renseignements préliminaires :

-qui va participer à la formation de décembre ?

-quelles sont les questions des participants ?

-y a-t-il des demandes de matériels à apporter en Chine ?

 

Cette formation va poursuivre la connaissance de la pédagogie Freinet.

-meilleure connaissance de la psychologie de l’enfant.

-meilleure connaissances des théories nées de la pédagogie Freinet et la sous tendant.

-approfondir quelques techniques de la pédagogie Freinet et/ou de la pédagogie institutionnelle.

 

Points divers :

Frais liés à cette formation (faire le point, voir fiche hyperstructure).

Parlera-t-on du projet de crèche ? Quel est le projet actuel, où en est-il ?

 

 Pour la formation

-il fallait établir la grille des jours de formation.

-il serait bon d’alterner : des moments d’observation et de travail en classe, et des moments de formation.

-est-il prévu une rencontre : avec les parents des élèves ou avec d’autres acteurs impliqués dans l’éducation à Changsha ?

 

Rencontres :

Le projet d’innovation pédagogique se joue à plusieurs niveaux :

-en classe (accompagnement pédagogique)

-en formation (accompagnement professionnel)

-à l’université (accompagnement scientifique)

-dans la ville (accompagnement politique, culturel)

 

Est-il prévu de rencontrer, de travailler avec des professeurs des universités ?

Il est possible de proposer une coopération avec des professeurs de sciences de l’éducation, de psychologie, de pédagogie… et de participer à la formation initiale des enseignants (pour l’école maternelle et pour l’école primaire !)

 

Est-il prévu de rencontrer des responsables politiques de la ville afin de présenter le travail, de répondre à leurs questions éventuelles ?

 

Un élargissement à des villes voisines avait été évoqué, qu’en est-il ?

 

Compte rendu de formation à Changsha, décembre 2019

 

Lundi 23 décembre 2019 Départ en Chine

À l’escale de Canton (Guangzhou), le transfert est difficile (contrôles) et on arrive les bons derniers dans l’avion ! Le voyage aura duré près de 15h !

 

Mardi 24 décembre 2019 Visite des nouvelles écoles entrant dans le processus Freinet !

Arrivée 9h40 : installation à l’hôtel, les employés ont décoré l’hôtel pour Noël ! Nous allons manger à l’école maternelle « Aimei » où nous avions fait la formation précédente, j’y retrouve quelques collègues, l’école a augmenté ses effectifs cette année. (L’autre école déjà impliquée s’appelle « Genius »)

Après-midi, démarrage de la formation : je commence par une visite des 2 écoles supplémentaires dans lesquelles auront lieu les formations (Les écoles maternelles Jiahe Yuan et Yuan Mem). À présent ce sont 4 écoles maternelles qui démarrent chacune une petite filière en pédagogie Freinet. Chacune d’entre elles aura son axe, son chemin d’introduction de la pédagogie Freinet par une technique, une voie privilégiée.

Le soir, Taï a organisé un repas entre amis pour fêter Noël (qui n’existe pas en Chine, mais les gens font la fête quand même, principalement les jeunes !)

 

Mercredi 25 décembre 2019 Début de la formation, travail à l’école maternelle Aimei !

Malgré une nuit écourtée, la formation commence bien à 9h, il y a environ 25 enseignantes qui suivent la formation. Cette fois-ci, elles viennent des 4 écoles dont une partie de l’équipe est intéressée, les 2 dernières arrivées ont déjà un peu bénéficié de l’aide des 2 premières, elles vont participer à la présentation des travaux réalisés en début de matinée. Chaque enseignante ou chaque équipe présente une de ses pratiques innovantes : le « quoi de neuf ? », une sortie, un projet, des ateliers, un album, une recherche. Les présentations sont très riches et très variables, mais la direction est bonne !

Puis nous faisons un quoi de neuf rapide (présentation, question) qui permet d’avoir une première idée des désirs de formation.

Après le repas (et la sieste obligatoire), nous avons une séance « emploi du temps ». Durant cette séance, nous organisons globalement chaque journée dans une école : le matin en classe pour observer, et l’après-midi pour discuter de ce qu’on a vu, et des sujets qui ont été évoqués lors des différentes discussions.

Puis nous avons un temps pour aborder quelques questions sur la pédagogie Freinet. Nous parlons autant des techniques que des problèmes relationnels : avec les enfants et avec les familles.

Le bilan de la journée est plutôt positif, et montre les questionnements qui ont surgi : leur identité professionnelle, le questionnement, le droit à la liberté (pour eux et pour les enfants), explorer, essayer, revoir le soleil !

 

Jeudi 26 décembre 2019 Formation en classe à l’école maternelle Aimei

Rendez-vous à 8h50 à l’école pour un programme de visite et de participation à la classe ! Nous allons voir 2 classes pendant une heure chacune. La matinée va bien se passer, même s’il y a plus d’adultes que d’enfants dans les classes ! Nous pourrons assister à l’accueil des enfants et au travail en atelier, un Quoi de neuf autour d’une table, puis une séance de chorégraphie à 2 classes, ce qui nous permettra de changer de classe. Dans la deuxième classe, nous assisterons à un Quoi de neuf aussi et à une séance d’ateliers libres. Dans la classe il y a un enfant trisomique, l’école publique tente d’inclure les enfants à défi particulier, nous en reparlerons. Un premier bilan aura lieu, mais nous devons attendre que les enseignantes nous rejoignent pour le véritable bilan en commun, après le repas.

Le travail effectué est vraiment très intéressant, les jeunes enseignantes se sont bien approprié les techniques que nous avions évoquées au cours du premier stage en août dernier. Le débriefing est intéressant, elles n’osent pas trop parler, c’est ma parole qu’elles attendent ! Nous pouvons approfondir l’aspect technique, les questions viennent au fur et à mesure, principalement des nouvelles enseignantes et de la directrice !

Certains aspects sont aussi typiquement chinois, comme les chorégraphies collectives, nous abordons les idées pour les améliorer : plus de participation des enfants, musique…

Au bilan du soir, les enseignantes sont très fatiguées (il n’y a pas eu de pause, elles ont leur classe à préparer !) Les expressions les plus significatives sont : expérience, étudier, apprendre pour pratiquer, volonté, prendre en considération les enfants… et j’ai ajouté admiration !

Le soir nous retournons manger à l’école Aimei pour poursuivre la discussion avec l’équipe dirigeante, nous développons de nouvelles modalités de formation (faire venir des enseignantes de Wuhan par exemple !).



 

 

Vendredi 27 décembre 2019 Formation en classe à Jiahe Yuan

Il fallait arriver à l’école avant les élèves, pour prendre connaissance de la dernière version du programme des visites ! Malgré la toute récente implication de cette équipe dans le projet Freinet, les pratiques nouvelles sont déployées intelligemment, avec beaucoup de conviction et d’obstination. Dans cette école nous verrons un peu de tout (des techniques Freinet et des pratiques traditionnelles chinoises) ce qui nous permettra de voir ce que peuvent être les évolutions des pratiques (sans remettre en cause le programme !)

Durant la nuit j’ai reçu des questions par wechat ! C’est une manière de fonctionner ici, beaucoup de choses se font dans l’instantanéité ! (Alors que parfois il serait nécessaire d’attendre la maturation de la pensée !)

Malgré notre grand nombre (une vingtaine) l’accueil dans les classes se passe toujours à peu près bien, sans trop perturber ! L’installation d’écrans plats géants dans les classes et son recours systématique ne permet pas la création, le travail de brouillon, d’essai, de raturage ! Ils poussent à une consommation de programmes tout faits ! Heureusement, ils sont peu utilisés ! Le TBI a l’avantage de proposer une certaine interactivité ! Cette école ne dispose pas de cour de récréation, mais d’un grand parc public très fréquenté ! En début d’après-midi, nous ferons un quoi de neuf où chacun pose une question ! Ce qui permet d’avoir une idée générale de l’évolution du questionnement des enseignantes.

Dans les discussions, après une courte présentation du système éducatif français (dans ce qu’il est proche du système chinois), nous allons de nouveau aborder les thèmes des activités, des ateliers, et nous allons commencer à parler « d’apprentissages ». Ce qui est bien avec les petits, c’est qu’il est évident que la pédagogie de la vocifération ne fonctionne pas ! Il est illusoire de penser qu’il suffit de dire les choses pour qu’elles soient comprises et même apprises ! Alors comment faire ? Les bonnes questions se posent !

En fin de journée nous organisons le travail du week-end : nous allons pratiquer par des ateliers de production où chacun passera, ou du moins le plus possible. Une grande discussion sur « l’emploi du temps quotidien et hebdomadaire en classe Freinet » et 6 ateliers sont prévus : fabriquer des plans de travail, fabriquer des outils d’évaluation, fabriquer un outil de gestion des ateliers, concevoir des outils de travail individualisés, préparer des éléments de présentation de la pédagogie Freinet à destination des parents, préparer des ateliers : des jeux traditionnels chinois par exemple.

Au bilan de la journée, certains mots reviennent souvent : apprendre par la pratique, ouvrir les yeux et l’esprit, expression libre, grandir, étudier ensemble, une enseignante conclura : La révolution n’est pas terminée, bon courage camarade !

 

Samedi 28 décembre 2019 Formation à Jiahe Yuan : ateliers de production !

Arrivée à l’école Jiahe Yuan vers 8h50, les enseignantes arrivent progressivement (il y a eu mauvaise compréhension des horaires !) Nous sommes encore une trentaine, le Quoi de neuf durera près d’une heure ! Puis nous mettons en route le travail en atelier, ces deux jours vont être consacrés à des temps de travail en équipe et des temps de production. Plusieurs axes sont prévus :

-un atelier pour la création d’outils d’évaluation (disciplinaires, compétences…).

-un atelier pour l’adaptation et la création de jeux traditionnels chinois.

-un atelier pour la réalisation d’un outil de gestion des ateliers en classe. (Tableau, affichage, règles…).

-créer une page de présentation d’un aspect de la pédagogie Freinet pour les parents.

-créer un outil de travail individuel.

-proposer une forme de plan de travail en maternelle (lanterne, cerf-volant…).

-créer un atelier (directement proposé en classe dès lundi !).

En début d’après-midi, nous passons dans les groupes pour répondre aux questions, les groupes de travail sont surtout des grands groupes (le plus grand intérêt aura consisté à ce qu’ils s’organisent, se parlent, travaillent ensemble).

Vers 15h30, démarrera la présentation des premières réalisations, il y a beaucoup de choses à dire, mais toutes les productions montrent la volonté de produire pour agir !

Au bilan du jour, les mots les plus significatifs seront : motivation, plaisir, participer, ensemble, création, s’entraîner, coopérer, grimper, espoir, faire jaillir l’étincelle et « sans arrêt polir l’épée » !

 



 

Dimanche 29 décembre 2019 Formation à Jiahe Yuan

Arrivée à 8h45, presque tout le monde arrive avant 9h ! Les enseignantes sont motivées malgré la difficulté à s’organiser à la maison (les papas ont été mis à contribution pour garder les enfants !). Le Quoi de neuf ? commence à se densifier, les propos échangés sont plus « authentiques » : les rêves apparaissent (les cauchemars !), les préoccupations profondes, les réflexions sur l’éducation…

Les enseignantes repartent au travail, nous pouvons discuter de la formation avec Taï. Puis nous passons dans les groupes, le travail est plus élaboré, plus explicite, la démarche générale est comprise, elles ont repris à leur compte l’intérêt des différents ateliers !

Après le repas, à 14h, nous commençons la restitution des ateliers. Des groupes de présentation ont été constitués, il y a une énumération de microfiches conséquente, qui devrait enrichir un premier stock d’idées pédagogiques (des ateliers tels que : origamis, découpages, jeux traditionnels… avec leur fiche d’évaluation), des plans de travail originaux (cerfs-volants, montgolfières…), des fiches de présentation de la pédagogie Freinet aux parents (organisation d’un quoi de neuf, ateliers, sortie, cahier de vie…). La discussion s’organise sur les modalités de mise en œuvre pédagogique.

Au bilan de la journée, les mots qui reviennent sont : acquérir, écouter, heureux, clarté, sentiment profond, plaisir, émancipation, motivation…

En fin de journée, nous visitons « la crêche japonaise », celle dont nous avions parlé au cours du premier stage. C’est un local à l’entrée d’un complexe sportif où les parents peuvent à la fois consulter et/ou déposer leur enfant (séances de 45’). Par petits groupes, les enfants participent à des séances « d’entraînement mental » : c’est un pack issu d’un groupe japonais qui englobe des tests, des jeux éducatifs pour entrainement mental, des cahiers d’évaluation… C’est du comportementalisme pur, travail sur des réflexes… Par contre juste à côté, il y a un centre qui des ateliers de pratiques artistiques et scientifiques élaborés par des jeunes artistes, qui sont très intéressants ! J’espère qu’une collaboration pourra naître avec eux !

En soirée nous allons dîner chez les parents de Taï, au cours de la visite de la maison (sur 4 niveaux) on découvre un jardin sur le toit, qui produit des salades et des légumes pour les écoles ! La maison est comme un musée avec des petits trésors artistiques à tous les étages !

Nous dinons en famille, 3 directrices sont là (la 4° enceinte est restée chez elle), il y a une grande fatigue accumulée depuis 6 jours ! Le repas est très sympathique, à la fois familial et rempli d’échanges sur l’éducation, on ne voit pas le temps passer.

 

Lundi 30 décembre 2019 Formation en classe à Yuan Mem

J’arrive à l’école Yuan Mem avant 8h à l’école, on commence par une visite rapide, c’est une école de quartier « mixte » qui mélange une population installée depuis longtemps et des immeubles accueillant des familles qui viennent commercer à Changsha. Dans les couloirs il y a de nombreuses expositions consacrées aux thèmes du moment : l’environnement, les pratiques scientifiques, le théâtre… De 8h à 9h, les enseignantes assurent une garderie, durant laquelle les enfants (dont les 2 parents travaillent tôt) peuvent avoir plusieurs activités : activité sportive sur le toit, petit déjeuner, et/ou ateliers en classe.

L’école démarre entre 8h50 et 9h. Notre groupe se déplace et assiste à des moments de classes dans quelques classes de l’école : un quoi de neuf/ rituels chez des petits, des ateliers chez les grands, des moments chansons, contines…, la traditionnelle chorégraphie collective, des ateliers de couloir… il y a matière à de nombreuses propositions de travail, il y a plein de bonnes idées !

Après le repas, une discussion est organisée autour de leurs questions et des remarques sur les ateliers du matin ! La parole s’est bien libérée depuis le début et les enseignantes vont directement aux thèmes qui les intéressent : les problèmes d’autorité : les enfants qui perturbent, qui n’écoutent pas, qui ne s’intéressent pas, le bruit en classe ; les rapports « affectifs » avec les enfants ; la gestion des passages aux toilettes ; les angoisses des enfants, la gestion de leurs émotions ; Peut-on parler de « vol » pour un enfant ? ; les règles, les lois et la morale…

Puis nous devons quitter l’école pour assister à un spectacle à l’école Genius. Il s’agit d’un spectacle de fin d’année organisé pour les parents (grands parents) organisé autour de présentations musicales (enfants mais aussi enseignantes !). Même la salle est mise à contribution !

Soirée : repas avec Sophie, professeur de français récemment arrivée en Chine, et représentante de la région Centre de la France. Nous allons dans un très grand (taille et réputation) restaurant qui a la particularité de reproduire des vielles rues, des vieux commerces de la Chine et de Changsha, c’est une sorte de musée vivant où des centaines de personnes (des milliers ?) viennent pour se photographier et se rencontrer dans un lieu très original.

Fin de soirée dans un bar à vin avec Sophie, nous découvrons un autre visage culturel de Changsha, un lieu tranquille avec des vieilles chansons en musique de fond, où l’on peut déguster à peu près n’importe quel cockail / boisson du monde ! Je dégusterai un cocktail spécialité de l’établissement, fait à partir de l’équivalent d’un Cognac, et de différents composants (alcool aromatique, plantes, sirop de sucre… ?) La discussion est longue, on ne voit pas le temps passer, on rentre vers 2h.

 

Mardi 31 décembre 2019 Fin de formation à Aimei

La formation à l’école Genius a été annulée pour plusieurs raisons : des activités de fin d’année, un manque de temps de préparation… et peut-être une moins grande implication dans le projet ?

Nous nous retrouvons à l’école Aimei pour une discussion entre responsables pédagogiques des écoles et He Taï. Nous abordons un certain nombre de problèmes :

-la labellisation de la formation et des pratiques des écoles. Elle se fera à plusieurs niveaux : par une inscription sur le site de la FIMEM, et par une évaluation annuelle des pratiques.

-la suite de la formation, et l’élargissement des participants : un rythme de 3 à 4 formations annuelles est suffisant, il faut laisser le temps aux pratiques pour se décanter. Il est possible d’associer les acteurs chinois de la formation aux formations Freinet (par le centre régional de recherche pédagogique). De plus, les universités pourraient être intéressées. Du côté français, un partenariat scientifique et pédagogique est possible avec l’UPJV (mise en stage d’étudiants français) mais nous ne pourrons le proposer qu’à partir de l’an prochain.

-l’édition, la traduction d’articles, de livres, afin de mettre à disposition un bouquet de publications à destination de parents, d’enseignants, et de décideurs politiques. De plus, un certain nombre d’outils pourront être rassemblés sur un site. Il est possible d’envisager des coopérations ponctuelles avec les éditions ICEM.

-d’autres liens peuvent être tissés avec d’autres région d’autres villes avec lesquelles, He Taï dispose de bonnes relations amicales et professionnelles ! Mais il est sans doute encore un peu tôt pour les envisager !

Après le repas, vers 14h30, les enseignantes de la formation arrivent (celles de la première formation) et nous faisons un bilan général des 7 journées passées ensemble. Elles se sont regroupées par école. Ce bilan à chaud est très intéressant parce qu’il trace les contours de la prochaine formation. D’ici là elles auront mis en pratique les techniques abordées tout au long de cette formation. Elles posent aussi quelques questions qui nécessitent au moins un début de réponse : comment pratiquer la pédagogie Freinet en maternelle lorsqu’on a 37 enfants par classe ? À cela j’avance quelques pistes déjà esquissées : les classes multi-âges, l’organisation en travail de groupe (les projets), les ateliers autonomes. J’ajoute quelques pistes qui ont été juste suggérées : les responsabilités (et les métiers), la coopération (et l’entraide). Un autre problème est évoqué, le cas des enfants qui pleurent. Nous listons une série de causes afin d’envisager une variabilité des approches : les causes physiologiques (maladie, santé), la détresse, l’angoisse (séparation), les problèmes psychologiques (famille, conflit de loyauté…), l’image de l’école portée par les parents (école punition), le harcèlement…

Perspectives pour les prochaines formations :

Au cours du bilan de chaque participante, j’ai noté les grands ensembles de questions qu’elles posent :

-la psychologie de l’enfant (comprendre certains mécanismes, certains comportements)

-introduction d’une nouvelle institution : le conseil (régulation des conflits, gestion de la classe, autonomie, évaluation…).

-travail sur la coopération, l’entraide…

-introduction de nouvelles techniques : les responsabilités, les métiers.

Après un dernier moment de rencontre avec Taï, nous prenons les dernières traditionnelles photos dans la cour de l’école

 

Départ pour l’aéroport vers 17h30 (décollage 20h55)

 



 

Mercredi 1° janvier 2020 arrivée en France (5h40)

 

Bilan et perspectives de ce deuxième séjour de formation à Changsha.

 

La dynamique enclenchée depuis la première formation est bonne, nombre d’enseignantes se sont lancées dans l’aventure avec une certaine réussite. Elles ont commencé à voir s’opérer la transformation auprès des enfants, elles ont commencé à modifier leur posture professionnelle. La volonté de mettre en pratique certaines techniques, certaines institutions, montre l’intérêt qu’elles y ont trouvé (et parfois vu) pour faire évoluer leurs pratiques de classe.

La voie est à présent ouverte pour continuer à approfondir et élargir la pratique et la connaissance des pédagogies, coopérative et institutionnelle. Plusieurs pistes ont été envisagées :

-introduire les responsabilités, les métiers.

-mettre en place le conseil.

-mieux définir la coopération.

-poursuivre la connaissance de la psychologie de l’enfant.

 

Olivier Francomme

FIMEM chargé de mission formation et recherche

ICEM Secteur formation et international